OL – Reims (1-0) : Lacazette, larmes fatales

OL

LES NOTES. Il a raté un penalty. Il ne s’est pas démobilisé. Il a marqué. Il a pleuré. Alexandre Lacazette n’a peut-être pas été le meilleur Lyonnais sur la pelouse, mais il a bien mérité son titre de Lib’héros du match. Pour le symbole.

 

Samedi 3 octobre 2015, 7e journée de Ligue 1

Olympique Lyonnais – Stade de Reims 1-0

But : Lacazette (44e)

OL : Lopes – Jallet, Bisevac (Ferri, 7e), Umtiti, Morel – Gonalons (cap.), Darder (Malbranque, 66e), Tolisso – Valbuena (Ghezzal, 80e) – Beauvue, Lacazette. Entr. : Hubert Fournier.

Reims : Placide – Traore, Tacalfred (cap), Fofana, Signorino – de Preville (Diego 73), A. Devaux (Siebatcheu 79), Oniangue, Kankava, Bulot – Ngog (Kyei 53) Entr. : Olivier Guégan.

 

 

Après avoir eu la barre, il en faut une grosse paire. Alexandre Lacazette n’a pas voulu faire plaisir aux mauvaises langues et a préféré envoyer son penalty en force sur la transversale (40e). Après la Gantoise, Penalzette est vraiment mort. La bonne nouvelle c’est qu’on a retrouvé le Lacazette aux prises de balle tranchantes capable de faire la différence seul. Du moins après des premières minutes difficiles où l’avant-centre a manqué des contrôles qui auraient pu le mettre en situation de face-à-face. Mais son but a tout effacé et a même fait craquer le meilleur buteur de la dernière saison, qui a versé quelques larmes lorsque ses coéquipiers sont venus l’entourer après son but. On préférera retenir cette image forte de la soirée plutôt que le tifo nord-coréen à l’effigie de Jean-Michel Aulas.

 

Umtiti-Lopes : solides, solides

Si l’OL a moins reculé après l’ouverture du score que ces derniers temps, il a malgré tout dû compter sur un grand Anthony Lopes dans les dernières minutes.  Très présent dans sa surface de réparation, le Portugone a aussi sorti une parade de grande classe devant Prince Oniangué en toute fin de match. Un arrêt à deux mains, un arrêt à deux points.
Devant lui, Samuel Umtiti a encore une fois été le patron de la défense lyonnaise. En plus de repousser tous les ballons qui traînaient dans la surface, le Fossoyeur de Ménival a aussi été le premier relanceur de l’équipe, trouvant même quelques lignes de passes dignes d’un quarterback. Les autres défenseurs centraux peuvent bien se blesser, on pourra toujours compter sur Sam.

 

Darder pas au top

Est-ce la conséquence du coup reçu contre Valence mardi ? Toujours est-il que Sergi Darder n’a pas semblé dans son assiette. Un peu emprunté et trop timide, l’Espagnol a malgré tout su être à l’origine de quelques actions dangereuses par ses passes, notamment le penalty et le but. On notera aussi que malgré ses soucis le côté droit a été moins en difficulté défensive qu’à l’accoutumée. Le verre est à moitié plein.

 

Les autres Gones

Christophe Jallet : Le Divin Chauve continue sur sa lancée. Une grosse activité offensive, beaucoup de centres et rien à lui reprocher en défense. Il a toutefois peut-être été un peu moins présent dans la surface adverse que lors des derniers matchs. Mais c’est dur d’en vouloir à un latéral droit de ne pas être le danger numéro 1 de son équipe.

Jérémy Morel : Ce n’est pas Henri Bedimo et on le sait. Le travail défensif est bien fait, mais il est plus limité offensivement.

Maxime Gonalons : Captain Maxxx est rapidement redescendu en défense centrale pour compenser la blessure de Milan Bisevac. Un poste où il s’est bien débrouillé aux côtés de Samuel Umtiti, même s’il s’est fait prendre quelques fois dans son dos. Il faut dire que les automatismes étaient bien travaillés : Umtiti avait fait ses débuts avec l’OL accompagné de Gonalons contre la Duchère en janvier 2012.

Corentin Tolisso : La blessure de Milan Bisevac l’a lui aussi contraint à changer rapidement de poste et à glisser en milieu défensif. Tolisso a été sobre mais efficace, confirmant sa montée en régime après un début de saison difficile.

Jordan Ferri : Après une entrée correcte (mais gâchée par un raté incroyable) contre Valence, Ferri a de nouveau été plutôt bon. Dans l’utilisation du ballon, Jojo a su être propre sans être génial et a donné un bon ballon de but à Beauvue en début de seconde période. Un peu tendre dans son repli défensif, il a parfois laissé Morel trop seul en deuxième mi-temps.

Mathieu Valbuena : Match moyen pour l’ancien marseillais, qui n’a pas su apporter autre chose que son activité dans une zone où l’OL a surtout besoin de créativité.

Claudio Beauvue : Plutôt discret, l’ancien guingampais a confirmé ses problèmes dans les combinaisons et dans les petits espaces. Il a malgré tout su se créer quelques opportunités par des appels en profondeur et grâce à son jeu de tête. Encore insuffisant.

 

Hugo Hélin (avec Olivier Mas et YannisLB80)

(Photo Anthony Bibard / Panoramic)

4 Comments

  1. Pierreol

    4 octobre 2015 at 7:25

    Les gars j’arrive pas à comprendre ce que vous reprochez depuis hier sur twitter et maintenant là au Tifo …
    Les Bad Gones font, à travers le super défi de un tifo/match une rétrospective de l’histoire et de l’identité du club. On a eu Tony Garnier, les titres, la ligue des champions, les Bad Gones, Gerland historique et c’est naturellement qu’on en a un sur le prez..
    Il est un des symboles de l’OL comme je ne serais pas étonné qu’il y en ai un sur les derby ou l’époque « brésilienne »…

  2. Henearkrxe

    5 octobre 2015 at 12:22

    3 pour vous c’est match moyen ?

  3. jbglyon

    5 octobre 2015 at 7:02

    Mettre en relation le tifo du virage nord et le régime nord-coréen, c’est peut-être de l’humour, mais probablement de la stupidité.

  4. Cousin Hub

    6 octobre 2015 at 4:00

    « Le tifo nord-coréen à l’effigie de Jean-Michel Aulas »: Franchement, ça valait le coup d’oeil ce tifo!

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>