Lorient – OL (1-3) : merlus et à prouver

OL

LES NOTES. En s’imposant à Lorient, l’Olympique Lyonnais est revenu à trois points de la seconde place et a désormais son destin entre les pieds. L’OL sait donc désormais ce qu’il lui reste pour s’offrir une « finale » contre l’AS Monaco à la 37e journée. Le sprint final est lancé et l’équipe de Bruno Génésio semble être celle la plus en forme. Reste à le démontrer au cours des six prochaines journées.

 

Dimanche 3 avril 2016, 32e journée de Ligue 1

FC Lorient – Olympique Lyonnais 1-3

Buts : Waris (35e) pour Lorient, Lacazette (44e et 84e) et Ghezzal (81e) pour l’OL

FC Lorient : Lecomte – Gassama, Touré, Musavu-King, Guerreiro – Jouffre (cap.) (Philippoteaux, 82e), Bellugou, Mesloub, Barthelmé (Cabot, 69e) – Waris, Jeannot (Moukandjo, 76e). Entr. : Sylvain Ripoll.

OL : Lopes – Jallet, Yanga-Mbiwa, Umtiti, Morel (Bedimo, 67e) – Ferri, Tolisso, Darder (Grenier, 85e) – Ghezzal, Lacazette, Cornet (Valbuena, 76e). Entr. : Bruno Génésio.

Lopes 6 – Jallet 3, Yanga-Mbiwa 6, Umtiti 5, Morel 4 – Ferri 6, Tolisso 4, Darder 7 – Ghezzal 7, Lacazette 7, Cornet 4.

 

Les résultats de cette journée, et en premier lieu la défaite de Monaco qui donnait à l’OL la possibilité d’être de nouveau maître de son destin, ressemblaient à un cadeau du ciel. Les Gones ont parfaitement su s’en saisir et s’offrir la perspective d’une « finale » contre les Monégasques à l’avant-dernière journée. À condition bien sûr de rester à portée de fusil de l’ASM. Les Lyonnais sont actuellement trois points derrière le club de la Principauté avec une meilleure différence de buts. Vu la forme actuelle des deux équipes, on peut même rêver de voir l’écart se rétrécir un peu voire s’inverser d’ici là…

 

Ghezzal, mystère de l’ouest

En Bretagne, le secteur offensif lyonnais n’a pourtant pas su frapper au moment où on s’y attendait le plus. Après un début de match tout feu tout flammes marqué par un grand nombre d’occasions pour les visiteurs, le score était en effet toujours vierge. Alexandre Lacazette, notamment, aurait pu s’en vouloir si les choses avaient mal tournées. Mais le Kid de Mermoz a parfaitement su relever la tête après sa grosse occase ratée au bout de quelques minutes. Froidement réaliste pour égaliser en profitant d’une erreur de Lamine Gassama, Alex a ensuite marqué son 16e but de la saison en Ligue 1 à quelques minutes du terme (son 14e hors penalties, le même chiffre que lors du précédent exercice). Un total plus qu’honorable pour une saison parfois compliquée. On ne résiste d’ailleurs pas à l’idée de signaler que Bafétimbi Gomis n’a jamais dépassé cette barre des 16 buts en L1…

 

 Sur l’aile droite, Rachid Ghezzal continue de faire vaciller nos convictions. Son jeu semble très souvent caricatural mais se révèle aussi diablement efficace. L’Algérien a su apporter le danger régulièrement après son traditionnel repiquage dans l’axe, que ce soit par ses passes (le caviar sur la première occasion de Lacazette, c’est lui ; le caviar sur le second but de Lacazette, c’est lui) ou par ses frappes (son but en étant une illustration parfaite : alors qu’il semble avoir tout son temps pour ajuster tranquillement du droit, il préfère revenir sur son pied gauche quitte à se rapprocher de son adversaire direct). On ne doute pas du fait que tous les défenseurs de Ligue 1 connaissent son jeu par cœur (il suffit de voir comment Raphaël Guerreiro couvre le second poteau afin de contrer la frappe enroulée qu’on attendait tous) et Rachon continue pourtant de faire des différences au talent. Le Robben algérien n’a jamais aussi bien porté son surnom.  

 

Maxwel Cornet, le troisième larron de l’attaque, a surtout brillé en étant remplacé par Mathieu Valbuena. Pour son retour, le numéro 19 a distribué une passe décisive et semblé plus à l’aise dans le jeu lyonnais que précédemment. L’OL s’est peut-être trouvé un joker de luxe pour la fin de saison.

 

Darder, contrôle lorientais

Au milieu, Bruno Génésio avait choisi de reconduire la paire de relayeurs ayant le plus donné satisfaction ces dernières semaines. L’homme fort en est Sergi Darder. Passes dans l’espace, déplacements entre les lignes et projections ultra-intelligentes : l’Espagnol a une nouvelle fois prouvé qu’il s’était parfaitement intégré après des débuts en demi-teinte. On aurait d’ailleurs aimé savoir ce qu’a pensé Christian Gourcuff de sa prestation en cette soirée des 90 ans du club lorientais, tant le jeu de l’ancien de Malaga semble être proche de celui qu’il prône. L’intelligence de jeu et la simplicité au service du collectif.

