OL : le check-up complet avant la reprise

Olympique Lyonnais

STATS. Après avoir jeté un coup d’œil sur la performance collective de la dernière saison de l’OL et les points à améliorer pour la nouvelle, penchons-nous sur les performances individuelles, avec un zoom sur le trio offensif, les candidats au poste de meneur de jeu et les premières recrues.

 

Lire : Beaucoup de progrès, un peu de chance et encore du boulot

 

stat 1

Statistiques individuelles des joueurs de l’OL, saison 2014-15. © Birdace

 

Tacles et interceptions : Gonalons, champion de France

Maxime Gonalons est sans surprise très largement en tête quand on additionne le nombre de tacles et d’interceptions. C’est d’autant plus flagrant à côté des autres milieux lyonnais qui se mettent peu en avant dans ce domaine. C’est ensuite Christophe Jallet qui est le plus actif, loin derrière Gonalons mais largement devant le peloton.

La domination de Gonalons l’est aussi à l’échelle de la Ligue 1 cette saison. Si on se penche sur les joueurs qui ont joué dix matchs minimum, en ajustant par rapport à la possession (une équipe qui défend plus car gardant moins le ballon aura forcément plus d’interventions à effectuer), Gonalons arrive sur la plus haute marche du podium devant Alaixys Romao et Marco Verratti.

Tirs : Njie, au-delà du raisonnable

Au niveau des tirs, Mohamed Yattara est extrêmement prolifique, d’autant plus que la plupart de ces tirs interviennent dans la surface (87,0%) et dans le jeu (82,6%). Des occasions globalement de qualité donc mais c’est au niveau de la finition que ça pèche avec seulement 4,3 % de tirs convertis en buts. S’il retrouve un taux de conversion moyen (12% pour un attaquant), il peut devenir un joueur intéressant pour le Standard.

Les statistiques de Clinton Njie sont étonnantes car le Camerounais est le joueur de l’OL qui réalise le plus de tirs cadrés (par 90 minutes), notamment grâce à un pourcentage de précision énorme à 65,3% (quand les attaquants tournent à 40% en moyenne) mais aussi un très faible taux de tirs bloqués, seulement 10,2%. Pas sûr cependant qu’il se maintienne à ce niveau dans la durée mais ces chiffrent restent impressionnants.

Buts : Lacazette, c’est pas du jeu

Alexandre Lacazette est évidemment le leader quand on regarde le total de buts marqués cette saison mais quand on s’arrête uniquement sur les buts marqués dans le jeu (en enlevant donc les coups de pied arrêtés et penalties), trois joueurs se retrouvent avec une meilleur cadence que Lacazette : Fekir (0.42 P90), Njie (0.36 P90) et Gourcuff (0.35 P90). Il n’est pas question de lui retirer ses autres buts mais le nombre de buts dans le jeu est plus constant d’une année à l’autre.

 

stat 2

Quand on jette un œil au graphique des combinaisons ayant amené un tir, on retrouve sans surprise le duo Lacazette-Fékir en tête avec 16 tirs (non-bloqués) pour 5 buts. Lacazette squatte le podium, sur la deuxième marche avec Ferri puis avec Malbranque.   © Birdace

Dribbles : bien tenté Ghezzal

Pour ce qui est des dribbles réussis, quatre joueurs sortent du lot dans l’effectif lyonnais : Nabil Fekir (largement premier et seul joueur à dépasser les trois dribbles P90), Rachid Ghezzal, Clinton Njie et Alexandre Lacazette. Quand on regarde le taux de précision de ces dribbles, Fekir et Lacazette sont assez proches et affichent une réussite supérieure à 50% plutôt haute pour des attaquants. À l’inverse, Ghezzal et Njie se situent en-dessous de la moyenne avec beaucoup plus de déchet, affichant les deux plus faibles taux de réussite de l’équipe.

