Ulrik Jenssen : « Montrer que j’ai fait le bon choix »

jenssen

ENTRETIEN. Il était l’une des attractions de l’avant-saison de l’OL. Ulrik Jenssen émoustillait les suiveurs de la CFA et était convoqué pour la préparation avec les pros. Aligné à gauche de la défense, le Norvégien avait sombré lors des matchs amicaux. Pas abattu et bien conscient que latéral ne sera jamais son poste, il a accepté de répondre aux questions sur ses prestations, son choix de signer en France, le parcours en Gambardella… et les cuisses de grenouille.

 

English version

 

Cet été tu as connu ta première préparation complète avec les pros. Comment ça s’est passé ?

Je m’attendais à ce que ce soit difficile et je ne m’étais pas trompé. C’était une expérience enrichissante : je me suis entraîné deux fois par jour, avec plein de bons joueurs et ça s’est bien passé. J’ai aussi pu jouer deux matchs contre Arsenal et le PSV et me confronter au plus haut niveau.

Quels ont été tes premières impressions ? Quelque chose t’a frappé ?

Le tempo des matchs, même si je m’étais déjà entraîné avec les pros. J’ai dû prendre le rythme.

Tu as joué deux matchs, en débutant contre le PSV comme arrière gauche. Ce n’était pas trop dur de jouer à cette position ?

Ce n’est pas ma position préférée. Je n’avais jamais joué à ce poste en France avant et seulement quelques fois en Norvège. Le coach voulait me voir jouer là donc j’ai tenté le coup. Arrière gauche ou pas, c’était une chance pour moi de jouer ces matchs.

Tu avais en face de toi Luciano Narsingh, un adversaire coriace…

La vitesse n’est pas ma principale qualité donc ce n’était pas évident. Il est très rapide, comme Oxlade-Chamberlain que j’avais en face de moi contre Arsenal.

Qu’est-ce que Fournier t’a dit avant ce match ?

Si on fait abstraction du résultat, c’était merveilleux de jouer pour l’OL contre Arsenal devant 60.000 personnes.

Sois concentré, reste en défense, communique beaucoup avec Umtiti et prends du plaisir sur le terrain.

Et les anciens de l’équipe ? Ils t’ont rassuré ?

Ils me connaissaient et ils savaient que je pouvais jouer arrière gauche, parce que j’avais été essayé à ce poste quelques fois à l’entraînement. Ils m’ont dit de me concentrer sur mon match et que tout se passerait bien.

Et puis il y a eu le match contre Arsenal, un naufrage pour toute l’équipe. Est-ce que tu en as appris quelque chose ? Quels souvenirs t’en garderas ?

Si on fait abstraction du résultat, c’était merveilleux. Jouer pour l’OL contre Arsenal devant 60.000 personnes : c’est ce dont on rêve enfant, et j’adorerais revivre ça. Peut-être au nouveau stade…

Tu as des attentes pour la saison à venir ? Ou des objectifs ?

Un de mes objectifs personnels est de faire mes débuts en pro. Mais je sais que rien n’est donné et que je dois faire des bonnes performances avec la CFA pour y arriver, et aussi m’entraîner de plus en plus avec les pros.

Yanga-Mbiwa est arrivé cet été et il y a beaucoup de défenseurs centraux dans l’effectif. Il y a de la concurrence ? Est-ce que des joueurs plus âgés t’ont pris sous leur aile ?

« Je dois vraiment progresser physiquement. Ça m’a marqué contre Arsenal »

En ce moment les jeunes ne s’entraînent pas trop avec les pros. Il y a beaucoup de joueurs en équipe première, surtout en défense centrale. Les cinq joueurs devant sont tous très bons. Il faudra que je saisisse ma chance dès que j’en aurai une.

Quels aspects de ton jeu veux-tu encore améliorer ?

Ma puissance et ma vitesse, mais aussi ma maturité. Je dois vraiment progresser physiquement. Ça m’a marqué contre Arsenal. Tous leurs joueurs sont impressionnants physiquement !

Il y en a un qui t’a marqué ?

Oxlade est un monstre. Il est rapide, costaud et bon avec le ballon. Et Özil aussi, merveilleux techniquement.

Comment est-ce que Lyon t’a approché ?

Ils m’ont vu avec les U17 norvégiens, en 2012 je crois. On jouait un tournoi amical en Pologne et Gérard Bonneau, il me semble, était là et m’a vu. Après la fin du tournoi, ils m’ont demandé si je voulais venir et m’entraîner pendant une semaine. Je l’ai fait et ça a marché ! Ils ont voulu me faire signer un contrat et voilà.

C’était quoi tes premières pensées ? Qu’est-ce que tu savais sur « nous » ?

Je me suis dit que c’était dingue. Je viens d’une petite ville en Norvège et même dans mes rêves les plus fous je ne m’imaginais pas qu’un grand club comme l’OL voudrait me recruter. Je connaissais le club grâce à la Ligue des Champions et à l’époque où il dominait la Ligue 1.

Je ne parlais à personne. Gilles Rousset parle anglais et m’a beaucoup aidé.

Parle-nous de tes premiers mois à Lyon. Comment tu t’es adapté à la vie en France et au club ?

La transition a été très difficile. J’ai eu de la chance d’avoir ma mère et mon frère avec moi. Je pense que ça aurait été impossible sans eux. La vie en France est très différente de celle en Norvège. Personne ou presque ne parle anglais et je ne parlais pas français. Au bout de deux ou trois mois, ça a commencé à aller mieux.