Jordan Ferri, meilleur complément à Darder jusqu’ici, a été moins en vue que lors des derniers matchs. Son bilan parle pourtant pour lui : une passe décisive (si la commission décide de lui attribuer malgré la déviation de Gassama), un bon choix de laisser filer le ballon sur le but de Ghezzal et plusieurs percées intéressantes, notamment en début du match (où l’apport des milieux relayeurs, qui ont permis à l’OL d’avoir souvent 5 joueurs dans la surface de réparation à la conclusion des actions, a été fondamental dans la domination lyonnaise). Derrière eux, Corentin Tolisso a marché au diesel, en se faisant quelques frayeurs avant de trouver un rythme de croisière ronronnant. Maxime Gonalons peut revenir de suspension l’esprit tranquille, Coco n’a fait que lui garder sa place au chaud.

 

Jallet-Morel, les mauvais alignements de Carnac

Enfin, la défense a eu beaucoup de mal à gérer la verticalité du jeu breton et le hors-jeu. Anthony Lopes a d’ailleurs dû s’employer à plusieurs reprises hors de ses 18 mètres, quand il n’était pas purement et simplement abandonné en 1 contre 2 face à deux adversaires lancés à pleine vitesse. Les deux joueurs qui ont le plus souvent couvert les Lorientais auront d’ailleurs été deux anciens de la maison : Christophe Jallet et Jérémy Morel. Le second aura malgré tout sauvé (un peu) son match en effectuant un retour parfait dans les pieds de Benjamin Jeannot, qui n’avait plus qu’à pousser le ballon dans le but vide alors que le score était encore de 1-1. Pour le reste, la plus belle action de Jaja et J-Mo doit être le tour d’honneur d’après-match avec les autres légendes du FC Lorient. Si Corentin Tolisso souhaite récupérer une place dans le onze titulaire, il devrait peut-être jeter un coup d’œil ailleurs qu’au milieu de terrain. À droite ou à gauche.

 

 

Mapou Yanga-Mbiwa a pour une fois piqué le rôle de meilleur défenseur central du match à Samuel Umtiti. Solide défensivement, l’international français (ça nous fait toujours bizarre de différencier ainsi Mapou de Sam23, merci à Didier Deschamps de remédier à cette incongruité) a aussi relancé très proprement, en se permettant même une percée balle au pied sur le côté droit à l’origine du premier but lyonnais. Un match rassurant, dans la lignée de ses dernières prestations. L’OL s’est peut-être enfin trouvé une charnière centrale. L’une des bonnes nouvelles de la soirée, surtout à l’orée d’un sprint final décisif.

Hugo Hélin 

(Photo Anthony Bibard / Panoramic)

4 Comments

  1. Pier Tyr de Laigle

    5 avril 2016 at 1:24

    Et je te trouve encore bienveillant envers Jallet. Quel est cette façon de se faire prendre par derrière quasi systématiquement, appel/accélération et cuicui Christophe. Un match a visionner et étudier pour notre divin parce qu’à ce rythme, mon slip est tâché dès que je le vois sur la compo.

  2. ArmaGueïda

    5 avril 2016 at 1:27

    Merci Hugo pour ce retour sur ce début de sprint final.
    J’ai quand même bien du mal à croire que Coco Tolisso puisse doubler l’un des quatre latéraux de l’effectif. Bruno Génésio ne semble pas adepte des bricolages et privilégiera sans doute un spécialiste du poste. Sinon je crois me souvenir que Puel a sérieusement envisagé de rapatrier Grenier à Nice, il y a encore une ou deux saison. C’est lui qui l’avait lancé dans le grand bain de la L1 quand il était en poste à l’OL.
    S’il lui venait l’idée de faciliter le retour de Ben Arfa la saison prochaine (dans l’hypothèse ou OGC Nice n’accroche pas la troisième place), peut être que le club serait assez magnanime pour ne pas s’opposer aux retrouvailles de Claude et Clément.

  3. Rems

    5 avril 2016 at 3:47

    Je suis d’accord avec l’analyse dans l’ensemble, même si j’ai été déçu du match d’Umtiti. Plusieurs pertes de balles dangereuses et moins de sérénité que d’habitude. C’est dommage car avec les blessures de Zouma, Laporte et Mathieu, il n’a jamais été aussi proche d’intégrer les 23 pour l’Euro. Son dernier concurrent est Mangala, dont les performances seront scrutées contre Paris.
    C’est dur de voir jouer Morel quand on a Bedimo sur le banc… Est-ce à cause de son refus de prolonger ? En tout cas on doit recruter un AG cet été.

    • Etienne

      11 avril 2016 at 4:49

      D’accord au sujet d’Umtiti, qui en plus devait avoir une meilleure attitude en tant que capitaine (mauvais gestes, expressions d’humeur, s’arrête de jouer lorsque il réclame un hors-jeu…), par contre Morel je le trouve vraiment intéressant dans ce genre de match où l’équipe adverse attaque de tous les côtés, et s’il n’est pas assez offensif il comble parfaitement les remontées parfois hasardeuses des deux centraux.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>