FC Nantes – OL (0-0) : pas d’exploits, pas de buts

Fekir

LES NOTES. L’OL a ramené du FC Nantes le premier 0-0 de la saison de Ligue 1 et la conviction que celui-ci était dû simplement à un manque de chance. Il vaut effectivement sans doute mieux éviter de parler de jeu…

 

4e journée de Ligue 1, samedi 26 août 2017

FC Nantes – Olympique Lyonnais 0-0

Avertissements : Girotto (31e) pour Nantes, Tete (68e) pour l’OL

Nantes : Tatarusanu – Dubois, Diego Carlos, Pallois, Djidji (cap) – Iloki, Girotto (Moutoussamy, 46e), Touré, Thomasson (El Ghanassy, 81e) – Coulibaly (Gandji, 46e), Sala. Entr. : Claudio Ranieri.

OL : Lopes – Tete, Marcelo, Morel, Mendy – Tousart, Ferri (Aouar, 86e) – Traoré, Fekir (cap), Cornet (Depay, 77e) – Mariano (Myziane, 68e). Entr. : Bruno Genesio.

Lopes 6 – Tete 5, Marcelo 5, Morel 5, Mendy 5 – Tousart 6, Ferri 4 – Traoré 6, Fekir 6, Cornet 4 – Mariano 3

 

On pourrait respecter le discours officiel et dire que l’OL a manqué de chance à Nantes et n’a pas réussi à concrétiser son écrasante domination. Mais il nous semble un peu osé d’invoquer la poisse après trois matchs où Lyon a converti chaque bout d’occase qui s’est présenté, y compris des frappes du milieu de terrain (les expected goals sont des indicateurs qui restent à parfaire, mais leur verdict est pour le coup sans appel).

Surtout que le total de tirs à la Beaujoire est plutôt flatteur pour l’OL, qui n’a été vraiment dangereux que deux fois : sur une frappe de Bertrand Traoré suite à une passe superbe de Nabil Fekir en première période où Ciprian Tatarusanu s’est parfaitement couché (10e) et sur l’action du poteau du même Traoré suivi par un tir sur la barre du même Fekir en deuxième période (64e).

Le manque d’idées de l’OL a surtout été criant en première période. Face à une équipe nantaise d’un niveau abyssal (on ne connaît pas tous leurs joueurs, et on a par moments l’impression que tous leurs joueurs ne se connaissent pas non plus), l’OL a eu le ballon sans jamais savoir qu’en faire. Si la deuxième période a été un peu plus enthousiasmante, c’est en grande partie grâce aux Nantais. Un peu moins statiques, les Canaris ont offert une opposition un peu plus consistante et ont surtout laissé plus d’espaces aux gones. 

Et c’est bien là le plus triste : face à une équipe d’une faiblesse inouïe, un club avec l’un des trois premiers budgets de Ligue 1 s’est retrouvé contraint d’attendre d’avoir des espaces pour être un tant soit peu dangereux. Ce n’est guère étonnant : quand le plan de jeu annoncé en début de saison par l’entraîneur inclut d’évoluer plus bas et de vite se projeter vers l’avant, on comprend bien que les attaques placées ne constituent pas vraiment une priorité.

On risque donc de revoir bien souvent ce genre de matchs à 60% de possession de balle et 0% d’idées de jeu. En espérant que cette fois, un exploit individuel de Bertrand Traoré ou Nabil Fekir – voire une percée de Lucas Tousart (qui aurait pu obtenir un penalty en fin de match) – finisse au fond. Avoir un gros budget permet d’avoir des joueurs de très haut niveau capable de faire la différence à n’importe quel moment, mais cela n’exclut pas pour autant d’essayer de jouer au football.

Hugo Hélin

(Photo AD / FC Nantes)

2 Comments

  1. Le E

    27 août 2017 at 12:29

    Amen.

  2. fortiche

    27 août 2017 at 11:39

    Si PepGen considère qu’on a tout essayé sur ce match, alors ca fait peur pour la suite. Je partage à 100% la sortie de JMA…

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>