OL : Beauvue, malentendu

Olympique Lyonnais

MERCATO. Recruté pour quelque 6 millions à Guingamp, Claudio Beauvue est déjà sur le départ pour le Celta Viga. Malgré ses huit buts avec l’OL, son passage éclair de six mois restera synonyme d’échec sportif, et pas seulement. Ce recrutement restera néanmoins un modèle pour l’OL : celui à ne pas reproduire.

 

La greffe n’a pas pris. Si le départ annoncé de Claudio Beauvue au Celta Vigo est une surprise en ce qui concerne le montant (5M€ + bonus, soit un prix proche du montant d’achat), il est surtout révélateur d’une volonté de l’OL d’avouer son erreur et de ne pas s’obstiner, chose qu’on lui a trop souvent reprochée par le passé, notamment avec le cas Yoann Gourcuff. Et même si il est peu probable de voir l’OL faire une offre désespérée pour récupérer Yassine Benzia, ce changement laisse entrevoir le meilleur pour la suite.

 

Erreur de casting

Arrivé à Lyon sur les conseils de son ami guadeloupéen Alexandre Lacazette, Claudio Beauvue semblait un choix humain tout autant que sportif. On voyait difficilement l’ancien Guingampais mal prendre le fait d’être mis en concurrence ou sur le banc (et quand on dit  « on », c’est vraiment nous). Bernard Lacombe indiquait d’ailleurs à l’époque avoir « d’abord été séduit par ses qualités d’homme ». Six mois, une interview polémique et plusieurs gestes déplacés envers les supporters après, les propos prêtent (encore) à sourire.

 

Possession et chemin de croix

Sur le plan tactique, la venue de Claudio Beauvue a permis d’apprendre une chose : l’OL ne dispose pas de la force tactique nécessaire pour mettre en place un système de jeu mixte, que cela tienne à l’entraîneur, à la formation ou au niveau des joueurs. À moyen terme, l’équipe type qui devrait se dégager aura un secteur offensif composé de Lacazette, Fekir, Valbuena ou Ghezzal, Grenier et Darder. Claudio Beauvue, si à l’aise dans le jeu direct guingampais la saison passée, n’était sans doute tout simplement pas fait pour l’OL, qui a la possession, cherche à jouer au sol et où les espaces sont plus réduits pour les attaquants.

 

Une bonne leçon

Mais le fait d’avoir un jeu stéréotypé n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Le fait de connaître le style de jeu qu’emploiera son adversaire n’est qu’un atout marginal, en témoigne les grandes dominations du Barça ou du Bayern. Le fait que l’OL ne centre pas ne l’empêche pas, dans ses bons jours, d’avoir l’ascendant sur l’immense majorité de la Ligue 1. Ne reste plus qu’à recruter en fonction, et puiser toujours plus dans le centre de formation.

 

Le profil plus que le niveau

Car, en attendant les revenus du Grand stade, il se dégage qu’en attaque, le profil du joueur est actuellement plus important que son niveau propre. C’est ainsi qu’il n’y avait plus aucun débat dès le début de l’hiver entre Claudio Beauvue et Rachid Ghezzal, alors que personne n’avait daigné miser 500.000 euros sur ce dernier à la fin de l’été. La bonne nouvelle pour l’ancien Guingampais, c’est qu’il a donc une bonne chance de s’éclater de nouveau ailleurs. Même s’il ne trouvera pas beaucoup de Lyonnais pour le lui souhaiter.

Hugo Fay

(Photo Philippe Lecœur / Panoramic)

2 Comments

  1. denis

    17 janvier 2016 at 3:05

    Génial, merci pour ce beau résumé

  2. _rem

    17 janvier 2016 at 4:42

    merci pour cet article factuel et expurgé d’arrière-pensée nauséabonde (qu’on a pu sentir sur twitter).

    Il est remarquable que l’OL soit prompt à reconnaitre le malentendu et à se décider rapidement. Cette attitude aurait été salvatrice sur des dossiers bien plus épineuses comme Kader Keita ou Gourcuff.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>