Soit l’OL gagne et c’est cool, soit il en finit avec la Coupe de la Ligue et c’est cool

Caqueret

AVANT-MATCH. La fin programmée de la Coupe de la Ligue, compétition disputée dans des stades vides par des équipes bis et qui a inutilement surchargé le calendrier et sapé le prestige de la Coupe de France (on ne vous apprend rien, on est tous lecteurs des Cahiers du Foot), n’attristera pas grand monde en dehors de Frédéric Thiriez. Mais l’OL ne serait malgré tout pas opposé à l’idée de repousser un peu sa retraite en Coupe Moustache.

> OL-Toulouse, ce mercredi à 18h45 (en direct sur Canal+ Sport)

L’OL et la Coupe de la Ligue
en cinq dates

Enjeu. C’est d’ailleurs un bon résumé de ce qu’est/était la Coupe de la Ligue : personne ne pleure toutes les larmes de son corps en cas de défaite, mais c’est quand même toujours plus plaisant de gagner. Et encore plus en ce moment. Parce que l’OL n’a remporté aucun de ses trois derniers matchs à domicile et que la réception en Coupe de la Ligue de la lanterne rouge de Ligue 1, qui a donc d’autres priorités, est le moyen parfait de mettre fin à cette mauvaise série.

Et parce que l’OL n’a plus gagné un trophée depuis la Coupe de France 2012, ni même atteint une finale depuis 2014. Et, à Lyon comme ailleurs, on le sait bien : après une période de disette, même la Coupe de la Ligue devient fêtable une fois qu’on l’a gagné. Et il y aura cette saison même moyen de positiver en cas de défaite, en se disant que l’élimination était le dernier match de l’histoire de l’OL en Coupe de la Ligue.

Le groupe de l’OL : Lopes, Tatarusanu – Tete, Marcelo, Andersen, Denayer, Solet, Bard – Aouar, Caqueret, Tousart, Mendes, Jean Lucas – Terrier, Dembélé, Cherki, Traoré, Gouiri, Cornet.

Compo. C’est la compétition du turn-over, et avec l’avalanche de blessures encore plus.

Dur d’anticiper le onze, même si Bertrand Traoré était présent en conférence de presse hier et devrait donc en être. Si Houssem Aouar est aligné (ce qui n’est pas forcément la meilleure des idées vu qu’il devrait plutôt être emballé dans du papier bulles et conservé loin de Paolo Rongoni en attendant les matchs qui comptent vraiment), cela devrait sans doute dans l’axe pour tester une position qui apparaît logique après les blessures de Memphis Depay et Jeff Reine-Adélaïde. Enfin, on vous a gardé le meilleur pour la fin, Maxwel Cornet pourrait être aligné en latéral gauche, histoire de prendre aussi du temps de jeu à Melvin Bard après avoir phagocyté celui de nombreux offensifs de l’Académie depuis bientôt cinq ans qu’il est là.

La composition probable : Tatarusanu – Tete, Marcelo, Andersen, Cornet – Caqueret, Mendes – Traoré, Aouar, Cherki – Terrier.

Le groupe toulousain.

Le groupe toulousain.

Le prono de la rédac. Toulouse rentre dans le lard des Lyonnais d’entrée et mène rapidement grâce à un but d’Efthymios Koulouris, dans un fauteuil entre Marcelo et Joachim Andersen sur un centre après une récupération haute (0-1, 17e). L’OL égalise en début de deuxième période grâce au premier but en pro de Rayan Cherki, bien servi par Aouar (1-1, 54e), et le match perd rapidement le peu d’intensité qu’il avait, les équipes attendant plus ou moins consciemment les tirs au but. Un exercice où l’OL s’impose (pour une fois), grâce à un carton plein de ses tireurs et un ballon envoyé au-dessus par Aaron Leya Iseka.

Hugo Hélin

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>