Nabil Fekir : l’éléphant dans la pièce

Fekir

TACTIQUE. Nabil Fekir a du mal à revenir à son meilleur niveau depuis son retour de blessure. Et son profil particulier pose un problème tactique à l’entraîneur de l’OL Bruno Genesio.

 

En anglais, on appelle ça un “elephant in the room”, un éléphant dans la pièce. Une traduction rapide (et plus ou moins bonne) de la page Wikipedia anglaise de l’expression nous indique qu’elle définit “un problème évident à tous ceux qui connaissent la situation, mais que tout le monde décide d’ignorer délibérément”.

 

Fekir – Genesio, incompatibilités tactiques

Nabil Fekir est, à son meilleur niveau, l’un des joueurs les plus talentueux du championnat. Mais l’international a du mal à retrouver ce niveau. Et Bruno Genesio semble avoir du mal à l’utiliser. La meilleure période de l’ère Genesio (l’échantillon est certes relativement restreint pour le moment) correspond d’ailleurs à un moment où son numéro 18 était blessé, la seconde partie de saison dernière.

Une situation confirmée par un proche du club à France Football ce mardi : “Ce n’est pas pour rien que Bruno n’était pas contre un départ de Nabil. Il y avait des raisons extrasportives, comme les doutes liés à sa mentalité, disons, moins humble. Mais il y avait aussi des questions tactiques. Bruno savait que Nabil allait demander à revenir à deux attaquants axiaux et que cela allait bouleverser le bon équilibre trouvé l’an passé avec Rachid [Ghezzal]. On peut le dire, il n’a pas encore résolu l’équation de faire jouer ensemble Ghezzal et Fekir autour de Lacazette.”

 

Une folle remontée en 4-3-3

« Le 4-3-3 est un système que j’aime bien, car il me paraît équilibré quand on a le ballon et aussi quand on ne l’a pas, même si ce match me contredit complètement. Il faut aussi pouvoir jouer avec un autre système pour que les joueurs s’expriment avec leurs qualités. J’y pense, car je vois très bien que ce n’est pas dans ce système que Nabil va s’épanouir le plus. » – Bruno Genesio après la défaite au Trophée des Champions (Le Progrès)

La folle remontée vers la seconde place la saison dernière s’était effectuée dans un 4-3-3 qui apparaît comme le système préférentiel de Bruno Genesio. Un système que le technicien lyonnais a d’ailleurs ressorti du placard à Lille… où Nabil Fekir était suspendu. Avant de le reconduire à Zagreb, en mettant Nabilon sur le banc.

En début de saison, Genesio avait tenté d’inclure Fekir dans ce système. Son faible abattage défensif et son manque de repères en attaque en avaient fait une expérience mitigée. Trop loin du but et d’Alexandre Lacazette pour être vraiment décisif, Fekir semblait inoffensif. Son explosion en Ligue 1 correspond d’ailleurs à un moment où il était aligné en pointe avec un autre attaquant (voire en soutien de deux avants-centre à l’occasion).

Une préférence pour l’axe qui explique les tentatives de Bruno Genesio d’instaurer des systèmes à deux attaquants. Le 3-5-2 avait été institué alors que Fekir n’était pas là, mais a perduré au retour de l’attaquant. L’OL n’a cependant jamais réussi à trouver ses repères dans un système où les deux attaquants se sont trop souvent retrouvés isolés. Le 4-4-2 à plat mis en place avant le retour au 4-3-3 permettait de leur apporter un peu plus de soutien. Mais il pose lui aussi quelques soucis dans la gestion de l’effectif, en poussant sur le banc Sergi Darder ou Jordan Ferri par exemple.

 

Le retour du losange en solution ?

Le 4-4-2 losange peut donc une nouvelle fois apparaître comme la solution miracle. Ce système aurait l’avantage de permettre d’aligner de nombreux milieux axiaux, un secteur dans lequel l’OL ne manque pas de ressources, et deux attaquants axiaux. Seul souci : Bruno Genesio ne semble pas vraiment adepte du losange, même s’il l’a utilisé (rapidement) en fin de match à Toulouse. Pour résoudre l’équation Fekir et faire disparaître cet éléphant de la pièce, Bruno Genesio devra pourtant peut-être se résoudre à faire des concessions.

Hugo Hélin

(Photo Damien LG)

2 Comments

  1. Rems

    25 novembre 2016 at 10:16

    Et pourquoi pas tenter le 4-4-2 avec Darder en 10 ?
    Cela donnerait :
    Lopes (Gorgelin)
    Rafael – Mammana – Diakhaby – Rybus (Jallet/Gaspar – Mbiwa – Nkoulou – Morel)
    Gonalons (Tousart)
    Tolisso – Ferri (Kemen – Grenier)
    Darder (Valbuena / Ghezzal)
    Lacazette – Fekir (Cornet – Kalulu)

    • Le losange

      25 novembre 2016 at 10:24

      C’est ce que tout le monde veut, sauf Génésio…

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>