« Virez les prépas, allez faire un trek en AmSud et revenez la veille du match »

Guimaraes

LES NOTES. Porté par un immense Bruno Guimaraes pourtant toujours en pantoufles KLM, l’OL n’a même pas eu besoin d’être brillant pour s’imposer sans trembler contre Strasbourg (3-1).

> Après chaque match, un intervenant vient défendre ses cinq choix au Jurynho. C’est de nouveau au tour de Hugo Hélin, rédacteur en chef du Libéro Lyon.

Votez pour le Jurynho
d’OL-Strasbourg (3-1)

Bruno Guimaraes, +3

On s’est dit à un moment qu’on allait devoir lui pardonner une baisse de régime au fil du match qu’on pardonne de moins en moins à Léo Dubois. Il faut dire que le Brésilien avait une circonstance atténuante : une trêve internationale passée en Amérique du Sud, avec un dernier match dans la nuit de jeudi à vendredi heure française, et donc un retour tardif à l’OL.

Mais Bruno Guimaraes a été l’homme du match malgré cette passe envoyée en touche et à quelques dizaines de degrés de là où il visait en fin de première période, qui n’annonçait absolument pas une mise en sommeil prématurée. Car le numéro 39 de l’OL est au contraire monté en puissance dans un match qu’il avait pourtant déjà commencé tambour battant avec une passe décisive délicieuse dès la 8e minute. On retiendra notamment son petit pont sur un elastico dans la surface adverse. Mais surtout ce bel enseignement pour tous les clubs du monde : virez les préparateurs physiques, allez faire un trek en Amérique du Sud et revenez la veille du match.

Moussa Dembélé, +2

Le moyen le plus sûr d’intégrer les cinq joueurs présents dans le Jurynho, c’est encore de claquer un but magnifique dès les dix premières minutes, histoire qu’on se dise directement « Lui, il y est. » Le capitaine du soir Moussa Dembélé a appliqué ce bon conseil en envoyant du gauche dans la lucarne opposée un contrôle de la poitrine peut-être pas totalement maîtrisé, mais qui a rendu le but encore plus beau en l’excentrant.

Il n’a pas forcément gagné de points au Jurynho par la suite, même si nos interrogations sur son adaptation au jeu de Peter Bosz n’auront sans doute pas court tant qu’il fera de telles stats. Et son manque de présence en pivot pourrait être compensé par sa capacité à prendre les espaces, surtout dans une équipe avec beaucoup de joueurs qui aiment le ballon mais sont capables de parfaitement le donner. Visuellement fit, Dembélé a en effet montré qu’il l’était vraiment sur une course en poussant le ballon en profondeur sur laquelle il a pris de vitesse son défenseur.

Xherdan Shaqiri, +2

Vu son historique, il sera jugé sur sa capacité à répéter les matchs. S’il y en a beaucoup et que même ceux où il n’est pas spécialement en feu ressemblent à ça, l’OL aura fait une affaire. On ne l’a en effet pas senti à son zénith, malgré un assist de son mauvais pied, mais il a lâché suffisamment de passes sympathiques pour avoir le droit à une compil d’environ 1 minute 30 demain, voir du 2 minutes selon les effets visuels choisis entre les ralentis. Et pour montrer à quel point il est impliqué, il a même signé un retour en position de défenseur central devant Ludovic Ajorque. On remerciera tout de même le centreur strasbourgeois d’avoir choisi l’option à ras de terre plutôt que dans les airs.

Malo Gusto, +2

Il a été l’un des grands bénéficiaires des passes de Shaqiri, qui a bien profité de son endurance et de son enthousiasme. De l’autre côté du terrain, le Suisse a parfois laissé Gusto un peu seul et cela a paradoxalement presque été une bonne nouvelle, puisque le latéral de 18 ans a plutôt bien géré dans ce secteur attendu comme une faiblesse.

Souvent bondissant pour intervenir du bout du pied, Gusto a aussi montré qu’être technique était utile défensivement. On se souvient ainsi de cette percée sans s’affoler pour ressortir de la surface après une tête défensive sur un centre. Son calme a en tout cas été impressionnant pour son âge, voire même à la limite de l’inconscience lorsqu’il a donné des ballons en retrait à Anthony Lopes sous pression.

Lucas Paqueta, +1

Ce n’est parfois pas facile de trouver le cinquième joueur à inclure dans le Jurynho. On avoue avoir un peu hésité entre un +1 à Emerson, vrai bon latéral gauche au-delà du fait de ne pas être Maxwel Cornet, une mention positive à Anthony Lopes, décisif sur un face-à-face aux airs de petit tournant que Kevin Gameiro a toutefois peut-être surtout raté tout seul, une note négative à Karl Toko Ekambi ou Thiago Mendes, histoire de ne pas trop bousculer nos habitudes, ou un -1 à Houssem Aouar, qui aurait été sévère vu qu’une de ses fulgurances a fini par faire passe dé. C’était pour Lucas Paqueta, qui est donc celui qui hérite de notre cinquième vote. D’autant qu’il nous renvoie à la leçon de Guimaraes : la prépa physique, ça ne sert à rien. On sort donc fissa boire un coup en vue de notre saison en FSGT.

Hugo Hélin

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>