Ils racontent leur 4 mai 2002

impossible-de-la-oublier-19012_35

ANNIVERSAIRE. Le 4 mai 2002, l’OL s’imposait 3-1 à Gerland face à Lens lors de la dernière journée de Division 1 et remportait le premier titre de champion de son histoire. On a demandé à quelques témoins de nous raconter cette journée qui pourrait désormais faire figure de fête nationale lyonnaise.

 

Patrick Müller, défenseur central de l’OL : « Quand on me pose la question de savoir quel est le meilleur souvenir de ma carrière niveau club, parce que j’ai eu de bons souvenirs en équipe nationale suisse aussi, ça reste celui-ci. J’ai joué quelques années en Suisse avant de rejoindre Lyon. J’ai fini deux fois deuxième et perdu deux finales de coupe de Suisse. La première année où je finis à Lyon, on finit deuxièmes. Bon, on gagne la Coupe de la Ligue donc ça me permet de me dire que je ne suis pas le chat noir. Et l’année d’après, y a cette finale mémorable sur la dernière journée de championnat à domicile pour le premier titre du club… Encore aujourd’hui, quand je repense à tout ça, c’est extraordinaire. C’est des moments tellement magiques, tellement beaux. Une immense fête en ville avec les supporters, avec tous les Lyonnais. Un grand moment. Je ne sais pas combien de capacité il y a sur la place des Terreaux, mais en tout cas elle était pleine. Drapeaux, écharpes, fumigènes, grosse ambiance, c’était magnifique. »

Jean-Jacques Amprino, médecin du club : « Ça m’a filé un coup de vieux de repenser à ça ! Ça fait quinze ans effectivement, je n’avais pas l’impression ! Sur le plan purement médical, on avait fait une préparation un peu spécifique dans les semaines précédentes. On avait essayé avec les kinés de voir tous les joueurs, en essayant de les mettre au top, en insistant sur la récupération encore plus que d’habitude, pour qu’ils soient au top ce soir-là. Et ils l’étaient. C’était un groupe très professionnel. Violeau et Laigle, pour prendre ceux qui ont marqué par exemple, c’était l’ancienne génération de joueurs, avec de la bouteille et un professionnalisme exemplaire. Dès qu’il y avait un petit souci, ils venaient voir les kinés ou moi. On était vraiment dans un modèle qui est celui que devraient suivre tous les joueurs professionnels. Ils étaient au top niveau de ce point de vue-là. Il y avait une très bonne ambiance dans le groupe, très familiale. Quand on est sur le banc de touche, on voit toujours le match d’une façon un peu technique. On suit le ballon et les joueurs en essayant de voir tout ce qui pourrait arriver au niveau d’éventuelles blessures. De mémoire, je ne crois pas être intervenu sur le terrain pendant ce match. Et après le match, ils m’ont foutu dans la piscine comme tout le monde. J’ai eu la chance de faire les sept titres, donc je ne me souviens plus du scénario exact ensuite. C’est le truc classique, on va en bus jusqu’à la place des Terreaux. Je ne sais pas combien de temps on a mis pour y arriver, malgré les motards. C’est des moments qu’on partage vraiment tous ensemble. C’est vraiment avec le recul que je me rends compte de la chance d’avoir été dans ce club au bon moment, avec des groupes extraordinaires. On ne se rend pas trop compte quand on a la tête dans le guidon. »

 

52407

 

Robert Valette, joueur de l’OL de 1969 à 1976 et entraîneur de la CFA en 2002 : « Je pense qu’on avait dû décaler le match de la réserve, c’était tellement énorme. J’étais au stade avec mon épouse et je peux vous dire qu’on était en larmes. Les gens dans les tribunes étaient en larmes. On peut dire qu’on y était. Après le match, on a fini tous ensemble, tout le club. C’était l’euphorie. On a fêté ça dignement. On l’attendait tellement. Et en tant que supporters lyonnais, ça nous mettait un peu mieux vis-à-vis de Saint-Étienne. On ne savait pas qu’il y en aurait six autres derrière, mais la première année ça nous mettait au même niveau que Saint-Étienne. Champions de France. »

Bryan Bergougnoux, 19 ans en 2002 : « J’ai joué le premier match de la saison, contre Lens déjà [défaite 2-0, 20 minutes de jeu en remplacement de David Linarès pour celui qui portait alors le numéro 33]. J’étais arrivé là un peu par hasard. J’avais fait une bonne préparation de pré-saison et de bons matchs amicaux avec la CFA. J’étais en forme. On m’a pris pour le premier match de championnat, vu que le mercato n’était pas fini et qu’il manquait pas mal de joueurs. Je crois que Steed était en instance de départ à Fulham par exemple. Ça libérait des places et j’en ai profité. Mais ensuite, toute la saison j’ai joué toute la saison avec la DH. Même pas avec la CFA. Pour ce dernier match, je suis venu en métro. Normal, comme un supporter. J’étais avec mon cousin en Jean-Jaurès. À la fin, tout le monde rentre sur la pelouse et il me demande si on peut y aller. Il était petit, donc je voulais lui faire plaisir. J’étais champion et je me suis retrouvé au milieu des supporters, dans l’anonymat. J’ai fêté le titre à ma façon. Quelqu’un au club a récupéré ma médaille et on me l’a donné plus tard. Je suis reparti en métro. »

