Besiktas – OL (2-1, 6 tab à 7) : Midnight Express pour les demies

OL

LES NOTES. On a survécu à une douzaine d’arrêts cardiaques avant de vivre au bout de la nuit une séance de tirs au but, un exercice dans lequel l’OL a historiquement la même réussite que Frédéric Piquionne devant les cages. Mais cet OL-là est décidément imprévisible et s’est hissé dans le dernier carré de la Ligue Europa au bout de la nuit. L’Olympique Lyonnais vivra donc, après celles en C2 1964 et en C1 2010, la troisième demi-finale européenne de son histoire les 4 et 11 mai prochain.

 

Quart de finale retour de Ligue Europa, jeudi 20 avril 2017

Besiktas JK – Olympique Lyonnais 2-1, 6 tab à 7

Buts : Talisca (27e et 58e) pour Besiktas, Lacazette (34e)

Avertissements : Adriano (29e), Tosic (78e) et Gonul (119e) pour Besiktas, Gonalons (32e) pour l’OL

Besiktas : Fabri – Gonul, Mitrovic, Tosic, Adriano (Beck, 77e) – Ozyakup (cap) (Uysal, 95e), Hutchinson – Quaresma (Arslan, 117e), Talisca, Babel – Tosun. Entr. : Senol Gunes.

OL : Lopes – Jallet, Nkoulou, Diakhaby, Morel (Rybus, 120e) – Gonalons (cap), Tousart – Cornet (Fekir, 77e), Tolisso, Valbuena – Lacazette (Ghezzal, 90e). Entr. : Bruno Genesio.

Lopes 7 – Jallet 4, Nkoulou 7, Diakhaby 7, Morel 7 – Gonalons 5, Tousart 6 – Cornet 3, Tolisso 8, Valbuena 7 – Lacazette 8

 

La défaite a parfois une saveur très douce et celle-ci passera comme une lettre à la Poste. L’OL s’est certes incliné 2-1 à Istanbul contre Besiktas, mais a ramené la troisième qualification en demi-finale de coupe d’Europe de son histoire dans sa valise. Les notes individuelles s’en ressentiront forcément : le rythme cardiaque n’est pas redescendu à un niveau acceptable et l’euphorie est toujours là. Et la domination globale des Lyonnais explique encore plus cette prime à la qualif.

Maxime Gonalons est sans doute celui qui en profite le plus. Le capitaine restera l’homme qui a converti le penalty décisif après un match loupé (hormis sa balle piquée sur le but lyonnais). Christophe Jallet aurait pu hériter de ce rôle quelques secondes plus tôt, mais a préféré envoyer un boulet de canon au-dessus de la transversale.

On a déjà lu certains commentaires louant les grosses cojones de Captain Max. On signalera malgré tout qu’il a pris ses responsabilités en tant que huitième tireur, après un défenseur central de 20 ans ayant 27 matchs en pro dans les pattes…

Mouctar Diakhaby a d’ailleurs continué à étonner son monde, notamment en convertissant son tir au but avec un sang froid dingue (soyez honnêtes, qui n’a pas flippé en le voyant s’avancer ?). À ses côtés, Nicolas Nkoulou nous a rappelé au moment de l’annonce des compos qu’il était toujours dans l’effectif lyonnais, puis nous a rappelé pourquoi il était l’un des défenseurs centraux les plus prometteurs d’Europe il y a quelques années. Dans la lignée de la CAN remportée cet hiver en étant énorme (on n’a bien évidemment vu aucun match et on fait confiance aux gens qui matent la CAN).

Anthony Lopes est plus dur à juger : deux grosses parades devant Tusun, deux tirs au but repoussés, mais pas impérial avant le corner amenant à l’ouverture du score. Le curseur pointe malgré tout largement vers « héroïque ». Jérémy Morel est monté en puissance au fur et à mesure du match. Il a toutefois manqué d’un peu de justesse offensivement, mais cette double confrontation est plus que réussie de sa part après son but à l’aller. Lucas Tousart a dû écoper défensivement pour deux dans le double pivot, comme d’habitude. Souvent trouvé aux abords de la surface, il a manqué de spontanéité dans la zone de vérité. En théorie, ça ne devrait pas vraiment être ce qu’on lui demande. Les miracles du double pivot. Maciej Rybus a de son côt… ce début de phrase est plus long que l’entrée en jeu du Polonais, qui a foulé la pelouse pour aller inscrire son tir au but.

