OL – Rennes (2-3) : résigné Genesio

Capture

LES NOTES. Les montagnes ont accouché de souris. L’OL qui jouait à la maison une place pour sa première finale depuis 2014 (Coupe de la Ligue, la dernière en Coupe de France datant de 2012) a semblé aussi perdu collectivement que depuis trois ans et s’est incliné contre Rennes (2-3). Jean-Michel Aulas, qui avait annoncé que l’avenir de son entraîneur serait annoncé après la demi-finale, a finalement noyé le poisson et fait attendre ses supporters jusqu’à la fin de la saison.

Lopes 5 – Dubois 3, Marcelo 0, Denayer 3, Marçal 3 – Ndombele 5, Tousart 4, Aouar 2 – Fekir 4 – Traoré 4, Dembélé 4.

L’ultimatum ne servait donc à rien, à part au bonheur d’entendre Aulas engueuler les journalistes et vanter sa grosse EBIDTA. Le grand jeu des prochains jours consistera donc à trouver des explications à la séquence qui vient de se passer, lors de laquelle le président de l’OL aura fixé au 2 avril une annonce sur l’avenir de Genesio, où Genesio aura confié avec un grand sourire face caméra vendredi dernier qu’il connaissait la teneur de l’annonce et finalement conclue par une explication que le deal d’une prolongation automatique était valable uniquement en cas de qualification en finale de Coupe de France et de podium en Ligue 1, et qu’il faudrait donc désormais attendre la fin du championnat.

La nôtre, d’explication ? Selon nos informations, Aulas a bien cherché un entraîneur ces dernières semaines sans trouver de candidat totalement satisfaisant. Dans ces conditions, il a donc pu préférer garder Genesio sous condition de résultats, et continuer à chercher dans le cas contraire. Une décision qui semble en soi assez folle : l’avenir d’un entraîneur ayant eu trois ans pour montrer ses qualités, et surtout ses limites, reposerait donc sur un unique match, un événement qui peut basculer dans un sens ou dans l’autre selon la forme des gardiens ou des attaquants. Cela semble dingue, mais après tout guère plus que tout ce qu’il vient de se passer depuis un mois.

Et concernant le match et cette demi-finale contre Rennes au fait ? Vous suivez l’OL de Genesio et vous commencez donc à le connaître. Incapable de mettre la pression sur l’adversaire de façon ordonnée et maintenue (l’après-troisième but rennais aura été cruel sur ce point), l’OL aurait pu s’en sortir au talent, sur quelques actions de joueurs tellement au-dessus du niveau moyen de la Ligue 1 qu’il suffit de les mettre ensemble sur la pelouse pour se procurer des occasions. Il aura finalement cédé en grande partie à cause de la performance de Marcelo, le plus mauvais joueur d’un onze auquel il était pourtant censé apporter son expérience et sa solidité défensive qui allait nous changer de Mammana. Un joueur bien survendu par l’OL et ceux qui l’entourent la saison passée, à l’issue de laquelle le club l’avait d’ailleurs prolongé. Toute ressemblance avec d’autres faits existants serait bien évidemment purement fortuite.

Hugo Hélin

One Comment

  1. jean-piierre.luzeaux

    3 avril 2019 at 7:49

    Lyon produit en général un bon football…Le résultat d’un match peut être improbable…
    Tout ne dépend pas de Génésio. Que serait la corrida sans mise à mort ?
    Erreur, faute ou contingence, j’aurais fait jouer Depaye, mais sans garantie. Génésio me paraît un type bien.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>