OL : Clément Grenier sur la liste, pas (encore) transféré

FOOTBALL : Lyon vs Montpellier - Ligue 1 - 02/03/2014

MERCATO. Jean-Michel Aulas a affirmé hier que Clément Grenier était sur la liste des transferts. Une annonce inattendue alors que la saison n’est pas encore terminée et que l’OL a encore gros à jouer. Et qui soulève une vraie question : qui peut bien vouloir de Clément Grenier et de son salaire disproportionné aujourd’hui ?

L’annonce semble incongrue dans un tel contexte. Invité d’une conférence à HEC, Jean-Michel Aulas a lâché une bombe. Au milieu des aphorismes sortis tout droit de Message à caractère informatif (« J’ai horreur de ne pas gagner, que ce soit en tant que sportif ou en tant qu’entrepreneur ») et des habituelles jérémiades (« Il faut avoir la liberté de critiquer l’arbitrage. Je me bats pour ça »), le futur ex-actionnaire majoritaire de CEGID a en effet donné une première piste concernant le mercato 2016 de l’OL.

Interrogé (à partir de 1:09:28) sur le modèle économique de l’OL et notamment sur la question de savoir comment lutter avec les clubs de Premier League pour garder ses joueurs par un étudiant prenant en exemple Clément Grenier, Nabil Fekir et Alexandre Lacazette, le président de l’OL a répondu par un long monologue de plus de trois minutes (incluant bien évidemment les mots-clés « Grand Stade », « Académie », « champion d’Europe avec les féminines », « investir », « indice de performance », « revenus récurrents de demain » et les traditionnelles piques sur le PSG). Trois longues minutes dont on retiendra surtout les propos sur son numéro 8 : « Bon, Grenier je ne suis pas sûr, parce qu’on va le placer sur la liste des transferts, pas pour gagner de l’argent mais parce que ça correspond, je pense, pour lui à une capacité à retrouver une dynamique, en ce moment il n’est pas trop bien. » Un scoop qu’on pourrait penser lâcher par hasard par JMA, sans avoir conscience qu’une caméra filmait (même si on a du mal à croire à une telle naïveté). Mais celui-ci a confirmé ce matin, en affirmant que la demande venait de Clément Grenier lui-même.

Les deux parties semblent donc d’accord pour que l’histoire se termine. Reste cependant un dernier obstacle : convaincre un acheteur. Car si l’Ardéchois a brillé ces derniers mois, c’est par son absence sur le terrain, la faute à des blessures à répétition.

Un temps de jeu pas forcément en adéquation avec ses émoluments : dans son numéro annuel consacré au sujet, France Football le classait la semaine dernière au troisième rang des plus gros salaires de l’OL (derrière Valbuena et Lacazette), et à la vingtième place sur l’ensemble de la Ligue 1. Les clubs pouvant se permettre de lâcher un tel salaire pour un joueur qui ne présente pas de garanties solides, que ce soit en termes de niveau de jeu ou sur le plan physique, ne courent pas les rues. Même avec l’explosion des droits TV en Premier League. Clément Grenier devra donc sans doute « faire des efforts », une façon diplomatique de présenter une baisse de salaire. À moins qu’il ne préfère rester dans son club formateur, avec qui il est lié jusqu’en 2018…

 

Ardéchois, cœur fidèle par défaut ?

Une hypothèse basée en grande partie sur l’absence probable d’offres intéressantes pour toutes les parties. Car si l’international aura du mal à toucher le même salaire loin de Lyon, on doute aussi que Jean-Michel Aulas se contente d’un montant de transfert trop faible, malgré son insistance à affirme que l’Ardéchois a un bon de sortie et qu’il ne fait pas cela « pour gagner de l’argent ». En effet, la cote de Clément Grenier semble être retombée aussi vite que la hype autour de lui. Transfermarkt (site de référence malgré ses limites) l’évalue aujourd’hui à 8 millions d’euros, un montant en chute libre depuis un pic à l’été 2014. Mais un montant qui semble malgré tout toujours surévalué après une saison quasi blanche de la part du milieu de terrain.

 

Grenier

On en profite même pour vous faire réviser votre allemand (Source : Transfermarkt)

 

On sait que certains supporters ne seraient pas forcément heureux de retrouver Clément Grenier dans le groupe à la reprise. Son comportement lors de certains mercatos, ses prestations pas toujours à la hauteur de sa présence médiatique et ses blessures (combinées aux rumeurs sur son hygiène de vie) énervent jusqu’aux fans de l’OL. Au point d’en faire oublier ses vraies qualités techniques. Pourtant, son profil de relayeur capable d’organiser le jeu depuis une position basse sur le terrain (qu’on lui préfère à celle de numéro 10) semble assez unique dans l’effectif lyonnais et pourrait apporter une option supplémentaire à Bruno Genesio (ou au futur entraîneur de l’OL). Un mariage de raison qui pourrait bien profiter à tout le monde.

 

Hugo Hélin 

(Photo N. Le Gouic – Panoramic)

One Comment

  1. Etienne

    21 avril 2016 at 2:41

    D’accord avec la conclusion !
    Rares sont les voix qui s’élèvent pour son maintien dans l’équipe. J’en suis, même si on comprends bien qu’il est une des rares valeurs marchandes de l’effectif dont le départ ne déséquilibrerait pas l’équipe. Cependant je crains qu’on ne se morde les doigts à l’avenir en le laissant filer plutôt que de lui donner une dernière chance après – enfin – une préparation estivale complète (pour ça on les croise, les doigts).

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>