Placé en soutien de l’avant-centre, Corentin Tolisso a livré un grand match après un petit temps de rodage, sans être récompensé. Il en a pourtant eu l’occasion, au quart d’heure de jeu sur un enchaînement contrôle de la poitrine-volée du gauche à 0-0 ou sur un tir sauvé miraculeusement par Fabri lors des prolongations. Alexandre Lacazette a lui été l’autre homme fort du match. S’il a marqué le seul but lyonnais, il aurait pu faire en sorte que le match se termine plus tôt. Le poteau, après une frappe enroulée à la Thierry Henry, et la barre transversale, à la dernière minute du temps réglementaire, en ont décidé autrement. Sorti touché, il manquera peut-être la demi-finale aller. Un coup dur, un vrai.

Remplacé par Rachid Ghezzal, dont on se demande toujours ce qu’il fout dans le groupe. Maxwel Cornet a lui été suppléé par Nabil Fekir. Le premier a bien défendu, a beaucoup couru mais a manqué de justesse technique (rien de très surprenant), le second n’a jamais réussi à faire la différence. Enfin, Mathieu Valbuena a lui aussi prouvé qu’il en avait des grosses et qu’il appréciait les contextes hostiles. Même s’il a souvent trop touché le ballon, il a été le moteur de l’attaque lyonnaise et n’a pas tremblé au moment de tirer en cinquième position.

Hugo Hélin

(Photo UEFA Europa League)

5 Comments

  1. Pier Tyr Laigle/pier feuil scifo

    21 avril 2017 at 10:10

    Merci pour le retour. Globalement d’accord avec les notes mais je te trouve bien gentil avec Jallet. Il a fait un match catastrophique, il n’attaque jamais le joueur en position de centre, il devrait déployer la nappe pour le pique-nique et toutes ses relances et ses contrôles étaient affreux. Et son penalty… C’est indigne de ce qu’il sait faire, de ses capacités. Le reste de la défense et le Diakh ont été grands. Morel a été fort, très. Et Fekir a fait ce qu’il peut à ce poste qui n’est pas le siens. Il a besoin d’un point de fixation autour duquel graviter. Concernant Rachon c’est un putain de mystère, ses centres sont tout pourris et ses passes… C’est incroyable… J’ai retrouvé mes sensations de gosse avec ce match, c’est le foot que j’aime. Et cette ambiance de dingue. Chapeau à ce public.

    • Etienne

      21 avril 2017 at 12:00

      100% d’accord avec toi !
      Jallet a été en dessous de tout hier soir et a failli nous coûter la qualif. J’aurais aussi été moins sévère avec Gonalons qui a tout de même été un point de fixation très efficace à la relance et a fait un match plus que correct, même si je suis d’accord qu’il aurait du tirer son pénalty bien avant. Mais bon on ne va pas se plaindre de voir la capitaine transformer le tir-au-but qui nous qualifie !
      Allez encore quelques matchs comme ça pour espérer un titre !?

  2. gege

    21 avril 2017 at 10:30

    3 pour Cornet, je vous trouve durs. OK il n’a pas ete genial, mais il a perdu moins de ballons et fait beaucoup moins de mauvais choix que d’habitude. Il a fait un vrai travail d’ailier en percutant et en revenant defendre.

    Diakhaby donne envie de lui mettre 10 tellement il transpire la fraicheur et l’envie. Il a l’air d’avoir plus de mental qu’un Thiago Silva…

  3. julien

    21 avril 2017 at 10:22

    Par rapport à Valbuena, j’aurais dit comme pour ghezzal en un peu mieux: bcp couru, tout donné , mis son peno, mais QUE de déchet !!! Et du coup j’aurais inversé les notes de gonalons et valb’. Ginalons vous pensez ce que vous voullez de son matchs mais bon sa louche nous donne peut être la qualif’ et son penalty il le met comme tout le monde (sauf jallet et les deux def turks)

    • Hugo Hélin

      21 avril 2017 at 10:54

      « sa louche nous donne peut être la qualif’ »

      Et le ballon perdu dans la surface qui amène le corner de l’ouverture du score nous force peut-être à serrer les fesses 30 minutes de plus au lieu d’être qualifié à la fin du temps réglementaire (tant qu’à jouer à ça)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>