Quelque chose en particulier t’a surpris ? En bien ou en mal…

Franchement, surtout la langue. Je n’arrivais même pas à parler à mes coéquipiers pendant l’entraînement. La plupart du temps je ne parlais à personne. Gilles Rousset parle anglais et m’a beaucoup aidé pendant ma première année.

Ça va mieux maintenant ?

Je parle français maintenant. Presque parfaitement, à part l’accent…

À quel moment le staff t’a demandé de passer de milieu défensif à défenseur central ?

En fait, j’ai signé à l’OL comme défenseur ! Je venais de changer de position trois mois avant, avec l’équipe nationale. Je me vois comme un défenseur…

Et tu penses que ce changement a augmenté tes chances de figurer dans le groupe pro ?

Je me vois comme un défenseur, mais je peux jouer à deux ou trois postes. J’aime jouer en défense mais aussi au milieu, et je pense que c’est une force.

Quelles sont les principales différences entre le foot norvégien et le foot français ?

Les entraînements en Norvège se concentrent moins sur les un-contre-un. Ici on travaille beaucoup l’aspect individuel, en Norvège l’aspect collectif. Le rythme et le niveau technique sont évidemment plus élevés ici. Ce coté individuel de l’entraînement m’a beaucoup aidé.

(Photo Jean-Marc)

« Être capitaine, c’est un honneur. » (Photo Jean-Marc)

Il y a deux autres Norvégiens (Ada Hegerberg et Tord Salte) à l’OL, tu passes du temps avec eux ?

Je traîne beaucoup avec Tord Salte. On joue beaucoup à FIFA – je le bats tout le temps – mais on apprend aussi le golf. On est trois Norvégiens et John Carew est déjà passé avant nous, donc pourquoi ne pas en faire venir d’autres ?

Qu’est-ce qu’il te manque le plus de Norvège ?

Surtout mes amis et ma famille. C’est parfois dur d’être si loin et de ne pas pouvoir les voir tous les jours.

T’as un quartier préféré à Lyon ? Tu as goûté la cuisine lyonnaise ?

J’adore Confluence. C’est petit et plutôt calme, vraiment un joli coin. J’ai pas encore testé beaucoup de bouffe locale. Je veux goûter aux cuisses de grenouille, mais pas les escargots. Peut-être plus tard !

Le parcours en Gambardella l’an dernier a été un moment fort (défaite 2-0 en finale contre Sochaux). Tu es toujours déçu ?

On était très forts en défense. Et avec ces deux là (Aldo et Maxwel) devant…

Quand j’y repense, oui. Mais on a fait un superbe parcours, joué contre plein de bonnes équipes et réussi à les battre.

Qu’est-ce qu’il s’est passé en finale ?

On n’y était pas, tout simplement. On n’a pas joué comme on aurait dû et comme on aurait pu. C’est impossible de gagner si tu n’es pas dans le match.

Quels joueurs t’ont le plus impressionné ?

Nos deux attaquants étaient super. Aldo Kalulu et Maxwel Cornet peuvent se créer des occasions tout seuls. Ils ont marqué des buts dans presque tous nos matchs. La façon dont on a joué nous a permis d’aller aussi loin : on s’est battu comme une équipe, on a bien défendu ensemble et on n’a pas concédé beaucoup d’occasions. On était très forts en défense et avec ces deux là devant…

Est-ce qu’il y a un match où tu t’es dit « OK, on peut la gagner » ?

Contre Saint-Étienne. On était menés 0-2, il restait trente minutes à jouer, on a mis un premier but puis Fahd Moufi a égalisé à la dernière minute. Là je me suis dit qu’on pouvait aller au bout avec ce fighting spirit. On ne se déclarait jamais vaincus.

Ça t’a fait quoi d’être capitaine ?

C’était un honneur, surtout d’être capitaine d’une équipe capable de jouer si bien et d’aller si loin.

C’est une possibilité pour toi d’être prêté ?

C’est important de montrer que je peux devenir un bon joueur même en ayant fait ce choix atypique. Beaucoup de joueurs de mon âge jouent en pro en Norvège.

Oui, peut-être, mais je devrais signer un nouveau contrat d’abord. En attendant, je marche au jour le jour et je me préoccupe juste de bien m’entraîner.

Et tu te vois à Lyon dans un avenir proche ?

Oui. Il me reste une saison de contrat donc j’espère être toujours là la saison prochaine !

Tu as été convoqué avec la Norvège U21, tu as des ambitions en sélection ?

Je veux devenir titulaire en U21. Il y a un Euro en 2017 et j’espère y être.

Tu sais ce que ton sélectionneur pense de ton choix de venir à Lyon ?

Je fais partie des joueurs qui ont quitté la Norvège jeune, à 16 ans. C’est important de montrer que je peux devenir un bon joueur même en ayant fait ce choix atypique. Beaucoup de joueurs de mon âge jouent en pro en Norvège, et j’ai décidé de venir à l’académie ici. C’est bien de montrer que ce choix peut marcher aussi.

Propos recueillis par OL News_eng

(Photo Jean-Marc)

One Comment

  1. Dardervil

    25 octobre 2015 at 6:04

    HF l’a flingué cet été en le faisant débuter comme titulaire en pro à un poste qui n’est pas le sien et dans une équipe qui était en train de perdre tous ses repères de la saison passée, c’était quasiment une faute professionnelle que de le griller de la sorte alors qu’il aurait été bien plus judicieux de ne le faire entrer qu’en cours de match et à son poste de formation pour commencer. J’espère que cet épisode est derrière lui psychologiquement et qu’il continuera à progresser car c’est un jeune hyper prometteur, j’aimerais vraiment le voir intégrer le groupe pro durablement dans les prochaines années.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>