OL – Valence (0-1) : Umtiti, le seul, l’ubique

OL

LES NOTES. Meilleur défenseur, meilleur milieu et meilleur attaquant, Samuel Umtiti a une fois de plus été le meilleur Lyonnais contre Valence. Sans même avoir été exceptionnel. Juste au niveau Ligue des Champions.

 

Le match : ¿ Dónde está el fútbol ?

 

ol-valence-notes

 

Ça a été une histoire de centimètres. Dans une première mi-temps marquée par quatre tirs sur les montants (deux pour chaque équipe), Anthony Lopes en a même envoyé un cinquième sur sa transversale. Pas suffisamment pour empêcher la frappe de Feghouli de finalement rentrer. À part ça, le Portugone a gagné un face-à-face avec Piatti. Il n’a pas eu grand-chose d’autre à faire.

Malgré les nombreuses occasions concédées, la défense n’a dans l’ensemble pas trop failli. Milan Bisevac a été solide à un poste qui est pourtant l’un des habituels points faibles de l’OL : complément de Samuel Umtiti. Le Fossoyeur de Ménival a hier semblé le seul lyonnais habité par l’esprit Ligue des Champions. Il y avait du Cris dans ses tacles et ses montées rageuses, du Juninho dans ses harangues au public et presque du Wiltord dans sa reprise à la dernière seconde.

Christophe Jallet a fini sur les rotules après avoir multiplié les allers-retours, avec moins d’impact offensif que ses derniers temps. La bonne nouvelle, ce sera surtout le jour où le latéral droit ne sera plus le joueur le plus dangereux de l’OL. De l’autre côté, Jérémy Morel s’est trop souvent fait passer et a été inexistant offensivement. Sauf pour envoyer sur le toit du Virage Sud une reprise au coin des six mètres…

 

Ferri avait très envie
mais ne l’a pas mise au fond

Si « J-Mo » a été aussi en difficulté, c’est aussi parce que Corentin Tolisso, certes incisif aux abords de la surface, n’a pas totalement fait son boulot de couverture. On peut toutefois difficilement lui en vouloir de ne pas se sacrifier pour couvrir les élans offensifs de son latéral gauche, pas vraiment David Alaba.

Maxime Gonalons a été plus solide que lors de ses dernières sorties, mais toujours loin de son meilleur niveau en terme de première relance. Washing Maxime récupère les ballons mais ne les rend pas aussi propres qu’avant. Mais c’est surtout son leadership qui paraît bien trop faible dans ce genre de rencontres et de contexte. Et c’est là qu’il souffre de la comparaison avec un Samuel Umtiti par exemple.

Sergi Darder ne s’est guère montré avant sa blessure. Sans être mauvais, il a symbolisé un milieu bien trop neutre à ce niveau et loin des standards lyonnais de ces quinze dernières années. Son remplaçant, Jordan Ferri, a apporté tout son allant en seconde mi-temps, avec ses limites habituelles. On retiendra hélas pour lui surtout son incroyable raté à la dernière seconde de la première mi-temps.

 

 

 

Kalulu est trop Charlie

Lui il a le niveau pour la Ligue des Champions, en revanche Mathieu Valbuena a prouvé une nouvelle fois qu’il n’a rien du meneur de jeu dans un losange. Sa zone d’action se limite aux 30 derniers mètres. Difficile donc de juger que le numéro 19 a fait un bon match quand il ne remplit pas ses lignes de stats « buts » ou « passes décisives ». Dommage pour lui, ça se joue à un coup-franc repoussé par Domenech sur le poteau.

Alexandre Lacazette a tenté de faire la différence en solitaire mais n’a pas été aidé par une défense espagnole solide et un manque d’animation aux abords de la surface. Il n’est toujours pas aussi inspiré dans le jeu que l’an dernier. On ne peut toutefois pas lui reprocher de se planquer. Et c’est sûrement pour cela qu’il a préféré vider son sac la veille dans l’Équipe. Si l’on en juge à son remplacement à un quart d’heure de la fin par Claudio Beauvue, son entraîneur en a gardé une certaine rancune. Il ne fait aucun doute que Fournier sortira perdant de ce conflit pathétique qu’il a lui-même initié. En attendant, dommage que l’OL doive en subir les conséquences.

Aldo Kalulu a parfois eu des allures de Speedy Gonzales. Hélas pour l’attaquant de poche, ses adversaires (un Abdennour énorme en tête) étaient plus en réussite que les méchants des Looney Tunes. Lorsque Rhône-Aldo a réussi à s’en défaire et à se retrouver en situation de tir, il n’a pas été assez tueur et a fait les mauvais choix : dribble derrière la jambe d’appui ou passe à Ferri.