Pertes de balle : Umtiti, trop clean

Si on découpe le nombre de ballons perdus (contrôles râtés, mauvaises protections de balle, etc.) par position, on peut repérer quelques enseignements intéressants. En défense, Samuel Umtiti sort du lot, puisqu’il est même le joueur qui perd le moins de ballons de l’effectif. Au milieu, il y a un fossé entre Jordan Ferri, qui connaît quelques problèmes de fiabilité, et le duo Gonalons-Tolisso, très propre. En attaque, c’est Yattara qui gagnerait à progresser dans ce domaine.

Passes : Ferri deale, Njie fait pas tourner

Le principal relais du jeu de passes lyonnais semble être Ferri, qui touche énormément de ballons par match. Steed Malbranque est assez proche derrière. Deux joueurs avec un profil assez similaire même si ce dernier a plus joué en pointe du losange cette saison. Njie est lui peu impliqué dans le jeu alors que Fekir et Lacazette affichent des chiffres honorables au même poste. A noté aussi l’importante différence entre Christophe Jallet, très présent, et Henri Bedimo, qui l’est beaucoup moins.

On avait vu dans la première partie que l’OL utilisait beaucoup de diagonales, la plupart du temps à l’initiative de Gonalons et Ferri -avec un nombre de longs ballons largement au-dessus de la moyenne pour leur poste- parfois même à l’excès. Quand il s’agit de la précision de ces longs ballons, avantage net pour Gonalons tout de même.

Passes clés/décisives : Gourcuff à l’occaz

Lorsqu’on regarde le nombre de passes clés (passes amenant une frappe) dans le jeu, c’est Yoann Gourcuff le meilleur. Il aura encore été très bon mais trop blessé, jouant juste suffisamment pour alimenter le sentiment de gâchis sur son passage à Lyon. Derrière, on retrouve Lacazette avec une valeur très élevée pour un attaquant, signe de son implication dans le jeu lyonnais.

Pour les passes décisives, deux joueurs ont un rythme extrêmement élevé : Gourcuff et surtout Njie qui atteint 0,41 passes décisives toutes les 90 minutes, toutes dans le jeu.

 

L’OL frappe peu mais bien

Faisons maintenant un zoom sur les différents attaquants lyonnais, ainsi que le petit nouveau Claudio Beauvue.

 

stat 3

Toutes ces statistiques prennent compte uniquement du temps passé au poste d’attaquant. © Birdace

 

Première remarque : les attaquants lyonnais ont tendance à tirer assez peu dans le jeu, avec uniquement Njie et Yattara au-dessus de la moyenne du championnat (on reviendra sur le cas Yattara plus tard). À l’inverse, le pourcentage de tirs cadrés est globalement au-dessus de la moyenne tout comme celui du nombre de tirs bloqués est en dessous.

Une autre tendance forte par rapport au reste de la Ligue 1, c’est la présence de bons dribbleurs au sein de l’attaque avec des profils plus techniques et percutants que les années précédentes, Fekir en tête mais Lacazette et N’Jie ne sont pas loin. L’OL place d’ailleurs trois joueurs dans le top 5 en nombre de dribbles réussis par 90 minutes.

Penchons-nous sur les cas individuels.

Lacazette, buteur et altruiste

Alexandre Lacazette, tout d’abord, ne brille pas forcément là où on l’attend. Il se procure des occasions à un rythme légèrement supérieur à la moyenne et convertit une part importante de celles-ci. Mais là où il se distingue particulièrement, c’est dans son jeu collectif, qui en fait l’attaquant de Ligue 1 avec le plus de passes clés (dans le jeu) mais aussi dans le top 5, avec Njie, pour les ExpAssists (« passes décisives estimées », sur le modèle des expected goals). Si on ajoute sa qualité de dribble, ça en fait bien plus qu’un simple buteur.