Vincent Duluc, journaliste au Progrès de 1987 à 1995 et à l’Équipe depuis : « J’avais passé toute la semaine à Lyon, ce qui ne m’arrivait pas si souvent. On avait fait une espèce de feuilleton depuis le lundi. Je me souviens que la semaine s’était passée avec une impression étrange, l’impression que c’était inéluctable. Ça semblait presque écrit. Il y avait un peu de ça dans l’air. Du match en lui-même, je me souviens surtout du rapport de force imposée par une équipe qui ne faisait pourtant pas forcément rêver à tous les postes. Ils avaient tout balayé, mais aussi parce que les Lensois s’étaient un peu chié dessus. L’autre souvenir, c’est après. C’est le bordel, le terrain envahi, tout ça. Et comme c’était la préhistoire, on a été invités à la fête avec les joueurs, les dirigeants et quelques invités sur une péniche sur le Rhône. J’avais quitté le Progrès pour aller à l’Équipe voir autre chose, et finalement la meilleure équipe à suivre c’était Lyon. J’étais parti sans savoir que ça allait devenir la meilleure équipe française pendant dix ans. En tant qu’observateur lyonnais depuis 87, il y avait quand même cette cette idée d’avoir vu le début et le bout de l’histoire. Ou plutôt ce qui donnait alors l’impression d’être le bout de l’histoire. »

 

52408


Patrick
, abonné en Virage Nord, 35 ans en 2002 : « Je vais régulièrement à Gerland depuis 1983, l’année où on est descendus en D2. C’est comme si j’avais reçu une mission divine à ce moment-là. Ensuite, j’ai été proche des Bad Gones depuis la création. J’ai jamais été un membre décisionnaire ou au bureau, mais je connaissais les créateurs. Bon, pour le 4 mai 2002, il a fallu que je débroussaille un peu ma mémoire. Pour moi, ça a commencé avant, en février ou mars. Ma femme m’a dit : “Écoute, je vais arrêter de fumer, ce serait bien que t’en fasses autant pour m’aider. Tu ne peux pas continuer de fumer à la maison pendant que moi j’arrête.” J’avais pas envie, je lui ai dit : “OK, si l’OL est champion, j’arrête de fumer.” Ils étaient à dix points, j’étais tranquille ! La journée en elle-même, je ne l’ai pas super bien vécue. J’avais trop de stress. J’étais en virage nord. L’ambiance est assez confuse pour moi. J’étais à la fois dans le stade et ailleurs. Je voulais prendre du recul pour savourer. La Terre pouvait s’arrêter de tourner, je ne m’en serais pas rendu compte. Je voulais juste profiter. Quand l’arbitre siffle la fin du match, j’entends du bruit mais je ne suis plus là. Je vais sur la pelouse et je me souviens m’être roulé dessus. J’avais qu’un délire : j’ai toujours dit que le jour où on serait champions, je ferais un Grand Chelem et je me baignerais dans toutes les fontaines de la ville. Bon, honnêtement je ne l’ai pas fait, il faisait trop froid ! On est quand même allés en ville, à sept ou huit, en allant de fontaine en fontaine mais sans s’y baigner. On a profité des scènes de joie dans les rues. Y avait du monde, moins qu’en 98 mais quand même. On a fini aux Terreaux, la fontaine était inaccessible. On a quand même réussi à se trouver une bonne place, près du balcon de l’hôtel de ville. On a fini notre soirée comme on a pu et j’ai pris une semaine de vacances pour savourer. Tous les matins j’allais acheter la presse et je lisais tout ce qui s’écrivait sur l’OL. Et la clope ? J’ai repris quelques mois après le 4 mai 2002, mais j’ai définitivement arrêté ensuite. »

 

C-1410WXYAAk4wX

 

Hugo, gamin : « Ça va faire mal à tout le monde ce que je vais raconter. Ce match, c’est le premier match de foot dont je garde un souvenir. J’avais 7 ans. Je ne peux même pas dire comment je me suis retrouvé à le regarder, parce qu’aucun de mes parents n’aiment le foot. Peut-être que j’en avais entendu parler à l’école. Bref. J’ai regardé le multiplex de Canal en entier dans le salon. Je me souviens surtout du but de Govou et du 3-1 de Pierre Laigle, avec à chaque fois des plans sur la marée humaine de Bellecour. La chose qui m’a le plus marqué dans ce match, c’est cette phrase de Margotton :  “Pour la première fois de son histoire, l’Olympique Lyonnais est champion de France”, avec à l’image Sonny qui fait des bonds de quatre mètres. J’avais aucune idée de l’importance que cela pouvait avoir, mais en tant que Lyonnais, j’étais heureux. Ce qui ne m’a pas empêché d’éteindre la télé juste après et d’aller me coucher comme si de rien n’était. Avec le recul, c’est terrible de dire ça. Mais c’est également super beau d’avoir ça comme premier contact avec son club. Ça a beaucoup joué sur mon inscription au foot la saison suivante, et la saison de l’OL, je l’ai déjà beaucoup suivie. Ça a conditionné tout le reste de mon enfance. »

Les Gones nés dans les 90’s sont-ils déjà des vieux cons ?

