OL – Ajax Amsterdam (3-1) : regretada

OL

LES NOTES. L’OL a vécu le pire scénario possible en demi-finale retour de Ligue Europa. Défait 4-1 à l’aller, le club lyonnais a cette fois gagné 3-1. Et a eu les occasions pour aller en prolongation…

 

Demi-finale retour de Ligue Europa, jeudi 11 mai 2017

Olympique Lyonnais – Ajax Amsterdam 3-1

Buts : Lacazette (45e sp, 45e+1) et Ghezzal (81e) pour l’OL, Dolberg (27e) pour l’Ajax

Avertissements : Morel (18e) Tolisso (19e) Diakhaby (48e) Nkoulou (61e) Fekir (61e) pour l’OL, Veltman (49e) Klaasen (50e) Viergever (69e) pour l’Ajax

Exclusion : Viergever (84e) pour l’Ajax

OL : Lopes – Rafael, Nkoulou, Diakhaby, Morel (Rybus, 75e) – Gonalons (cap), Tolisso – Cornet, Fekir, Valbuena (Ghezzal, 77e) – Lacazette. Entr. : Bruno Genesio.

Ajax : Onana – Veltman (Tete, 65e), Sanchez, De Ligt, Viergever – Klaasen (cap), Schöne (Van de Beek, 59e), Ziyech – Traoré, Dolberg, Younes (Kluivert, 82e). Entr. : Peter Bosz.

Lopes 6 – Rafael 4, Nkoulou 3, Diakhaby 3, Morel 3 – Gonalons 4, Tolisso 4 – Cornet 0, Fekir 4, Valbuena 5, Lacazette 7 + Ghezzal 7, Rybus 7

 

On fait le debrief de ce qu’il fallait pour que l’OL se qualifie pour la première finale européenne de son histoire. Un public en feu ? Le Parc OL a répondu présent, bien avant le coup d’envoi, et a joué son rôle comme il le devait. Et même encore plus que cela. Si les Néerlandais ont commis autant de fautes, au point de finir à 10 contre 11 (ce qui aurait pu faire la différence en cas de prolongation), c’est aussi grâce à la pression mise par les supporters lyonnais. Chapeau, messieurs.

Bruno Genesio ne parle jamais de jeu ou de tactique, mais d’envie et d’abnégation ? Ses joueurs ont démontré qu’ils mouraient évidemment d’envie de jouer une finale européenne (il faut être stupide pour penser le contraire). Le plan de jeu basé uniquement sur un pressing agressif et un rapport de force imposé à l’adversaire a vite montré ses limites en première période, quand l’Ajax a réussi à poser peu à peu son jeu. Et à ouvrir le score sur une contre-attaque après un corner lyonnais. Ce n’était pas la première fois que l’OL se mettait tout seul en danger dans une situation semblable. L’abnégation, c’est bien. Le travail tactique, c’est pas mal aussi.

Si l’OL a pu y croire, c’est grâce à un homme providentiel. C’était l’un des autres ingrédients nécessaires à l’exploit, et Alexandre Lacazette a su enfiler son costume de Sonny Anderson 2001 au bon moment. Pour son (sans doute) dernier match européen avec son club formateur, le Kid de Mermoz a rallumé la flamme à un moment où elle était en train de s’éteindre. En frappant par deux fois, il a aussi fait regretter encore plus son absence au match aller. Une qualification se joue à peu de choses : qui sait si Lacazette n’aurait pas pu être titulaire, ou jouer au moins une mi-temps, si la rencontre à l’Amsterdam ArenA avait eu lieu le jeudi et non le mercredi ? Foutu jour férié.

Dernier ingrédient nécessaire pour l’exploit : une réussite insolente. On avoue qu’on y a cru. L’OL ne méritait pas d’être en tête à la pause, mais menait 2-1 grâce à un doublé express de Lacazette. Une frappe enroulée superbe de Donny van de Beek finissait sur l’équerre d’Anthony Lopes ? Deux minutes plus tard, une tête non-cadrée de Rachid Ghezzal finissait au fond des filets après avoir été contrée par un genou et être passée entre les jambes du gardien.

Malheureusement, le plan de jeu “on serre les fesses derrière – on est ultra-réalistes devant” a ses limites. L’une d’elles se nomme Maxwel Cornet. Comme souvent, l’ancien Messin a tout raté lors de ce match. Dont une balle de match à quelques secondes du terme, consciencieusement envoyée à côté. Pas sûr cependant qu’il serve à grand chose de regretter les occasions manquées. Sur l’ensemble des deux matchs, l’Ajax a dû en avoir dix fois plus. La différence s’est faite ailleurs. Sur le banc et dans les bureaux des dirigeants notamment.

Hugo Hélin

(Photo UEFA)

9 Comments

  1. gege

    12 mai 2017 at 7:55

    A un moment il faut arreter avec les 0 pour Cornet. Lacazette, Fekir et Tolisso ont tire en tribune hier, Valbuena n’a pas reussi a faire la difference, Gonalons a encore arrete de courir sur le but encaisse… Cornet ne peut pas etre le seul responsable non plus. Et puis, serieux, 7 pour Ghezzal ? Tout ce qu’il fait c’est une tete non cadree et vous lui mettez 7 ?

