Sylvinho : « Le progrès est là, mais il est lent »

Sylvinho

TACTIQUE. Sylvinho a de nouveau évoqué l’intensité et le réalisme en conférence de presse d’avant-PSG, mais l’entraîneur de l’OL a aussi parlé de jeu. En demandant encore du temps et en faisant un bilan après six matchs à la tête du club lyonnais.

Un bilan que le Brésilien n’a pas embelli, la série de quatre rencontres sans victoire (une défaite puis trois nuls) n’aidant certes pas. « On n’arrive pas à tout faire en même temps. Je vois du sacrifice, de la concentration, de la discipline et que l’équipe est mieux organisée aujourd’hui. Il faut améliorer la construction du jeu, il faut qu’on arrive à éviter que l’équipe soit divisée et à avoir une meilleure efficacité offensive. »

Mais Sylvinho a malgré tout tenu à indiquer qu’il voyait aussi du mieux. « Quand on parle de progrès, il n’est pas question de 50%. C’est peut-être 5%. Le progrès il est là, mais il est lent. Il est lent parce que je parle de petits détails », avant d’en énumérer certains. « Dans l’organisation, les lignes qui sont plus proches, le 4-1-4-1, sur les coups de pied arrêtés… Mais on doit s’améliorer sur la construction du jeu, le mouvement entre les lignes. » De quoi espérer voir un OL un peu moins rigide que ces derniers matchs, où les percussions de Jeff Reine-Adélaïde ont souvent fait office de seul dépassement de fonction.

Mais Sylvinho a aussi tenu à rappeler qu’il ne transigerait pas sur la structure collective, à l’occasion d’une évocation du manque de folie de son équipe. « Folie, c’est un terme qui ne me va pas. Le football est fait de liberté, mais avec de l’ordre. Quand tu regardes Manchester City ou le PSG, il y a une vraie organisation dans leur jeu. Alors la folie, c’est quoi ? Laisser quatre joueurs devant et leur laisser faire comme ils veulent sans les faire revenir ? » Le danger ne devra donc pas venir de la simple accumulation de talents offensifs, mais aussi de la construction.

Même si quelques signaux font peur dans cette optique : le choix de laisser Houssem Aouar sur le banc tout le match contre le Zénith a ainsi été justifié par la bonne performance de Reine-Adélaïde, alors que le numéro 8 de l’OL semblait dans notre esprit avoir plutôt été remplacé numériquement par Lucas Tousart, via un jeu de chaises musicales avec Thiago Mendes qui passe de pointe basse à relayeur. L’ancien joueur de Valenciennes semble donc être bien considéré comme le titulaire au poste de sentinelle. Et les envies du début de mercato d’y installer un élément technique et capable de faire jouer l’équipe semblent donc bien loin, alors qu’elles pourraient peut-être justement se révéler être un bon axe de progression dans la construction.

Hugo Hélin

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>