 

Daniel, 25 ans et abonné en 2002: « C’était ma seconde année d’abonné, virage nord bloc E. Juste à côté des Bad Gones, pour avoir le gros de l’ambiance et participer à quelques chants. Le scénario de la saison fait que ce match s’avère décisif pour le titre, sauf que… Je profite des vacances de mai pour rendre visite à ma petite amie américaine. Elle travaillait à la bibliothèque de la petite ville où j’étais, Brigantine, dans le New Jersey. Du coup j’ai mis mon maillot, le blanc avec le sponsor Renault V.I. devant et le flocage Carrière derrière, et je me suis installé à un des ordinateurs publics de la bibliothèque. J’ai suivi le match sur une radio, genre RMC ou France Info, je ne sais plus. Le plus dur, c’était de ne pas crier sur les buts. Et à la fin du match aussi, j’avais cette frustration de n’avoir personne avec qui partager cette joie, chanter ou danser… Je suis resté abonné jusqu’en 2006, quand j’ai déménagé aux États-Unis, donc j’ai pu me rattraper un peu depuis. »

Olivier, 22 ans en 2002 : « J’étais en Erasmus à Coventry cette année-là, et à ce moment-là, j’étais parti voir une amie à Barcelone. Là-bas, j’ai pas trouvé de bar qui diffusait le match. Et on n’avait pas les portables. Avant la fin du match, on rentre à l’appart après un petit apéro de mise en bouche. J’appelle mon père en France via le fixe de ma pote. “Tu as un crédit de quinze minutes mais pas plus !” Mon père décroche et me dit qu’on mène 3-1 et qu’il reste trois minutes à jouer. J’en savais rien, évidemment. Je lui dis de poser le téléphone à côté de la télé, pour vivre le truc en live avec les commentaires. J’ai donc suivi la fin du match assis dans une chambre de six mètres carrés dans un appart barcelonais. J’ai versé ma larme comme un débile au coup de sifflet final. Et j’ai rien vu de cette saison. Même ce match, j’ai juste dû en voir un très long résumé beaucoup d’années plus tard. »

Propos recueillis par Hugo Hélin

3 Comments

  1. kabongo

    4 mai 2017 at 2:21

    Quel contraste avec le vide abyssal qui règne aujourd’hui.

    Le but de Laigle est le beau souvenir de ma vie footballistique – et le restera j’imagine. Gravé. Je me souviens avoir démonté l’épaule de mon voisin.

    L’aboutissement.
    Gerland avec mon grand-père a 5-6 ans (Nikolic), abonné en D2 (Eugène), la montée en puissance (Tigana sur le banc), quelques coups d’éclat européens (Cavégoal), le podium plusieurs années de suite, le déclic avec Anderson…bref, des trucs de vieux con nostalgique !

    OL once, OL ever

  2. MacGregor

    4 mai 2017 at 5:08

    Oh put… ca réchauffe le coeur… merci

  3. Dams

    5 mai 2017 at 10:05

    J’avais dû m’exiler à Paris pour trouver mon premier travail. Je n’avais pas internet ni C+ dans mon appart de banlieue parisienne (et il n’y avait pas de bar qui diffusait le match, ça ne se faisait pas encore autant qu’aujourd’hui) alors j’ai pris le RER et je suis descendu à Saint-Lazare et j’ai cherché autour de la gare. J’ai trouvé un bar mal fâmé qui devait servir de bureau au macs des putes alentours, j’ai bu une bière par mi-temps en restant sagement à ma table et en fixant l’écran cathodique (!) sans jeter un œil à mes compagnons de soirée aux airs peu catholiques. J’avais un forfait 4H et soirées (et oui, c’était ce genre de conneries les forfaits téléphoniques à l’époque) alors j’ai passé les plus longs coups de fil de ma vie à mon grand-père avec qui j’ai toujours suivi l’OL.
    Je suis rentré tout seul dans la banlieue parisienne grise par le dernier RER. Je m’en foutais, ma tête était ailleurs, loin, dans ma ville, dans mon stade de Gerland et je souriais.
    Le lendemain, j’ai acheté l’Equipe et l’OL faisait la une (pas comme aujourd’hui ou même si l’OL gagnait la ligue des Champions t’aurais un portrait de Cavani et une étude sur la sudation des golfeurs dans l’édition régionale parisienne de l’Equipe et que tu ne pourrais pas trouver ailleurs qu’à Lyon une version avec l’OL en une).
    La nostalgie, ça fait mal même à pas encore 40 ans…

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>