ASSE – OL (0-5) : Nabil Fekir, porte-étendard sanglant

Fekir

LES NOTES. L’OL a remporté ce dimanche à Geoffroy-Guichard la plus large victoire de son histoire dans un Derby, à domicile comme à l’extérieur. Un 5-0 déjà légendaire qui restera à jamais lié à Nabil Fekir, capitaine aux stats une nouvelle fois implacables (un doublé et une cinquantaine d’interdictions de stade provoquées).

 

12e journée de Ligue 1, dimanche 5 novembre 2017

AS Saint-Étienne – Olympique Lyonnais 0-5

Buts : Memphis (11e), Fekir (25e et 84e), Mariano (58e) et Traoré (65e)

Avertissements : Selnaes (60e) pour l’ASSE, Tousart (53e) et Fekir (85e) pour l’OL

Expulsion : Lacroix (47e) pour Saint-Etienne

ASSE : Ruffier (cap) – Pierre-Gabriel (Janko, 66e), Lacroix, Théophile-Catherine, Mbengue (Pogba, 46e) – Pajot, Selnaes, Maïga – Bamba, Hamouma (Soderlund, 13e), Monnet-Paquet. Entr. : Oscar Garcia.

OL : Lopes – Tete, Marcelo, Morel, Marçal (Mendy, 79e) – Tousart (Ndombele, 79e), Aouar – Traoré, Fekir (cap) (Ferri, 86e), Memphis – Mariano. Entr. : Bruno Genesio.

Lopes 7 – Tete 8, Marcelo 5, Morel 4, Marçal 6 – Tousart 6, Aouar 8 – Traoré 6, Fekir 10, Memphis 9 – Mariano 9

 

Il est entré dans la légende du Derby par la grande porte, et même en la faisant sortir de ses gonds. Nabil Fekir aurait pu se contenter de rentrer dans l’histoire en sortant une nouvelle prestation de grande classe. Il l’a bien sûr aussi fait, malgré les coups reçus (il a notamment provoqué l’expulsion de Léo Lacroix). Auteur d’un premier but à la Messi (même capacité à courir en gardant le ballon toujours proche du pied, même peur chez les défenseurs adverses qui reculent, même soudaineté pour armer la frappe), Fekir a ensuite semé le trouble dans la défense stéphanoise à chaque prise de balle.

Lassé de ne tourner que les défenseurs en bourrique, il a profité de son deuxième but – le cinquième de l’OL – pour rendre ce Derby vraiment inoubliable. Cette fois, c’était la célébration qui avait des allures de Messi (ou de Juninho à Marseille, pour une référence plus lyonno-lyonnaise). Il faut croire qu’on préfère Cristiano Ronaldo dans la Loire, et ce simple maillot montré aux supporters a provoqué un envahissement de terrain et une longue interruption de match. Le geste de Fekir a déjà beaucoup fait parler, et continuera de le faire dans la semaine qui vient, mais il restera dans la légende. Comme les carottes, comme le tacle du supporter à Feurs, comme la Playstation. Le Derby, ce n’est pas que du football. Même si Nabil Fekir est fort dans les deux domaines.

À lire aussi > > > Nabil Fekir, un maillot trop grand pour lui ? (So Foot)

Capitaine Fekir a pu compter sur des individualités offensives qui se sont tous hissées au niveau d’un Derby, seul Bertrand Traoré semblant un cran en-dessous malgré son but. Mariano Diaz a tenté une ou deux frappes de loin stéréotypées et Memphis Depay s’est parfois un peu trop enflammé, à l’image de cette roulette en trop juste après un contrôle orienté superbe. Mais leur apport collectif a été en grand progrès par rapport aux dernières semaines.

Et que dire de Houssem Aouar ? On craignait avant le match que le faire évoluer en relayeur dans un premier Derby soit un cadeau empoisonné et qu’il n’arrive pas à se hisser au niveau du combat physique. Il n’en a pas eu besoin : sa qualité technique lui permet de briller même placé plus bas (sa passe pour Kenny Tete sur le but de Mariano, mamma mia) et sa grinta compense son allure de crevette.

