OL – Bordeaux (3-0) : Lacazette boit Bordeaux

OL

LES NOTES. En ces temps compliqués, il est bon de savoir que certaines choses ne changent pas malgré la crise. Face à Bordeaux, l’une de ses victimes favorites, l’OL a goûté à nouveau à la victoire. Comme il y a un peu plus d’un an à Chaban-Delmas (5-0), c’est Lacazette qui s’est chargé de faire couler le Bordeaux à flot.

Mercredi 3 février 2016, 24e journée de Ligue 1.

Olympique Lyonnais – Girondins de Bordeaux 3-0

Buts : Lacazette (41e, 87e), Kalulu (90e+3).

Avertissements : Lacazette (40e) et Ferri (81e) pour l’OL, Vada (4e), Chantôme (24e), Rolan (76e) et Crivelli (76e) pour Bordeaux.

OL : Lopes – Jallet, Yanga-Mbiwa, Umtiti, Morel – Tolisso, Gonalons, Grenier (Ferri 74e) – Cornet (Kalulu 82e), Lacazette, Valbuena (Ghezzal 64e),. Entr. : Bruno Génésio.

Bordeaux : Bernardoni – Debuchy (Touré 80e), Guilbert, Yambéré, Contento – Chantôme, Plasil (Crivelli 67e), Vada (Arambarri 66e) – Rolan, Diabaté, Ounas. Entr. : Willy Sagnol.

prout

Lopes, comme d’habitude

Enfin ! Après une période de dix matches sans victoire (Troyes, ça ne compte pas), l’OL a enfin renoué avec le succès, mais ce fut compliqué. Face à un pressing bordelais agressif et plutôt efficace, les Gones ont souffert en première période avant de tuer le match dans les dernières minutes. Malgré un score flatteur, Lyon doit une bonne partie de sa victoire à Anthony Lopes. Comme souvent, le portier portugais a tenu la baraque comme personne, au point d’écoeurer Diego Rolan. Impeccable sur une lourde frappe de l’Uruguayen (30e), le gardien lyonnais s’est illustré à nouveau sur une tête quasi-imparable du même Diego Rolan à quinze minutes du terme. L’OL rentre à la maison avec une nouvelle clean sheet inespérée, merci Antho.

Sur les côtés, rien ne change. Si Christophe Jallet a été plus fringant en attaque, parvenant même à délivrer une passe décisive qu’on n’attendait plus, cela s’est ressenti en défense. Un sur deux pour le Divin Chauve, on s’en contentera cette fois. Sur la gauche, Jérémy Morel continue à faire du  Jérémy Morel. Inexistant en attaque, l’ancien Marseillais a pris le même bouillon face à Ounas que celui qu’il avait pris contre Bouna Sarr face à l’OM. Pendant ce temps-là, Bedimo est toujours perdu dans les limbes du football. Ce n’est pas demain la veille que l’OL aura un côté gauche digne de ce nom.

 

Umtiti-Mapou-Gonalons, l’axe du bien

Si l’OL a tenu tête à son adversaire bordelais, au point d’en arriver à pleinement prendre le dessus sur lui lors de la dernière demi-heure, il le doit à son épine dorsale. Au sein d’un collectif lyonnais souvent aux oubliettes depuis le début d’année, Samuel Umtiti continue de surnager. Le Fossoyeur de Ménival éclabousse chaque semaine davantage le Parc OL par sa sérénité et sa classe. Chose rare, le numéro 23 des Gones a été éclipsé par la très bonne performance de Mapou Yanga-Mbiwa. L’ancien Montpellierain continue de semer la panique dans les tribunes à chaque prise de balle, et a une nouvelle fois signé quelques dribbles insensés et plusieurs relances suicidaires. Malgré ces deux trois moments d’égarement, Mapou a mangé Diego Rolan d’un côté tout en contenant Adam Ounas de l’autre. A ce rythme, il se pourrait même que l’ex-Magpie devienne un bon compagnon pour Super Sam.

Devant, l’année 2016 semble être un bon cru pour Maxime Gonalons. Le capitaine lyonnais n’est jamais aussi bon que les années de compétitions internationales. Après un cru 2015 plus que bouchonné, Captain Max est redevenu depuis quelques matches la machine à ratisser le terrain qu’il était en 2014, tout en étant propre et sobre dans la relance. On n’en demande pas plus.

