Strasbourg – OL (1-2) : poussif agressif

Tousart

LES NOTES. Disons-le tout de suite – dans le contenu, ce match n’était pas bien meilleur que celui face au Zénith en milieu de semaine. Mais au vu de l’urgence mathématique du moment, et des séries en cours des deux équipes (4 victoires consécutives à la Meinau pour le Racing, 1 victoire en 6 déplacements pour l’OL), on se contenterait presque des 3 points. D’autant que l’OL aura au moins su élever son intensité physique et aura fait preuve du caractère si cher a Thierry Laurey. Mais n’oublions pas que les hommes de Rudi Garcia ne montrent aucun progrès dans l’animation offensive et offrent des prestations arides depuis plusieurs matches déjà.

Les notes : Lopes 6 – Tete 3, Denayer 5, Marcelo 5, Kone 2 – Reine-Adélaïde 4, Tousart 5, Caqueret 6 – Cornet 6, Dembélé 4, Terrier 3.

Votez pour
le Jurynho !

Et c’est parce que le contenu était aussi pauvre que l’on se laisse volontiers séduire uniquement par les chiffres. Pour ce déplacement, Rudi Garcia avait choisi de mettre fin à l’expérience Denayer au milieu (merci) pour lancer Maxence Caqueret en relayeur dans un milieu a trois aux cotes de Tousart et de Reine-Adelaïde, l’ancien Angevin évoluant un cran plus bas que face aux russes.

Les ailes de l’enfer

Nous avons donc vu 4 latéraux différents débuter cette semaine – et ce que ces deux matches nous ont rappelé, c’est que leur niveau moyen dans cet OL 19/20 est plus qu’inquiétant. A gauche, Kone a multiplié les mauvais choix offensifs et intervient trop tard sur le but de Fofana. Tete, bien que volontaire défensivement, n’a jamais apporte le danger par ses centres ou ses courses. Difficile dans ces conditions d’animer correctement un 4-3-3, surtout face à un bloc dense. L’axe a lui été plutôt bien protégé par Denayer et Marcelo, solides dans les duels au sol comme dans les airs. Ils se sont montrés efficaces devant un Lopes présent et décisif face a Ajorque juste avant l’égalisation.

Caqueret lave plus blanc

On l’attendait – la première titularisation de Maxence Caqueret a finalement eu lieu, dans un contexte difficile, Strasbourg alignant un losange dense et fort athlétiquement avec beaucoup de densité axiale. Après avoir mis quelques minutes à rentrer dans le match (perte de balle a la 6e amenant une occasion d’Ajorque bien stoppée par Marcelo), il est ensuite monté en puissance en jouant juste et au sol, souvent à une ou deux touches, et régulièrement vers l’avant. S’il a parfois souffert dans les duels en un contre un, son intelligence de jeu et son placement lui permettent de terminer avec le plus de ballons récupérés sur la rencontre (11). Il lance aussi Cornet sur le but, mais cette passe contrée ne sera pas considérée comme décisive. A revoir et vite. A ses côtés, Tousart a fait du Tousart. Utile dans l’engagement face à la densité strasbourgeoise, il a récupéré 10 ballons et gagne 3 duels, mais a montré ses limites habituelles dans la sortie du ballon et la distribution. Enfin, sans son but salvateur, Jeff Reine-Adélaïde disputait son pire match sous les couleurs de l’OL. Souvent statique et peu inspiré, il est cependant décisif pour la 2e fois en ligue 1 en une semaine.

Cornet, machine a stats

Au final, Terrier et Cornet auront fait le même match. Concernés défensivement, bien trop insipides offensivement. La différence entre les 2 ? Cornet a émergé de la nasse en étant décisif sur deux éclairs, sa frappe du gauche et un superbe centre pour JRA. De quoi faire (presque) oublier son match plus que moyen le reste du temps. Devant eux dans l’axe, Moussa Dembélé aura fait preuve de son habituel engagement de tous les instants. Mais sans Memphis en soutien, son isolement est terrible. Il n’a jamais fait de différence face a Simakan et reste trop peu disponible dos au but pour faire remonter son bloc.

Etienne M.

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>