Anthony Lopes, Lib’héros 2019

Lopes

LIB’HEROS. Être de Lyon n’est pas vraiment un défaut lorsqu’on est bon. Pour leur septième année d’existence (en mode Rank pendant trois ans et Lib’héros sur les quatre dernières saisons), nos notes ont en effet encore désigné un joueur formé à l’OL comme meilleur Lyonnais de la saison : après Steed Malbranque en 2013, Alexandre Lacazette en 2014, 2015 et 2017, Samuel Umtiti en 2016 et Nabil Fekir en 2018, c’est au tour du gardien Anthony Lopes d’être sacré en 2019.

On l’avoue : on aurait été surpris que ce soit quelqu’un d’autre que lui. Tanguy Ndombele a failli profiter de sa capacité à casser quelques lignes même lors des nombreux matchs traversés de façon anonyme (un talent qui lui a valu de descendre seulement deux fois à 3/10 en 43 matchs notés), ainsi que de celle à hausser son niveau lors des gros matchs (9 lors des deux confrontations contre Manchester City, 8 lors des deux confrontations contre l’OM ou lors du retour contre Hoffenheim), mais échoue tout de même à plus d’un dixième de point d’Anthony Lopes, notre expected goalkeeper et Lib’héros 2019.

Le classement des joueurs
notés sur plus de 50% des matchs

Lopes 5,80 (46 notes)
Ndombele 5,68 (43)
Mendy 5,23 (40)
Fekir 5,15 (33)
Memphis 5,15 (40)
Aouar 5,11 (44)
Denayer 5,04 (44)
Dembélé 5,03 (31)
Tousart 4,76 (29)
Dubois 4,74 (31)
Traoré 4,11 (34)
Marcelo 3,96 (45)

Mérité, tant le gardien a été la seule valeur sûre de la saison. Noté 46 fois sur 53 possibles (rien de vraiment surprenant vu son poste), Lopes n’est ainsi descendu que 6 fois en-dessous de la moyenne. Et a souvent dû monter très haut, pour faire basculer les chocs du bon côté (10 lors du Derby retour à Geoffroy-Guichard, 9 lors de l’aller contre Manchester City, 8 lors de l’aller à Lille ou du retour contre le PSG) ou tenir à bout de bras son équipe contre une National 3 (son 8 contre Bourges, aussi étonnant que nécessaire ce soir-là).

Une saison pleine qui l’aura donc vu remporter le plus prestigieux des titres pour un joueur de l’OL (notre Lib’héros, pour ceux qui n’ont pas suivi) et même gagner quelques éloges de Christophe Lollichon, pourtant pas le plus grand amateur de portiers de moins d’1,90 m : « J’ai apprécié sa capacité à changer et à se prendre en main. Il est devenu plus pragmatique et a gagné en efficacité. » Mais pas le trophée UNFP de meilleur gardien, capté par un Mike Maignan qui le méritait tout autant. Sauf si Lopes avait bénéficié d’un bonus « équipe dysfonctionnelle devant lui », un argument qui aurait pu s’entendre.

Car si le Portugone de 28 ans finit en tête de nos notes, c’est aussi car sa défense lui a souvent laissé plus que sa part du travail et que le jeu collectif pas brillant l’a fait d’autant plus briller par comparaison. Mais il serait ridicule de résumer son titre de Lib’héros 2019 à une victoire par défaut : deuxième en 2016, troisième en 2015, quatrième en 2014, 2017 et 2018, Lopes s’est aussi affirmé comme l’un des tauliers des générations Formidable Académie (fin de Gerland) puis Formidable Outil (premières années du Parc OL) et son sacre vient saluer une régularité impressionnante et une progression constante. Même si ce serait sans doute plutôt bon signe s’il ne venait pas à conserver son trophée (virtuel) la saison prochaine.

Hugo Hélin (avec son PP tableur)

(Photo UEFA)

One Comment

  1. demaison

    8 juillet 2019 at 1:51

    Denayer derriere Aouar/Memphis/Fekir ça pique les yeux, à part sur le terrain :)))

    Dubois derriere Tousart rhaaa…:)))

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>