Bastia – OL (1-0) : l’île aux infâmes

Olympique Lyonnais

LES NOTES. Malgré une (courte) entame intéressante, l’OL s’est incliné à Bastia, où il a connu sa neuvième défaite en Ligue 1, la quinzième toute compétitions confondues cette saison. Derrière Samuel Umtiti, toujours royal, Anthony Lopes et Maxime Gonalons ont fait le job sans plus et Alexandre Lacazette s’est perdu dans le désert. Le reste a été pathétique. À deux doigts de basculer dans la deuxième moitié du classement, l’OL a reculé depuis la prise de fonction de Bruno Genesio.

 

Samedi 30 janvier 2016, 23e journée de Ligue 1.

SC Bastia – Olympique Lyonnais 1-0

But : Brandao (69e).

Avertissements : Kamano (26e), Ngando (67e), Brandao (75e) pour Bastia ; Tolisso (31e), Umtiti (89e) pour Lyon.

Expulsion : Cioni (88e) pour Bastia.

 

Bastia : Leca – Cioni, Squillaci (cap.), Peybernes, Palmieri – L. Colibaly, Mostefa – Kamano (Maboulou, 66e), Ngano (S. Diallo, 73e), Danic (A. Keita, 90e) – Brandao. Entr. : François Ciccolini.

OL : Lopes – Jallet, Yanga-Mbiwa, Umtiti, Morel – Ferri (Grenier, 46e), Gonalons (cap.), Tolisso – Ghezzal (Cornet, 70e), Lacazette, Valbuena (A. Kalulu, 74e). Entr. : Bruno Génésio.

 

Olympique Lyonnais 

C’est désormais officiel : après un mois en tant qu’entraîneur principal, le bilan de Bruno Genesio est négatif. Il y avait eu le doute au moment de sa nomination, faute d’expérience significative mais aussi de rupture avec l’ère Fournier ; il y eut ensuite la bonne surprise, née de quelques parties à la fois enjouées et sérieuses face à Limoges, par à-coups contre Troyes et au Parc ; puis de nouveau la déception. Car si le match nul contre Marseille aurait pu laisser entrevoir l’espoir d’un renouveau, notamment grâce à l’ascendant physique et tactique en fin de rencontre, le déplacement à Furiani a tout annulé. Et, comme à Saint-Étienne, les choix de Genesio n’y sont pas pour rien.

 

Un pack de six imbuvable

L’entraineur ne peut pas être responsable du niveau technique lamentable de certains joueurs. Il l’est en revanche de les avoir choisis. Si les titularisations de Rachid Ghezzal (3) et Corentin Tolisso (3) pouvaient se comprendre, leur état de grâce respectif (quatre matchs pour le premier, vingt-cinq minutes contre Marseille pour le second) semble déjà terminé. Les performances de Christophe Jallet (3) et Jérémy Morel (2) ne sont en revanche absolument pas des surprises. L’ancien Parisien n’a fait qu’assurer la promotion de Rafael durant les cinq semaines d’absence du Brésilien. Quant à l’ex-défenseur de l’OM, encore plus inexistant que son comparse de l’aile droite en phase offensive, il s’est fait manger par Axel Ngando sur l’action du but de Brandao (1-0, 69e). Dès lors, la légende du Morel plus rassurant en a pris un sérieux coup. Et il semble qu’Henri Bedimo, s’il est encore là lundi matin, reste largement supérieur dans tous les domaines. Même en n’en ayant plus grand-chose à foutre.

 

Valbuena, cher la misère

La théorie du Jordan Ferri (3) baromètre ne tient plus : désormais, Xavaillon a l’air en galère même quand l’OL est nul. Autant dire que même avec un duel perdu sur deux, on se contentera des fulgurances de Sergi Darder. Mais c’est Clément Grenier (5) qui a remplacé Ferri à la pause cette fois-ci, ne laissant qu’un peu plus de regrets aux supporters lyonnais. En dix minutes, un beau une-deux avec Lacazette, une louche pour Ghezzal et un centre tendu à l’origine de a plus grosse occasion lyonnaise (quasi csc, puis Ghezzal et Tolisso contrés, 56e), l’international (5 sélections) a prouvé l’absurdité de l’alternance « milieu défensif à l’extérieur-milieu joueur à domicile » qui avait déjà coûté cher à Geoffroy-Guichard. Bon, pas aussi cher que Mathieu Valbuena (3), venu à Lyon pour garantir sa place au chaud en équipe de France mais qui devrait au bout du compte l’y enterrer, et ce ne serait que justice. On savait déjà que ce n’était pas un numéro 10, on sait maintenant qu’il n’est plus un joueur de côté. Son immunité ne devrait toutefois pas lui valoir de se faire offrir un 4-2-3-1 sur mesure. De toute façon, rien ne justifie qu’il serait à la hauteur.