 

Hamouma, nouveau Petit Bonhomme

L’épique fin de match fera oublier tout le reste de la rencontre. Il y aurait pourtant encore beaucoup à en dire. On pourrait ainsi sans doute réécrire l’histoire en changeant le cours d’une simple minute où tout a tourné en défaveur de Romain Hamouma : l’enchaînement face-à-face perdu contre Anthony Lopes, corner foiré à cause d’une blessure le forçant à sortir et contre-attaque victorieuse pour l’adversaire est assez inouï de malchance.

On n’avait sans doute pas vu une telle déveine individuelle dans un Derby depuis le Petit Bonhomme Frédéric Piquionne, ni vécu une minute aussi folle depuis le raté de Jean-Claude Darcheville suivi d’un but de Karim Benzema à Ibrox Park. De quoi remercier Hamouma, surtout que la défense centrale MarceloJérémy Morel ne semblait pas offrir tous les gages de sérénité. Elle a pourtant tenu bon face au pressing stéphanois en première période, avant que la deuxième ne vire à la formalité. Y a certains soirs où tous les éléments semblent tourner du bon côté. Autant que ce soit à Geoffroy-Guichard.

Hugo Hélin

(Capture d’écran Canal+)

6 Comments

  1. Demaison

    6 novembre 2017 at 1:14

    W-ahou ! A peu près la meme passion dans votre commentaire du match que sur le site asse.fr – la couleuvre semble etre dure à avaler. Et bravo a Marcelo notre meilleur DC depuis Cris, avec lui on peut voyager, et respect au staff qui a su garder la tete froide malgré les vents contraires de Septembre.

    • Hugo Hélin

      6 novembre 2017 at 1:44

      Tu me sembles bien pisse-froid toi aussi. Marcelo meilleur défenseur central depuis Cris ? Depuis la création de l’histoire du club, voire de l’histoire du football voyons !

      • Demaison

        6 novembre 2017 at 8:14

        Belle amplification, mes excuses à Sam23, parce que sinon… Je voulais souligner le bon debut de saison d’une recrue qui me semble sous-estimé (note 5) et ajouter qu’une partie de la difference hier a residé, il me semble, dans le bon recrutement de l’OL (cela faisait longtemps, peut etre depuis l’histoire de la creation du club à ses debuts (sic)) qui a titularisé 5 recrues + 2 entrees en cours de match alors que l’ASSE n’avait aucune de ses recrues titulaire.

        un supporter passionné

      • Nicodupuisfr

        9 novembre 2017 at 10:06

        Salut.
        Étonnant (?) effectivement ces notes et plus encore ces commentaires sur Marcelo.
        Du mal à faire ton deuil de Mamana, notre ex triste gaucho, c’est ça ?

  2. MacGregor

    6 novembre 2017 at 9:33

    c’est vrai que ton compte rendu du match fait un peu virer : tu préfères retenir les deux frappes stéréotypés de Diaz?? le pélo te claque deux passes decisives et à pas arrêter d’harceler la défense. La roulette de Memphis? et son but c’est du pipi de chat? et (ENFIN) sa participation aux tâches défensives, on s’en bat les c…?
    Sérieux, pour un média pro lyonnais, il me semblait qu’un peu plus de passion, de mauvaise foi ne vous ferait pas de mal : même Duluc de l’équipe est plus chaud que vous…
    Dernier point, pas un mot sur Genesio, sur la cohérence de l’équipe, sur les automatismes qui commencent à poindre (cf. ses remarques sur le jeu trop perso des attaquants contre Metz, qui ont corrigés le tir sur ce match). Vous continuez la croisade ? Bref, une victoire historique dans le Chaudron, et un compte rendu qui donne l’impression qu’au mieux on a eu de la chatte (les éléments qui tournent en la faveur de l’OL) au pire c’est les verts qui se sont déchirés…

  3. Djelezinc

    7 novembre 2017 at 1:50

    Article nul…
    Va ecrire sur le site des ch#*!$ verts.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>