En relayeur, Corentin Tolisso n’est lui pas encore revenu à son niveau de la saison dernière. « Coco » remonte doucement la pente, à l’image de son bel enchainement récupération de balle au milieu-passe en profondeur pour Lacazette sur l’ouverture du score. Dans le jeu, le numéro 8 de l’OL est encore beaucoup trop discret pour s’affirmer comme le titulaire qu’il était auparavant.

 

Grenier-Valbuena, c’est caca

A force d’aborder les mêmes thèmes, les possibilites de sous-titres s’amenuisent. Merci de me pardonner celui-là.

Aligné en meneur de jeu dans le milieu à trois, Clément Grenier a livré la même prestation que contre l’OM. Jamais bien inspiré, imprécis dans les passes, l’Ardéchois continue de creuser depuis son retour de blessure. Pire encore : Clement Grenier parvenait autrefois à rattraper ses prestations moyennes par des coup-francs de qualité autrefois. Aujourd’hui, les coups de pied arrêtés du meneur lyonnais font tout simplement grincer des dents. Si le LOU a besoin d’un ouvreur, qu’il vienne se servir.

Que dire de la prestation de Mathieu Valbuena ? Que dire, à part que Petit Velo’v ne progresse pas, et continue d’être plus handicapant qu’autre chose pour ses partenaires avec ses quinze touches de balles à chaque opportunité. Le temps passe, les matches s’enchainent, et l’ancien Marseillais semble de moins en moins adapté au jeu lyonnais. Ce n’est probablement pas un hasard si sa sortie à la 64e, remplacé par Rachid Ghezzal, coïncide avec la vraie prise de pouvoir des Gones sur leurs adversaires. Pas grand chose à signaler pour Rachon, à part son habituel combo débordement sur la droite-repiquage dans l’axe-frappe enroulée du gauche à la 75e, qui passe juste à côté.

Sur l’aile opposée, Maxwel Cornet a réalisé un match simplement moyen. Ni mauvais ni flamboyant, l’ancien Messin s’est appliqué à lancer des appels pour libérer Lacazette. On attend probablement un peu plus du jeune ailier, mais à côté d’un Lacazette dans cette forme là, difficile de briller. Aldo Kalulu, entré à sa place à la 82e, a encore démontré qu’il avait les armes pour tout casser. 8 minutes de jeu, et un nouveau but pour le nouveau Rhône-Aldo. Vivement la titularisation.

 

Festivalcazette

La principale satisfaction de ce match, c’est le retour en grâce d’Alexandre Lacazette. Souvent esseulé lors des dernières rencontres, le buteur lyonnais a enfin retrouvé la petite dose de confiance qui lui manquait pour refaire trembler les défenses. Étincelant en première période, Lacazette s’est d’abord permis un slalom géant dans la défense bordelaise (15e) avant de réussir un sublime enchaînement sombrero-volée juste à côté à la 25e. Intelligent dans le jeu et dans ses appels, le meilleur buteur de la saison dernière a logiquement ouvert le score juste avant la mi-temps, avant de doubler la mise en fin de rencontre. Avec cet Alex là, l’OL ne restera pas longtemps dans le ventre mou.

 

Charly M.

(Photo Frédéric Chambert / Panoramic)

2 Comments

  1. Saint Hubert 41

    5 février 2016 at 12:25

    assez d’accord avec tout ça, surtout ce caca grenier-valbuena, le premier avec ses manières de petite pleureuse étant le plus inquiétant pour moi.
    sinon cornet2biffles, j’ai aussi l’impression que ça sert à rien de s’acharner avec lui. il ne sait jouer que sur 1 pied, et il ne sent pas le jeu…à la différence de rhône-Aldo, qui lui effectivement est très prometteur avec une vraie intelligence de jeu.
    J’ai pas suivi, mais pourquoi darder il a pas joué ? choix de l’entraineur ? même s’il n’a pas été brillant à bastia, il passe devant les grenier, ferri et valbuena, à mon sens.
    Y en a un que j’aimerai bien voir en action, c’est le jeune Kemen. Il m’a l’air vif, habile et mûr. Peut-être que je me trompe..

  2. glop

    8 février 2016 at 10:19

    Rhône-Aldo… certainement le meilleur jeu de mot vu ces dernières années :)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>