OL – Nantes (2-0) : personne ne peut les arrêter, même pas Léo Dubois

Memphis

LES NOTES. L’OL a enchaîné une septième victoire de rang en Ligue 1, en mettant au passage la pression sur Monaco et l’OM qui jouent plus tard ce week-end. Pas forcément flamboyants dans le jeu, les Lyonnais ont comme souvent pu compter sur des individualités brillantes pour faire la différence.

 

35e journée de Ligue 1, samedi 28 avril 2018

Olympique Lyonnais – Football Club de Nantes 2-0

Buts : Memphis (40e) et Traoré (68e)

Avertissements : Morel (59e) à l’OL, El Ghanassy (77e) à Nantes

OL : Lopes – Rafael, Marcelo, Morel, Mendy – Ndombele (Ferri, 79e), Tousart, Aouar – Fekir (cap) – Traoré (Mariano, 75e), Memphis (Cornet, 88e). Entr. : Bruno Genesio.

Nantes : Tatarusanu – Dubois, Djidji, Pallois, Lima – Touré, Moutoussamy – Iloki (Bammou, 73e), Rongier, Thomasson (El Ghanassy, 68e) – Nakoulma (K. Coulibaly, 68e). Entr. : Claudio Ranieri.

Lopes 7 – Rafael 5, Marcelo 5, Morel 5, Mendy 5 – Ndombele 6, Tousart 3, Aouar 6 – Fekir 7 – Traoré 5, Memphis 8.

 

Ciprian Tatarusanu a fait tout ce qu’il a pu. Mais la faiblesse de ses coéquipiers était telle que le gardien de Nantes a fini par céder devant les attaques lyonnaises. Moins solides derrière qu’en première partie de saison, les Canaris auraient même pu repartir de Lyon avec une valise sous le bras sans un mix de maladresse offensive rhodanienne, de miracles tatarusanesques et d’aide des montants.

L’OL est pourtant toujours loin d’être souverain, mais son losange lui permet d’apporter une dose de verticalité qu’il sait toujours exploiter à bon escient. Et même si l’arrière-garde peut avoir les pieds qui tremblent à n’importe quel moment (Marcelo et Jérémy Morel ont rempli leur quota de relances ratées, mais se sont fait voler la vedette par un Lucas Tousart catastrophique contre le FCN), on sent aussi un OL capable de mieux gérer les matchs.

Patients jusqu’à l’ouverture du score d’un enchaînement somptueux de Memphis Depay, les Lyonnais ont ensuite géré sans jamais se faire peur. Cela tient sans doute en grande partie au niveau individuel des adversaires, mais cela n’était pas vraiment une garantie en début de saison. Depuis le passage en losange, la défense est plus compacte et le talent individuel de ceux de devant arrive toujours à s’exprimer.

Ça tombe bien, il y en a beaucoup et il arrive parfaitement à combiner. Même quand un Bertrand Traoré produit beaucoup de déchets (mais continue de marquer malgré tout), Nabil Fekir et Memphis Depay sont capables de mettre la misère à n’importe quelle défense de Ligue 1. Il n’en reste plus que trois à martyriser pour gagner le droit de tenter d’en faire de même en Ligue des Champions, où l’OL n’affrontera toutefois pas des défenseurs aussi ridicules que Léo Dub… non, rien.

Hugo Hélin

(Photo Damien LG)

One Comment

  1. SteedMal

    30 avril 2018 at 12:40

    Je vous trouve dur avec Tousart. J’ai raté la première mi-temps mais il avait l’air costaud en 2e!
    Par contre j’ai été bluffé par l’entrée de Ferri. Il a littéralement tout raté en 15min

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>