Yanga-Mbiwa à l’OL, et roule Mapou !

Olympique Lyonnais

MERCATO. Mapou Yanga-Mbiwa est donc l’homme providentiel qui doit permettre à l’OL d’avoir enfin une défense centrale digne de ce nom. Personne n’est certain qu’il vaut les quasi 10 millions que l’Olympique Lyonnais s’apprête à verser à l’AS Roma, mais l’attente est énorme. Elle a huit ans, il faut dire.

 

Depuis 2007 et la grave blessure de Cris contre Toulouse, l’OL cherchait une paire de défenseurs centraux complémentaire et stable. Si le duo Bisevac-Umtiti remplit aisément le premier critère, ce n’est pas vraiment le cas du deuxième tant le Serbe est fragile (il n’a jamais été titulaire plus de 29 fois en L1 depuis son arrivée à l’OL). Tout l’inverse du joueur formé à Montpellier, qui n’a connu qu’une seule blessure depuis trois saisons.

Mapou Yanga-Mbiwa (26 ans) n’a pas le palmarès de Valbuena et encore moins celui de Rafael, les deux dernières recrues olympiennes. Il n’a remporté qu’un seul titre dans sa carrière, celui de champion en 2011-12 avec son club formateur, Montpellier, dont il était le capitaine à même pas 23 ans. Mais derrière, il a eu du mal à confirmer. À Newcastle, il a été baladé entre le poste d’arrière droit, auquel il jouait de temps en temps en équipe de jeunes, et celui de milieu défensif. À la Roma, après de bons débuts, il a eu beaucoup plus de mal après la trève, au sein d’une équipe qui s’est écroulée en deuxième partie de saison.

 

Yanga-Mbiwa, une défenseur, un vrai

Mapou Yanga-Mbiwa a un gros caractère, comme son futur partenaire en défense centrale. Même si ça peut le pousser à certains excès, comme ici après avoir été expulsé à Bordeaux :

D’ailleurs, les suspensions pourraient être un de ses plus gros problèmes à l’OL. S’il n’a pas reçu tant de cartons rouges que ça dans sa carrière (4 en plus de 300 matchs), il a, en revanche, énormément été averti avec 55 cartons jaunes.

Avec Mapou Yanga-Mbiwa, l’OL va donc gagner en caractère, ce qui a pu manquer sur certains matchs la saison dernière, notamment lors du Derby à l’aller ou dans le sprint final. Ce joueur n’a pas peur d’aller au duel et est loin d’être mal à l’aise balle au pied (92% de passes réussies la saison dernière), avec notamment ses montées balle au pied qui peuvent être intéressantes dans un système où les latéraux évoluent haut. Et si on a pu lui reprocher une certaine nonchalance lors de ces passages à l’étranger, Mapou est un faux-lent, capable d’anticiper le danger dans le dos des latéraux. Son passé d’arrière latéral gauche à ses débuts en pro n’y est sûrement pas étranger.

 

Le complément élémentaire

En revanche, son jeu de tête n’est pas vraiment exceptionnel, avec moins d’un duel aérien sur deux gagné, même si l’un d’entre eux a qualifié la Roma pour la Ligue des Champions en fin de saison dernière dans le Derby contre la Lazio.

Un de ses six buts en carrière, un total assez moyen. Autre faiblesse, son manque de concentration. Il est ainsi capable de commettre de grosses erreurs qui coûtent cher à son équipe, comme samedi dernier en match amical contre Valence.

Soyons clair, si Mapou Yanga-Mbiwa retrouve son niveau de Montpellier, l’OL aura sa meilleure charnière depuis Squillaci-Cris, tant il semble complémentaire avec Samuel Umtiti. Vu le prix engagé pour le désormais ex-Romanista, le plus gros de cet été particulièrement actif côté lyonnais, ça serait plutôt arrangeant et ça comblerait le plus gros manque de l’OL depuis plusieurs saisons. Sinon Corentin Tolisso pourrait bien encore jouer les pompiers de service à un nouveau poste.

Par Raymond Jacquet (avec HG)


(Photo Sydney Low – ZM / Panoramic)

One Comment

  1. Philou Passe

    14 août 2015 at 4:13

    Ah oui, la passe contre Valence, y’a du Kleber Anderson dedans.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>