OL : rebelote et dix de Lair

Olympique Lyonnais

FÉMININES. Les filles de l’Olympique Lyonnais se sont offert un deuxième doublé en deux ans après leur victoire en finale de la Coupe de France face au PSG (2-0). Patrice Lair part ainsi sur un dixième titre en quatre saisons. Jean-Michel Aulas en a profité pour confirmer l’information dévoilée deux jours plus tôt par le Libéro : Gérard Prêcheur sera le prochain entraîneur de l’OL féminin.

 

Lire : Patrice Lair, l’envol d’un électron libre

 

Samedi 7 juin 2014, finale de la Coupe de France

Le Mans, MMArena

Olympique Lyonnais – Paris Saint-Germain 2-0

Buts : Dickenmann (56e), Petit (60e)

OL : Bouhaddi – Petit, Renard (cap.), Kumagai, Dickenmann – Abily, Henry, Nécib (Majri, 80e) – Thomis (Bussaglia ,55e), Schelin (Tonazzi 83e),  Le Sommer. Entr. : Patrice Lair.

 

Les Lyonnaises ont remporté un trophée et ça ne surprend plus personne. Pourtant, on a beaucoup entendu parler de fin de cycle cette saison. Et surtout, le PSG est programmé depuis deux ans pour devenir l’adversaire que l’OL attendait depuis longtemps. Mais il lui faudra patienter.

Une première période difficile

Les coéquipières de Wendie Renard ont toutefois eu beaucoup de mal à faire des différences en première mi-temps. Il faut dire que le jeu haché et les fautes incessantes des deux côtés n’ont pas favorisé le beau jeu. Eugénie Le Sommer se créait, seule, la première occasion du match après avoir dribblé toute la défense parisienne, mais sa frappe à l’entrée de la surface passait de peu à côté (3e). L’autre occasion lyonnaise était pour Lotta Schelin, l’attaquante suédoise, magnifiquement servie par Louisa Necib, gâchait son face-à-face avec Katarzyna Kiedrzynek en tirant trop mollement (38e). Entre-temps, le PSG avait eu l’opportunité d’ouvrir la marque, mais le coup franc de Kenza Dali était détourné en corner par Sarah Bouhaddi (31e). Les Parisiennes étaient bien mieux en terme d’implication. Mais elles n’allaient pas résister à la pression de l’OL au retour des vestiaires.

Les latérales font la diff’

Le Sommer sonnait la charge mais sa frappe, sur un centre de Corine Petit, passait au-dessus (49e). L’ouverture du score n’allait pas tarder : sur un mouvement entre Necib et Camille Abily, l’arrière gauche suisse Lara Dickenmann reprenait le ballon et le plaçait dans la lucarne (1-0, 57e) . Cinq minutes plus tard, sur un nouveau coup de pied arrêté parfaitement exploité par Necib, l’autre latérale, Petit, propulsait le ballon dans le petit filet d’une belle tête plongeante (2-0, 62e). L’OL aura même la balle du 3 à 0 mais Schelin ne parviendra pas à mettre au fond sa Madjer (75e), évitant ainsi l’indécence de marquer trois fois du talon dans la même saison, après Juvisy et Hénin-Beaumont la semaine dernière.

Les joueuses : Renard, Henry et Necib, les patronnes

Sarah Bouhaddi. Pas grand-chose à se mettre sous la dent pour la gardienne de l’équipe de France mais des sorties autoritaires qui ont rassuré sa défense et un seul vrai arrêt sur une tête piquée parisienne avant la mi-temps.

Corine Petit. Auteur du but du break sur une belle tête plongeante. Un peu seule en défense sur son côté en première.

Saki Kumagai. Prise en défaut au début du match, la Japonaise championne du monde est montée en régime en seconde mi-temps et a parfaitement maîtrisé son match.

Wendie Renard. Toujours aussi impériale, elle a stoppé toutes les tentatives parisiennes et pas seulement grâce à sa taille, qui fait toutefois pas mal de bien dans les airs.

Lara Dickenmann. Une frappe sublime dans la lucarne pour l’ouverture du score et une grosse activité sur son côté gauche.

Amandine Henry (photo). Précieuse défensivement, elle a effectué un gros travail à la récupération et contrôlé le milieu de terrain.

Camille Abily. Moins en vue que d’habitude, elle est quand même à l’origine du premier but, même si on ne peut pas affirmer que sa passe décisive est volontaire.

Louisa Necib. Toujours autant de facilités techniques pour la Marseillaise, et une qualité de passe qui a encore fait la différence sur le deuxième but.

Élodie Thomis. De la vitesse sur son côté droit, même si on ne l’a pas beaucoup recherchée, le jeu penchant plus du côté de la paire Dickenmann-Le Sommer.

Lotta Schelin. Bien tenue par Laura Georges, la Suédoise a eu du mal physiquement en première mi-temps, avec notamment un raté inhabituel (38e). Une fin de saison compliquée peut-être due aux relations difficiles qu’elle entretient avec son désormais ex-entraineur.

Eugénie Le Sommer. Beaucoup d’activité et une énorme occasion dès la 3e minute sur un exploit personnel. Elle a créé du danger dans la défense parisienne, mais sans succès.

Olivier Mas

(Photo Damien LG)

Les U19  avaient montré la voie

En lever de rideau de la finale de la Coupe de France, les U19 de l’OL ont elles aussi remporté le challenge national, en battant…. le PSG 2 à 1, grâce à des buts de Lucie Pingeon et Mylène Tarrieu. Une semaine après la victoire des U17 masculins en championnat de France, la formation se porte bien.

4 Comments

  1. Estelle

    8 juin 2014 at 10:11

    Il y a inversion des prénoms pour les U19 : c’est Mylène Tarrieu et Lucie Pingeon :P

    • Le Libéro Lyon

      8 juin 2014 at 10:46

      Merci…

  2. Hugo Païen-Bourré

    8 juin 2014 at 3:06

    Corine Franco devenue Corine Petit, ça m’a perturbé hier. Une des spécificités du sport féminin ^^

    • haik'

      8 juin 2014 at 5:38

      Pour être précis, elle est « redevenue » Corinne Petit.D’ailleurs, il n’était pas rare qu’elle soit appelée Petit-Franco

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>