    • Mathisk69

      12 mai 2017 at 8:52

      Il aurait pas fallu mettre 0 à Cornet mais pauvre Messin qui joue une demi finale d’Europa League titulaire alors qu’il devrait être remplaçant du remplaçant.

    • Hugo Hélin

      12 mai 2017 at 11:33

      Puisque « il faut arrêter avec les 0 pour Cornet », je veux bien les exemples de zéro précédents (d’habitude je lui mets 1)

      (et effectivement son match méritait peut-être plus que 0, à croire qu’un facteur émotionnel entrait aussi en ligne de compte hier soir, quel scoop) (ça vaut aussi pour le 7 de Ghezzal d’ailleurs – si on m’avait dit avant ce match que je serai accusé d’être trop gentil avec Ghezzal, je n’y aurai pas cru haha)

      • gege

        12 mai 2017 at 11:50

        Je crois que c’est la note pour Ghezzal qui m’a fait le plus bondir au final. D’habitude il n’arrive pas a un total de 7 en moins de 10 matches.
        Ca n’enleve en rien la qualite du travail que vous faites sur ce site le reste de l’annee evidemment.

  2. Limier Leschant

    12 mai 2017 at 1:33

    Salaud pour Diakhabi aussi qui est le seul défenseur qui ne s’est pas caché, à pris sa part de relances, même s’il y à eu un peu de déchet (et que c’est moche à voir), C’était mieux que prendre le pressing des marmots de l’ajax (bisou pour nkoulou et gonalons dont la tactique était : Je file la balle à tolisso) Et gentil pour Rafael : les deux faces à face (dont celui du but encaissé qui nous elimine) Il ne sert à rien (ni cadrage du passeur, ni contrôle de Dogberg).

  3. Limier Leschant

    12 mai 2017 at 1:36

    Mais Cornet il croque quand même un max, tout en courant moins vite que son vis à vis (un tout doit à gauche aurait suffit) Même Valbuena court plus vite…

  4. Joninho

    12 mai 2017 at 3:57

    Pour moi, il y a beaucoup beaucoup à dire sur Fekir.
    Il rate une balle de 3-2 à l’aller 1 min avant le 4-1, et hier il a -au moins- 1,5 balles de but consciencieusement cagadée.
    Il ralentit le jeu, n’avance pas.

    Sur l’ouverture du score Gonalons revient en tranquillement, il doit être à la retombée de la tête de Nkoulou.
    Globalement j’ai trouvé un manque de prise de responsabilité, Coco tolisso en premier chef, le nombre de ballons qu’il a eu aux 20 m sans oser allumer la mêche, à chercher une dernière passe impossible.
    Pas beaucoup de mouvements vers l’avant d’où les montées rageuses de Diakhaby qui a tout donné, jusqu’à son coude dans la face du batave.

  5. Limier Leschant

    12 mai 2017 at 5:09

    Ouep, c’est vrai, mais en même temps, la qualité de contrôle a amené Fekir à être souvent la cible qui permettait de faire monter l’équipe, de permettre de déclencher les courses des latéraux vers l’avant, etc… Valbuena partait souvent de plus bas et a perdus quelques ballons problématiques qui interrompent des grosses séquences de pressions et permettent des contres (que Diakhabi a aussi bien géré que Traoré a croqué). Dans un rôle similaire, Fékir n’a pas perdu ces ballons. Lacazette ne pouvait pas être à la reception de toutes les balles. Et puis, ce n’est pas Cornet (espèce de Moussa Sissoko sans impact physique) qui, se faisant bouffer à la course et ayant un peu de mal avec le ballon qui pouvait prendre ce rôle là. Bon après, c’est vrai que Fékir a croqué devant le but. Mais j’ai l’impression qu’il a plutôt aidé que le contraire. Comme Gonalons et Tolisso qui ont été assez monstrueux sur les seconds ballons.

    Là ou hier soir j’ai vraiment insulté des mamans c’est sur les phases défensives, où ils pouvaient pas défendre en avançant. Cornet et Rafael qui font des prises à deux sur Younes et le laissent rentrer à l’intérieur, c’est pas possible. Gonalons qui contrôle pas les courses des mecs qui viennent de derrière, non plus. Au moment où il y a eu 0-1, une action a été symptomatique. Younes Dolberg et Ziech sont 3 contre 6, manquent 4 fois de perdre la balle, mais personne fait vraiment l’effort pour la gratter, et ce doit être Alex qui vient faire le ménage et gratte la balle. Après avoir vu la Juve défendre la veille, ça faisait assez mal aux yeux…

    Et pour les frappes, il n’y en a pas eu tant que ça où le mec avait le petit espace et le petit temps pour mettre une frappe à 20mètre qui soit autre chose qu’un Ave Maria. Ya une balle en retrait sur un débordement de Ghezzal où le pétron s’imposait.

    PS : j’ai oublié j’ai insulté très fort la mère de Fekir sur le coup franc. Si près, ce n’est pas si facile à mettre, c’est dur de faire retomber le ballon sous la barre quand on passe au dessus du mur. Mais cette frappe moisié, pas équilibrée… Un cachou coup de pied ou un peu exter, pourquoi pas, mais un cachou de la maléole comme cela…

    • kabongo

      12 mai 2017 at 6:08

      Enfin un sourire !

      Je n’avais pas lu le mot pétron depuis une éternité.
      L’époque de Nikolic au moins….

      Putain on se faisait moins chier qu’avec cette équipe de la honte.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>