OL – Everton (3-0) : une promenade avant Sainté

Aouar

LES NOTES. Il semblerait que les astres se soient alignés pour envoyer les équipes les plus nulles du moment au Parc OL Après une victoire sans l’ombre d’un souci face à un FC Metz infiniment médiocre, Lyon a de nouveau déroulé jeudi soir face à Everton, sans forcer, et sans jamais être vraiment en danger. On pourra encore dire que les Gones n’ont pas vraiment brillé et que le match fut soporifique au possible : il n’empêche que l’OL enchaîne les succès, sans étincelles certes, mais avec maîtrise. C’est déjà un grand pas en avant par rapport au début de saison, et de bon augure avant le court déplacement dans la Loire dimanche.

 

4e journée du groupe E de Ligue Europa, jeudi 2 novembre 2017

Olympique Lyonnais – Everton FC 3-0

Buts : Traoré (68e), Aouar (76e) et Memphis (88e)

Avertissements : Rafael (78e) et Aouar (85e) pour l’OL, Martina (7e), Schneiderlin (57e) et Besic (90e+2) pour Everton

Expulsion : Schneiderlin (80e)

OL : Lopes – Rafael, Marcelo, Diakhaby, Mendy – Tousart, Ndombele (Ferri, 77e) – Cornet, Fekir (cap) (Aouar, 62e), Memphis – Traoré (Mariano, 70e). Entr. : Bruno Genesio.

Everton : Pickford – Kenny, Williams (cap), Holgate, Martina (Besic, 43e)  – Schneiderlin, Baningime, Gueye (Calvert-Lewin, 61e) – Lookman, Sigurdsson, Lennon (Vlasic, 71e). Entr. : David Unsworth.

Lopes 6 – Rafael 5, Marcelo 6, Diakhaby 6, Mendy 6 – Tousart 6 , Ndombele 6 – Cornet 4, Fekir 5, Memphis 7 – Traoré 6

 

Mersey pour la séance d’entrainement

Mais alors comment l’OL, sans réelle inspiration et sans grandes occasions, a-t-il pu s’imposer aussi facilement face à Everton, supposé être un des « gros » seconds couteaux d’Angleterre ? La réponse est très simple : Everton n’était pas venu pour gagner, ni pour jouer au foot d’ailleurs. Jusqu’à l’ouverture du score (et même après), les Toffees sont restés à 11 derrière sans que l’on comprenne vraiment pourquoi puisque les Anglais devaient absolument l’emporter pour continuer à espérer la qualification. Un match entier d’attaque-défense, l’OL n’en demandait pas tant. Pendant une heure et demie, on aurait presque pu sentir les effluves de Kro et de merguez de la Coupe de France tant Everton a bétonné comme un petit poucet début janvier. Mais pas de magie de la coupe en Europe, fort heureusement.

 

À sens unique

Sympathique, l’OL a attendu que tout le monde soit rentré chez soi pour mettre le coup d’accélérateur. À la 68e minute, Bertrand Traoré, parfaitement lancé, ouvre la marque. Après un petit sursaut, Houssem Aouar double la mise, et Memphis clôt la marque. Un 3-0 bien tassé pour un match à sens unique où les individualités auront su trouver la faille.

A ce petit jeu-là, on retiendra la performance XXL de Memphis. Le Néerlandais a répondu aux critiques sur son individualisme de la plus belle des manières en jouant toujours juste et bien, avec en point d’orgue cette passe aveugle parfaite pour Houssem Aouar à l’entrée de la surface, alors que l’on aurait joyeusement mis l’intégralité de notre PEL sur une frappe à côté. Si les critiques sont aussi dures envers Depay, c’est parce qu’il a en lui le talent et le football nécessaire pour galvaniser l’équipe entière. Au fond, sa prestation ne fait que justifier les reproches : quand il lève la tête, l’ancien du PSV est le joueur que les supporters veulent voir. On en redemande, et on sera ravis de retourner notre veste si ce Memphis altruiste et intelligent s’installe pour de bon sur le terrain.

 

Aouar et à manger

Ce n’est sans doute pas un hasard non plus s’il a fallu attendre l’entrée de Houssem Aouar pour voir l’OL s’échapper dans ce match. Et c’est une nouvelle fois dans une position de meneur de jeu en retrait dans un milieu à 3 que le jeune Gone a exposé toute sa palette : ouvertures laser, toucher de balle soyeux, combinaisons parfaites avec Ndombele sur sa droite, et même compensation sur les montées de Tousart : plus le temps passe, et plus Houssem Aouar rappelle un peu un certain Juninho à ses débuts. Lui aussi avait commencé sur l’aile avant de reculer pour mieux devenir le maître à jouer de l’OL. Ce milieu à trois Tousart-Ndombélé-Aouar a d’ailleurs quelques faux airs des trios de la grande époque.

Et si l’avenir était dans ce trio jeune, prometteur et flamboyant ? Les prochains mois donneront vite une réponse. En attendant, une échéance autrement plus importante pointe le bout de son nez. Rendez-vous dimanche à Geoffroy-Guichard.

Charly M.

 (Photo UEFA)

One Comment

  1. Saint Hubert 41

    2 novembre 2017 at 10:26

    salut charlie, et merci encore pour ces résumés et analyses au cordeau.
    Bon moi je suis comme pas mal de gens, je fais des fixettes, on dira, et une de mes fixettes c’est memphis.
    tu dis de son match « en jouant toujours juste et bien »…comment dire…c’est quand même oublier un peu vite qu’il zappe mendy sur ses appels monstrueux pour repiquer dans le vide en trottinant et remettre une passe en arrière, c’est passer outre ses replacements défensifs au ralenti tel un clément grenier au zénith de son art, c’est fermer les yeux sur tous ses rateaux / cafés-crèmes / passes du talon manqués, aussi inutiles que dangereux (si ce n’était pas everton).
    Conclusion : memphis a fait plutôt un bon match dans l’ensemble, mais ne le portons pas aux nues trop vite, ça serait injuste vis-à-vis de tous ses coéquipiers qui tirent la langue pour compenser ses erreurs.

    A part ça, Aouar, c’est toujours divin…comment ai-je pu m’inquiéter du départ de darder

    et pour être juste, tousart et ndombélé au milieu c’est plein d’allant, de peps, d’assurance et de technique… j’ai hâte de les voir mettre sainté à genou

    allez, bonne soirée gône !

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>