Lacombe : Benzia « fait partie des attaquants qui vont jouer »

Olympique Lyonnais

MERCATO. À 20 ans, Yassine Benzia n’a toujours pas réussi à faire son trou à l’Olympique Lyonnais. Très peu utilisé par Hubert Fournier, l’attaquant des Espoirs a pourtant brillé à chaque sortie avec les Bleuets en 2015. À un an de la fin de son contrat, il ne semble pas être retenu par le staff de l’OL. Mais Bernard Lacombe, le conseiller de Jean-Michel Aulas, déclare vouloir encore y croire, à condition que Benzia ait la capacité de « se remettre en cause tous les jours ».

 

Mardi, pour sa conférence de rentrée, Hubert Fournier a admis que le cas Yassine Benzia faisait « partie des discussions ». Pourtant, malgré l’arrivée de Claudio Beauvue, l’OL n’est pour l’instant pas mieux pourvu que l’an dernier en attaque, puisque Mohamed Yattara est sur le départ (le Standard de Liège a fait une offre et les pistes Nantes et Lille ont été évoquées) et que Nabil Fekir devrait se voir confier la pointe du losange au milieu. Mais le jeune Rouennais est en fin de contrat dans un an, et le club ne sait pas encore s’il doit s’en encombrer. Quant au joueur, s’il nous avait assuré le 11 juin dernier, dans la foulée du match entre les Espoirs français et sud-coréens, qu’il préférerait qu’on lui « fasse confiance à Lyon », il sait aussi qu’il n’a joué que 474 minutes en 2014-2015. Malgré les blessures, ce n’est pas assez à son goût. « La saison a dû être longue pour lui, concède Hubert Fournier. Mais il avait devant lui le meilleur buteur du championnat et Nabil Fekir qui est devenu international A. » Pas sûr que ce soit ces choix-là qui aient poussé Benzia à s’interroger, mais plus sûrement ceux de Clinton Njie, longtemps inefficace avant de terminer l’année en trombe, Rachid Ghezzal ou encore Mohamed Yattara, à qui leur entraîneur a trouvé la vertu d’avoir été plus patient.

 

« Tu ne dois pas être un éternel espoir ! »

Ce vendredi, en marge de la présentation officielle de Claudio Beauvue, Bernard Lacombe, qui garde un œil particulièrement attentif sur les attaquants, a accepté d’évoquer le cas Benzia : « Yassine, je lui ai toujours dit : il faut se remettre en cause tous les jours. Lorsque tu rentres sur le terrain, tu es là pour t’entraîner, mais tu es surtout là pour progresser. Mais il est vrai que l’année dernière il a été handicapé en début de saison, il s’est blessé. Et quand vous manquez le début, vous avez toujours un temps d’adaptation qui est beaucoup plus long. Mais là, quand même… Je lui ai dit : tu ne dois pas être un éternel espoir ! Les entraîneurs ne sont pas masos, s’ils ne te font pas jouer, c’est bien qu’il y a des raisons. C’est comme avec le petit Fares Bahlouli, même si ce sont des joueurs qui ont du talent. Le mot que je leur répète toujours, c’est ‘efficace’. Ça n’a pas été leur force sur les trois dernières années. »

 

« Tout le monde aura sa chance »

La mauvaise nouvelle pour Benzia, c’est que le discours du conseiller de Jean-Michel Aulas appuie celui de l’entraîneur. La bonne c’est qu’il y croit encore. « Oh si, si ! Et puis dans tous les cas, il lui reste un contrat chez nous. Il fait partie des attaquants qui vont jouer. Tout le monde aura sa chance, comme ça a toujours été le cas. Mais tous les jours à l’entraînement, il doit y avoir une remise en cause et ce n’est pas la chose la plus facile. Même quand vous avez le talent au départ, c’est quelque chose d’important. Lui, il a le talent et pour l’instant il n’est pas allé au bout des choses comme il aurait dû le faire. » Mais même si Benzia devait y parvenir à l’avenir, il est encore loin d’être sûr que ce soit à Lyon.

Pierre Prugneau (avec RJ)


(Photo Jean-Marc)

One Comment

  1. lisandrolopes

    4 juillet 2015 at 3:16

    ALLEZ BENZIA!

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>