Villefranche-SC Lyon : oubliez vos OL-ASSE sans suspense, il est là le derby de l’année

SCLFCVB

NATIONAL. Cette année, le derby le plus fou de la région AuRA est Villefranche-SC Lyon. Dur en effet de faire mieux qu’une dernière journée entre deux équipes qui ont quelque chose à jouer.

> Villefranche-SC Lyon, ce samedi à 18h00 (en intégralité sur FFF TV et en multiplex sur Canal+ Sport)

Il semble bien loin ce premier match de la saison, et pas seulement parce que la douceur de l’été laissait espérer une saison normale y compris chez les amateurs comme Saint-Priest (N2), hôte de ce derby rhodanien pour cause de rénovation de la pelouse de la Duchère. A l’époque, on s’imaginait que le SC Lyon et Villefranche avaient de bonnes chances de squatter le haut de tableau tout le long de la saison, avec respectivement Manu Da Costa et Alain Pochat sur le banc.

Aucun des deux entraîneurs ne sera là, ce qui signifie que la saison n’a pas vraiment été un long fleuve tranquille. Le SC Lyon s’est débarrassé de son coach en position de lanterne rouge le 18 décembre, tandis que Villefranche a dit adieu au sien le 29 janvier après l’annonce par la FFF d’une suspension de 8 matchs suite à une altercation avec le banc d’Annecy à la pause. On n’a pas vraiment regretté Da Costa, et sa tendance à parler de je plutôt que de jeu (c’est juste une expression, puisqu’il parlait de lui à la troisième personne) malgré des résultats catastrophiques, on a plus pleuré Pochat, dont la forte personnalité a parfois fait oublier son amour communicatif du football.

Les résultats de Villefranche ont toutefois permis d’atténuer les regrets : après avoir longtemps flirté avec la zone rouge, le FCVB et son nouvel entraîneur Hervé Della Maggiore abordent en effet cette dernière journée de National à la troisième place, avec trois longueurs d’avance sur Le Mans et une bonne probabilité de jouer le barrage contre le dix-huitième de Ligue 2. Pochat, qui a depuis pris les rênes de Bourg, n’y est toutefois sans doute pas totalement étranger : l’idée que l’équipe rattrape la réussite qui la fuyait en première partie de saison (9 buts marques sur les 17 premières journées), en concrétisant enfin la domination d’un milieu toujours aussi épatant, n’est pas saugrenue. D’autant qu’au moment de sa mise à pied, le coach à la casquette avait déjà enclenché une bonne série (4 victoires, 1 nul).

National

Du côté du SC Lyon, l’arrivée de Nicolas Le Bellec, qui a pourtant pris presque deux fois plus de points que Da Costa (11 à son arrivée, 31 aujourd’hui), n’a pas encore permis de quitter la dernière place. Cela pourrait toutefois être le cas après cette 34e journée : l’ex-Duchère ne pourra certes pas rattraper Créteil et… Manu Da Costa, qui a remporté au bout des arrêts de jeu sa deuxième victoire de la saison (une avec le SC Lyon, une avec les Lusitanos) lundi dernier, mais devra compter sur son ex-entraîneur pour ralentir Bastia-Borgo. Dans ce cas, une victoire lyonnaise sur la pelouse de Villefranche permettrait de lâcher la lanterne rouge. Ce qui ne serait pas forcément que symbolique : personne ne sait vraiment combien d’équipes descendront suite à la saison blanche en N2 qui a coupé les montées, et l’hypothèse d’une seule descente existe toujours.

Pour se sauver sur le gong, le SC Lyon comptera notamment sur Nathan Dekoke, annoncé défenseur central à sa signature, souvent décalé sur le côté gauche car il est gaucher, et qui est désormais aligné en pointe depuis que le staff s’est rendu compte qu’il était le meilleur buteur de l’équipe (7 réalisations) et capable de bons appels en plus d’être une menace dans les airs. Si avec tout ça vous n’avez pas envie de suivre ce derby…

Hugo Hélin

(Photo SC Lyon)