Top 3 : les plus belles victoires de Sylvinho à l’OL

Sylvinho

HOMMAGE. Le choix a suscité de longs débats au sein de la rédaction, mais nous avons finalement réussi à retenir trois victoires de Sylvinho à la tête de l’OL, en hommage au départ de l’entraîneur brésilien vainqueur de l’Emirates Cup 2019. Un match non retenu pour ce top 3 car considéré de façon inique par les instances comme « non officiel », tout comme l’Eusébio Cup 2018. Deux nouvelles preuves du complot anti-Lyonnais des instances.

Monaco – OL 0-3

Première journée de Ligue 1, 9 août 2019

Après des amicaux indignes, l’OL de Sylvinho chasse les doutes et la Nénèsetalgie naissante. Un but de Moussa Dembélé sur corner met l’OL sur de bons rails (5e) avant que l’expulsion de Cesc Fabregas (30e) ne fasse définitivement basculer le match du bon côté. Benjamin Lecomte Memphis Depay marque le deuxième but (36e), avant que Lucas Tousart ne convainque la France entière – et Sylvinho le premier ! – qu’il pourra être la sentinelle technique que l’OL attendait (80e). Il n’avait touché que 7 ballons lors de la demi-heure avant le rouge monégasque ? Ah pardon, il n’y a plus de réseau, je ne vous entends plus, grlkvnsrlkvnrvvfs

OL – Angers 6-0

Deuxième journée de Ligue 1, 16 août 2019

Si les supporters du Parc OL ne devaient retenir qu’une seule victoire de Sylvinho à la maison, ce serait sans doute celle-ci. Un festival offensif lancé par Houssem Aouar (11e) et prolongé par des doublé de Moussa Dembélé (36e et 65e) et Memphis (42e et 48e), et un but de Jean Lucas (72e) comme pour le symbole. Car c’est toute une ville qui parle le brésilien ce soir-là, dansant le tango et buvant le maté dans les rues du Vieux Lyon jusque tard dans la nuit.

Leipzig – OL 0-2

Deuxième journée de Ligue des Champions, 2 octobre 2019

« Mentality is everything ». Dans la tempête, l’OL va remporter une victoire inattendue sur la pelouse de Leipzig. Grâce à des buts de Memphis (11e) et Martin Terrier (65e). mais surtout grâce à un coup tactique de Sylvinho, qui prouve qu’il n’est pas recroquevillé sur son 4-3-3 et bascule dans le système à trois défenseurs centraux qui fera son succès. Car puisqu’il a marché ce soir-là, le Brésilien décide de le reconduire dès le Derby suivant. Et jusqu’à la fin de sa carrière lyonnaise.

Zénon Zadkine

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>