Hugo Hélin

(Photo Frédéric Chambert / Panoramic)

6 Comments

  1. FORT

    30 septembre 2015 at 2:16

    Extrêmement indulgent avec Sam !!!!! En quoi il a été bon ? Et ses relances longues sont juste cata. Milan a lui ete coherent du debut à la fin. Les autres, on n’en parle pas.

  2. -Twist-

    30 septembre 2015 at 2:27

    Que vous êtes durs sur Ferri, c’est fou. Il est de bon ton de ne pas l’apprécier, mais des 3 milieux, j’ai trouvé que c’était celui qui avait rendu la copie la plus convaincante (je n’ajoute pas « et de loin » mais je le pense assez). Il a contre lui le fait d’avoir moins joué que ses 2 compères, son énorme raté (voir plus bas) mais il n’a pas pris le bouillon au contraire de Gonalons ou de Tolisso, encore très très loin de leurs meilleurs niveaux.
    Quant à son horrible raté, rappelons nous que seuls les Jordan Ferri du monde ratent ce genre de but : Govou, en LDC contre Eindhoven, c’était pas mal dans le genre aussi. L’action d’hier me l’a rappelé d’ailleurs.

  3. Joce

    30 septembre 2015 at 2:41

    C’est vrai qu’il est dur de mettre de bonne note lorsque l’on perd, mais globalement c’est l’un de nos matchs les plus aboutie depuis la reprise (sic). Dans l’envie et l’animation.
    Y’a truc que je comprends pas, c’est que l’annee derniere, toutes les relances etaient construites de la meme facon par un triangle long entre Gonalon (en charge de la premiere relance), un lateral ou milieu (Ferri ou Tolisso) et un point d’appuie en haut du triangle. 3 partenaires.
    Gonalon ne fait plus aucune relance et le milieu ne vient plus creer ce triangle. Que Umtiti se charge des relances je trouve ca bien il en a les qualites. Mais si Gonalon n’en profite pas pour offrir une solution alors ca ne sert a rien.

    De meme, ni Tolisso, ni Ferri ne se placent dans se triangle. Ils viennent simplement offrir une opportunite de passe a 4m du joueur pour la redonner en arriere. On est incapable de sauter des lignes.

    Bref, a chaque match je me dis que le declic est proche. Et puis apres je vois les declas des joueurs dans la presse, Fournier, Aulas… Je comprends pas comment l’ambiance a pu tourner aussi mal et comment is arrivent a foirer la communication au sein du groupe a ce point pour retablir un equilibre…

    Clavier anglais, desole pour les accents.

  4. Perrault

    30 septembre 2015 at 2:45

    « Il ne fait aucun doute que Fournier sortira perdant de ce conflit pathétique qu’il a lui-même initié. » Ca sort d’où tout ça?

  5. Teobaldo

    30 septembre 2015 at 5:17

    Très clairement notre meilleur match de la saison. Une attention et une intensité qu’on ne voyait plus depuis longtemps et qu’on ne voit qu’en Ligue des Champions. Notre manque de réussite chronique face aux buts commence à nous coûter très cher et notamment la malédiction qui s’abat sur Lacazette depuis le début de saison. Entre le pénalty raté à Gant, le tir sur le poteau face à l’OM, la transversale face à Valence, ça commence à faire beaucoup.
    Plus que la malchance, les blessures etc, ce qui m’inquiète le plus est Fournier qui me semble très limite à ce niveau. C’est impardonnable de sortir Lacazette face à Valence en étant mené 1-0. Outre le fait qu’il était dangereux, c’est désastreux pour sa confiance. Son comportement a aussi été honteux face à l’OM lorsque à 1-0 et à 11 contre 10, il demandait à l’équipe de les attendre (le match nul est pour lui). Et que dire de l’équipe alignée face à Bordeaux … un nul aurait été un miracle.
    Bref, il faut que Hubert se reprenne et ça devrait tourner en notre faveur.

  6. Dardervil

    1 octobre 2015 at 4:40

    Des progrès notables sur ce match même si le résultat est hyper décevant. L’OL a existé dans le jeu et s’est procuré de belles occases face à une belle équipe de liga, après le désastre du match précédent à Bordeaux c’est déjà un motif de satisfaction. Maintenant victoire impérative contre Reims!

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>