Fekir, attaquant paradoxal

Ensuite, vient le cas de Nabil Fekir et la question de son meilleur poste. Pour ce qui est de ses prestations en attaque, les chiffres sont parfois paradoxaux : c’est le meilleur Lyonnais (et le deuxième en Ligue 1 derrière Edinson Cavani) quand on regarde les buts dans le jeu, alors qu’il a le taux le plus bas d’Expected Goals. Ce qui signifie qu’il a souvent marqué des buts dans des positions peu favorables (excentrées ou hors de la surface), donc a priori dur à « re-marquer ». Ce taux de conversion très élevé est probablement dû à une part de chance, à moins qu’il fasse peut-être quelque chose que les chiffres ne capturent pas -comme l’effet important qu’il semble mettre dans le ballon par exemple. En clair, depuis 2009, seul Lionel Messi a su maintenir un nombre de buts plus de deux saisons consécutives au-dessus de ses ExpGoals (mais six fois sur six !). Il est étonnamment l’attaquant lyonnais avec le moins de passes clés et c’est pareil pour les ExpAssists. Il domine par contre les autres quand il s’agit du nombre de dribbles, de la participation au jeu ou du pourcentage de passes réussies.

Njie a tendance à faire mal

Clinton Njie est très intéressant aussi car il est au final assez complet et apporte beaucoup de choses au jeu lyonnais. Il tire à un rythme assez élevé tout en cadrant un pourcentage énorme de ses frappes (le meilleur en Ligue 1), rarement bloquées qui plus est. Il se crée aussi beaucoup d’occasions et les convertit à un rythme normal, ce qui peut amener à penser que sa production ne devrait pas baisser la saison prochaine. C’est aussi un des meilleurs en ExpAssists et passes clés. Certains défauts se reflètent dans les chiffres, comme son déchet technique dans les dribbles (seulement 35,2% de dribbles réussis) ou sa faible participation au jeu. Mais l’intensité de ses moments forts laisse augurer un avenir plus heureux que le pensent ses détracteurs, notamment par cette capacité à créer des occasions, tendance à confirmer mais généralement plus stable d’une saison sur l’autre que la variable du nombre de buts inscrits.

Yattara, gonflé mais prometteur

Les résultats de Mohamed Yattara et Yassine Benzia sont à prendre avec des pincettes étant donné le faible temps de jeu et, plus particulièrement pour Yattara dont la majorité du temps de jeu a été capitalisé après ses entrées en cours de match. En effet, des statistiques comme le nombre de tirs, les ExpGoals ou les ExpAssists explosent quand il s’agit de joueurs frais qui rentrent en fin de match. Pour en revenir à Yattara, désormais ex-Lyonnais, le nombre d’ExpGoals est gonflé mais il pourrait probablement rendre d’importants services au Standard si son taux de conversion remonte.

Beauvue a le profil, en un peu moins bien

Si on regarde maintenant ce que nous disent les chiffres sur Claudio Beauvue, on remarque une similitude avec les autres attaquants lyonnais : assez peu de tirs mais généralement cadrés et peu bloqués. En dehors de ça, il obtient des chiffres assez moyens partout : au niveau des buts, des occasions créées mais aussi sur ses qualités de dribbleur. Pas d’inquiétude particulière sur son pourcentage de passes réussies, une statistique qui est intimement liée au jeu de l’équipe, et Guingamp était la deuxième moins bonne de Ligue 1 sur cet aspect-là.

 

Dur pour Lacazette et Fekir de faire mieux

stat 4

Distribution de la probabilité du nombre de buts hors penalties pour la saison 2015-16. En rouge : le nombre de buts hors penalties en 2014-15. © Birdace

Au final, un petit mot sur ce que ces chiffres nous disent sur la saison qui arrive. Au niveau ExpGoals et ExpAssists, Lacazette a des chiffres intéressants mais loin du nombre de buts qu’il a réellement marqués et c’est globalement la même chose pour Fekir. Difficile donc d’imaginer des saisons aussi pleines pour ces deux joueurs même si Lacazette progresse d’année en année et que Fekir n’entamera que sa deuxième saison pleine avec l’OL. Du côté de Njie, le plus intéressant est son taux de conversion, pas exagérément haut et il aurait même pu finir avec plus de buts. Possiblement le joueur le plus à même de maintenir ses bons chiffres.