 

Lacazette s’éreinte et se rate

Mapou Yanga-Mbiwa (4) n’entre pas dans la catégorie des méga-flops du jour, mais il poursuit sa phase de bakoïsation : il suffit qu’il ne soit pas totalement à la rue pour donner l’impression qu’il est pas mal. Une belle relance dans les pieds de Gaël Danic (4e) sur son premier ballon et une passe presque décisive pour Brandao (40e) ont tout de même permis de rappeler que l’adage se vérifie toujours : quand y a Mapou, y en a encore. Maxime Gonalons (5) a très bien commencé son match, entre jeu long précis et récupération haute, mais il a décliné avec son équipe – à moins que ce ne soit l’inverse. Pas grand-chose à reprocher à Anthony Lopes (5) non plus, si ce n’est de ne pas être génial. En 2011-12, Hugo Lloris l’avait été et cela avait permis de sauver les apparences (4e au final). Des quatre tauliers, Alexandre Lacazette est celui qui a le plus déçu, même si on peut y voir une forme d’injustice. Le meilleur buteur de Ligue 1 la saison passée s’est battu sur toutes les briques qui lui sont tombées dessus, parvenant même régulièrement, du haut de son mètre soixante-quinze,  à les bonifier. Pas de bol, personne n’en a rien fait ensuite. Et quand il s’est retrouvé en bonne position après un bon centre de Maxwel Cornet, il a raté le cadre (74e).

 

Umtiti saoulé, mais toujours pas Bleu

Il est le fil qui raccroche les Lyonnais à la vie, même s’il doit se mordre chaque jour un peu plus les doigts de ne pas avoir fui la ville, et surtout son équipe, l’été dernier. À Bastia, comme à peu près partout, Samuel Umtiti (6) a été propre (le retour sur Ngando à la 49e est un bijou), serein et il a su répondre au défi physique, la case qu’il ne remplit par sur le cahier de Didier Deschamps. Ses sorties de balle représenteront 90% du best of Olympique Lyonnais 2015-16, et encore, si Nabil Fekir ne revient pas trop tard. La relance à un contre trois, alors qu’il était bloqué le long de la ligne de touche, à la 55e justifie à elle seule qu’on se soit infligé ce match. C’est dire.

Pierre Menesio

(Photo SC Bastia)

5 Comments

  1. Toma

    31 janvier 2016 at 12:10

    Gonalons qui passe comme d’hab entre les gouttes avec la 2eme note de l’équipe et aucun commentaire…
    Bien au chaud entre les deux relayeurs et les deux défenseur centraux, il fait son match tranquilou. Alors qu’on se déchaîne chaque semaine sur les prestations des relayeurs qui n’apportent rien offensivement, il serait temps de se pencher sur le cas de captain’Max et son apport dans le jeu.
    Résumé des deux dernières victoires de l’OL (vs Troyes et Derby):
    – Contre les verts: 20eme 0-0, gonalons se blesse et sort. Score finale 3-0.
    – Contre Troyes: 70eme 1-1. gonalons sort. Score finale 4-1.
    Captain Max un bon pti gone, mais c’est pas assez pour être titulaire et capitaine de l’OL.

  2. Saint Hubert 41

    31 janvier 2016 at 12:32

    « c’est Clément Grenier (5)… ne laissant qu’un peu plus de regrets aux supporters lyonnais. En dix minutes, un beau une-deux avec Lacazette, une louche pour Ghezzal et un centre tendu à l’origine de a plus grosse occasion lyonnaise »
    Je suis désolé, mais là c’est empaqueter un peu trop joliment 45mn bien dégueulasse de Grenier. J ai pas souvenir de son ‘beau’ une-deux avec lacazette. Ses petites louches à l’entrée de la surface, c’est téléphoné, il essaie quasi à chaque fois, et elles ne mettent jamais le destinataire en situation de shoot confortable, etc… Moi j’ai vu ses pertes de balles toutes simples, ses mauvais choix offensifs, son comportement bête en fin de match qui provoque ou répond aux adversaires et à l’arbitre alors que son équipe doit se magner le cul pour revenir au score. Bref, ce mec doit se remettre en question et aller s’asseoir sur le banc à mon avis.

  3. Clement

    31 janvier 2016 at 5:58

    Le problème, c’est qu’il y en a beaucoup qui mérite le banc.
    Il n’y a pas de vrai leader autre qu’Umtiti sur le terrain, et ca se ressent.
    Valbuena est arrivé pour ca, et il est complètement inutile depuis le début de la saison.
    La fin de match était pitoyable, avec tous ses tacles qui ont permis à Bastia de gagner du temps.
    Jamais de jeu en première intention, et la défense adverse a tout le temps de revenir.
    La dernière occasion pour Cornet, sur son pied gauche pour un centre de la dernière chaaaaa ah non, il essaie de dribbler, perd le ballon, fin du match.

  4. Philou passe

    1 février 2016 at 3:10

    Je ne suis pas inquiet du tout, il est clair qu’on mise tout sur la Coupe de France.

  5. Henearkrxe

    1 février 2016 at 6:59

    L’avantage, c’est que même si on perd Lacazette, Fékir, Gonalons, Grenier, Rafael, Umtiti, Mapou et Lopes, on reste en course pour le titre l’an prochain. Ou au moins pour la montée.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>