OM – OL (0-3) : dimanche pépère dans la résidence secondaire

OMOL

LES NOTES. En pantoufles, l’OL est allé s’imposer 0-3 sur la pelouse du Vélodrome et a fait un grand pas vers le podium de Ligue 1. Les Lyonnais ont désormais quatre points d’avance sur Saint-Étienne à deux journées de la fin.

36e journée de Ligue 1, dimanche 12 mai 2019

Olympique de Marseille – Olympique Lyonnais 0-3

Buts : Cornet (24e et 86e) et Dembélé (84e).

Avertissements : Balotelli (31e) et Amavi (34e) à l’OM ; Terrier (21e) à l’OL.

Expulsion : Caleta-Car (67e).

OM : Mandanda (cap.) – Sakai, Kamara, Caleta-Car, Amavi – Lopez, Gustavo, Strootman – Radonjic (Thauvin, 46e), Balotelli (Payet, 77e), Ocampos (Germain, 70e). Entr. : Rudi Garcia.

OL : Lopes – Dubois (Rafael, 83e), Marcelo, Morel, Mendy – Ndombele, Aouar – Cornet, Fekir (cap.) (Dembélé, 75e), Terrier (Tousart, 83e) – Memphis. Entr. : Bruno Genesio.

Lopes 7 – Dubois 4, Marcelo 6, Morel 7, Mendy 5 – Ndombele 8, Aouar 6 – Cornet 7, Fekir 4, Terrier 5 – Memphis 5.

Un vrai ami est toujours là pour toi et il faut bien avouer que l’OM a tout du BFF. Pendant les heures les plus sombres de l’ère Genesio, les Marseillais nous ont souvent permis de ne pas perdre totalement la flamme. Supporters, dirigeants ou joueurs, les Phocéens savent mieux que personne se charger des déclarations qui vous donnent envie de suivre l’Union Sacrée (la vraie, pas celle d’Eyraud).

Le Schadenfriend a de nouveau joué son rôle à la perfection ce dimanche, en étendant à cinq unités sa série de défaites consécutives contre l’OL en Ligue 1 dans un match dont on ne souviendra pas de grand chose d’autre que du score. Un 0-3 aussi flatteur que révélateur de la différence de talent entre les deux Olympiques.

Sans idées collectives, l’OL n’aura en effet guère été mis en danger par un OM encore plus triste que lui, à part une vingtaine de minutes du retour de la pause (un mal récurrent, peut-être dû aux causeries trop émouvantes) à l’expulsion de Caleta-Car (un mal récurrent aussi, puisque c’est sa deuxième en deux matchs contre l’OL).

Mais Balotelli a raté le cadre de la tête, le tir contré de Gustavo a frôlé le poteau et Lopes a sorti trois interventions tranchantes en trois minutes (en plus de toutes les autres) et l’OL n’a pas vraiment tremblé plus que ça face à des Marseillais qui ont peut-être été la plus inoffensive des équipes affrontées cette saison (avec Monaco à Décines tout de même).

On retiendra donc la prestation de Jérémy Morel, tranquille pour sa première titularisation depuis le 24 janvier, et celle de Tanguy Ndombele, qui a marché sur le milieu de terrain et délivré quelques caviars délicieux. Pour le reste, cet Olympico restera comme un petit cru, malgré le score, le carton rouge, les efforts de Mario Balotelli et Anthony Lopes pour s’embrouiller, et l’après-match musclé de supporters marseillais hélas trop timides jusque-là pour nourrir la légende de cette confrontation qui se fait peu à peu une place à part dans nos cœurs.

Et pas seulement parce que les Marseillais sont des amis rêvés, toujours prêts à dépanner trois points quand on en a besoin. Avec ceux acquis ce dimanche, l’OL n’est plus qu’à deux victoires (une contre Caen ou Nîmes en Ligue 1, une autre de Chelsea en finale de Ligue Europa) de se mettre dans les meilleures dispositions possibles (vu sa saison) pour aborder un été compliqué. Mais lors duquel on devrait quand même pouvoir compter sur nos vieux copains pour nous remonter le moral si on en a besoin, puisque le mercato devrait être encore plus compliqué à gérer du côté de Marseille. Schadenfriend <3

Votez pour le
néo-Jurynho !

Hugo Hélin

One Comment

  1. EcOL

    15 mai 2019 at 5:37

    Schadenfreude ! Bel article sinon, je prends cette lecture pour le meilleur moment de l’Olimpico (match inclus).

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>