Pourquoi Lacazette n’a que 1% de chance de marquer 20 buts dans le jeu ?

Pour marquer 20 buts dans le jeu, Lacazette devrait marquer tous les 4 tirs avec son volume de tirs actuel. Mais Alexandre Lacazette tire trop peu au but, même s’il « attend » d’être en bonne position avant de s’exécuter. Les attaquants les plus prolifiques tournent autour de 4 tirs toutes les 90 minutes quand Lacazette est à 2,75. À titre d’exemple, Kun Agüero a atteint les 21 buts hors penalties la saison passée avec une moyenne de 5 tirs toutes les 90 minutes.

 

Meneurs : Fekir, le meilleur… à son meilleur poste

Voilà un peu la même comparaison avec les meneurs de jeu à Lyon, un poste beaucoup discuté en ce moment avec le départ de Yoann Gourcuff, la nouvelle blessure de Clément Grenier, l’âge de Steed Malbranque, la vente de Fares Bahlouli ou le niveau de Rachid Ghezzal. D’autant plus que Nabil Fekir, le titulaire logique au poste, a passé plus de temps en attaque l’année dernière.

stat 5

Fekir sort du lot sur de nombreux aspects : il frappe énormément pour un meneur de jeu ce qui lui permet d’être dans le top 10% en termes d’ExpGoals et de buts dans le jeu, ceci malgré un taux de conversion bon sans être exceptionnel. Il est aussi largement supérieur à la moyenne sur les ExpAssists alors qu’il réalise moins de passes clés que la moyenne. C’est évidemment au niveau des dribbles réussis qu’il domine le plus les autres joueurs évoluant à son poste, avec aussi un taux de réussite très honorable. Les chiffres sont formels sur son meilleur poste.

Gourcuff impressionnant, Ghezzal moins

Derrière lui, Gourcuff a toujours de très bonnes statistiques quand il est capable d’enchaîner des matchs. C’est lui qui donne le plus de passes clés et, niveau buts et passes décisives, son rythme est impressionnant.

Malbranque semble pouvoir encore rendre service mais il est difficile de prévoir ce qu’une année de plus peut avoir comme conséquences sur son rendement. La saison dernière, il a été utile pour conserver le ballon et fluidifier la possession lyonnaise, ajoutant même quelques buts et passes décisives.

En revanche, Ghezzal a eu du mal à montrer de réelles qualités, même s’il faut tenir compte de son faible temps de jeu. Sur le peu d’occasions qu’il a eu de se montrer, il n’aura pas su apporter de garanties, créant peu d’occasions (pour lui ou pour les autres) et avec beaucoup de déchet que soit pour les dribbles ou les passes. Même en tant que remplaçant de Fekir, il semble limité.

 

Cette année, on va vraiment savoir

Certains joueurs sortent de formidables saisons individuelles comme Lacazette ou Fekir. Mais attention à l’année qui suit, d’autant plus que l’OL sera attendu et que ces deux joueurs en particulier seront extrêmement surveillés. Pas d’inquiétude pour Alexandre Lacazette qui est bien plus qu’un buteur mais Nabil Fekir doit continuer à progresser, ce dont il est difficile de douter, et se fixer à un poste.

Julien Assunçao

(Photo Gwendoline Le Goff – Panoramic)

3 Comments

  1. Mathieu

    6 août 2015 at 11:56

    Merci pour cet article très très intéressant et fouillé :)

  2. EBcct3

    7 août 2015 at 11:10

    Très bon article, pour une fois on peut se faire une idée intrinsèque du joueur sur une saison et faire une vraie comparaison l’année prochaine !

  3. Pingback: Tour statistique de Ligue 1 : 9ème journée | Côté Stats

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>