OL – Troyes (3-0) : Bertrand Traoré soigne les stats contre l’ESTAC

Traoré

LES NOTES. La 8e victoire de rang de l’OL en Ligue 1 (à un succès de son record de 2006) lui permet de suivre la suite de la journée sans trop de stress, en conservant à coup sûr la 2e place et son destin entre ses mains. La manière n’a pas toujours été là contre l’ESTAC, mais l’Olympique Lyonnais a fait le boulot, en prenant 3 points et en soignant sa différence de buts. On a d’abord eu peur, alors que la chaleur du Parc OL et le bloc bas des Troyens ont produit 25 minutes sans rythme, sans idées et sans occasions. Puis un but sorti de nulle part a lancé la machine et l’OL ne s’est pas retourné.

 

36e journée de Ligue 1, dimanche 6 mai 2018

Olympique Lyonnais – Espérance sportive Troyes Aube Champagne 3-0

Buts : Traoré (28e et 35e) et Cornet (88e)

Avertissements : Tousart (4e) et Mendy (78e) à l’OL, Azamoum (20e) et Suk (81e) à l’ESTAC

OL : Gorgelin – Rafael, Marcelo, Morel, Mendy – Ndombele, Tousart, Aouar (Ferri, 82e) – Fekir (cap) (Cornet, 78e) – Traoré, Memphis (Mariano, 77e). Entr. : Bruno Genesio.

ESTAC : Zelazny – Cordoval, Giraudon, Hérelle, C. Traoré – Bellugou (Nivet, 46e) – Grandsir, Azamoum (cap), Walter, B. Pelé (Ben Saada, 69e) – Niane (Suk, 74e). Entr. : Jean-Louis Garcia.

Gorgelin 7 – Rafael 5, Marcelo 5, Morel 5, Mendy 7 – Tousart 5, Ndombele 6, Aouar 6, Fekir 5 – Traore 7, Memphis 5

 

On l’attendait avec un mélange d’appréhension et d’anxiété, mais Mathieu Gorgelin a répondu présent. D’abord propre sur quelques ballons aériens et centres parfaitement lus, il a eu plus de travail en seconde mi-temps, avec en point d’orgue cette claquette sur un coup franc d’Azamoum a 2-0 qui aurait pu changer la physionomie du match. Main opposée Richard.

À droite, Rafael a d’abord ronronné. Son premier vrai dédoublement amène le corner de l’ouverture du score. Disponible par la suite sans être particulièrement tranchant – à l’inverse de son pendant à gauche. Deux passes décisives et un match complet pour Ferland Mendy : bien que parfois imprécis, il a fait la différence sur un centre impeccable et une merveille de passe pour Cornet. Sur les côtés, la rotation semble désormais bien loin.

Dans l’axe, pas grand-chose à dire pour Marcelo et Jérémy Morel. Quelques tacles bien sentis pour l’ancien Lorientais et quelques frayeurs sur des ballons dans le dos, comme sur Niane à la 69e.

Devant eux, Lucas Tousart a d’entrée pris le genre de carton jaune qu’un numéro 6 déteste. Présent dans les duels, parfois un peu léger dans l’utilisation du ballon, il a récité une partition honnête mais neutre. Son fait le plus remarquable du match ? Avoir hérité du brassard à la sortie de Fekir. On aime. Plus haut, Tanguy Ndombele et Houssem Aouar ont tous les deux livré un match de qualité. Une volée parfaite sur l’ouverture du score pour Aouar et plusieurs différences sur les côtés. Un ton en-dessous de ses dernières sorties mais néanmoins dans le tempo. Même chose pour Ndombele : il a manqué d’espaces à exploiter, mais sa pression haute a amené les 2 premiers buts de l’OL. Une présence permanente autour de la surface – on attend juste de lui qu’il commence à marquer pour franchir un cap.

Derrière les attaquants, Nabil Fekir a semblé manquer de jambes. Ni mauvais ni franchement tranchant, il a été bien contrôlé par un axe troyen très fourni. Rarement en position de se retourner et de prendre de la vitesse, il aurait du bénéficier d’un penalty en seconde mi-temps.

Même constat pour un Memphis Depay plus que neutre devant. Face à une défense resserrée, il n’a eu que peu d’occasions de faire des différences. Il a devancé Zelazny à l’extérieur de la surface, sans trouver le cadre de très loin (42e), avant d’envoyer une belle frappe au ras du poteau détournée par le gardien troyen (69e). Remplacé par un Maxwel Cornet buteur face à un Zelazny douteux – et qui a aussi aidé à fermer le couloir gauche en fin de match face à des troyens plus offensifs.

Devant, Bertrand Traoré aura été le lyonnais le plus dangereux. Bien que terriblement prévisible par moment (crochet extérieur du gauche pour se recentrer puis frappe de l’intérieur, ad lib.), il a amené le corner du premier but sur une jolie talonnade avant de marquer de la même manière sur la continuité de l’action. Une course et une finition de vrai 9 sur le second but et quelques actions dangereuses le reste du temps : le Burkinabé en est à 6 buts et 1 passe décisive sur ses 5 derniers matches. Ce n’est pas le seul, mais le losange lui a fait du bien. Et ça se voit dans les stats.

Étienne M.

(Photo Damien LG)

2 Comments

  1. Omar Omer

    6 mai 2018 at 10:37

    De quel Traoré parles ton? Bertrand le nonchalant et opportuniste? Non.non et non! Ou étaient Fekir et Depay et même Mariano? Que les détracteurs de ce prodige me répondent sil on encore des boules entre les jambes. Quon le veut ou pas, ce joueur est le meilleur a Lyon.

  2. pier feuil scifo

    12 mai 2018 at 10:46

    Réponse : C’toi le t(h)on !

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>