SC Lyon – QRM (0-3) : rechute à l’arrière du peloton

SCLQRM

NATIONAL. Après quatre matchs sans défaite (dont trois nuls, certes), le SC Lyon a lourdement chuté à domicile contre QRM.

SC Lyon : Hautbois – Gbellé, Seguin (cap.), Dekoke, Pierre-Charles – Fadhloun, Jacob (Rivas, 61e) – Nomel, Ezikian, Araujo (Tounkara, 36e) – Botella. Entr. : Manu Da Costa.

A quoi s’attendre quand on regarde un match du SC Lyon ? Les bons jours, à une certaine capacité à s’installer haut et à ne pas trop reculer, couplé à un talent offensif qui peut permettre de faire la différence sur des bouts d’occasions pas toujours si fréquentes que ça. Les mauvais jours, à pas grand-chose. Et dans tous les cas, il ne faut pas s’attendre à une victoire : les Duchérois n’en ont remporté qu’une en quinze matchs de National après cette rencontre en retard contre QRM, et même une en seize sorties si l’on rajoute le crash (2-2 et élimination aux tirs au but après avoir mené de deux buts à cinq minutes du terme) contre Beaumont (R2) en Coupe de France.

Plus virevoltant et tranchant dans les 30 derniers mètres que Bastia, autre concurrent à la montée aperçu à Balmont ces dernières semaines, QRM n’a pas été le genre à subir, et son duo Andrew Jung – Ottman Dadoune a comme toujours cette saison fait la différence (21 buts en National à eux deux, dont 14 pour le premier). La défense du SC Lyon a cédé en sept minutes chrono (trois buts entre la 33e et la 40e), sans que cela soit vraiment imputable à un flottement ponctuel tant elle aurait pu encaisser tout au long du match.

L’entraîneur Manu Da Costa aura d’ailleurs longuement mis en avant les absences défensives lors d’une conférence de presse d’un gros quart d’heure sans beaucoup de temps consacré à parler de jeu. Une habitude chez lui, qui continue d’alterner les longs discours pour se défausser sur les joueurs (même quand il assume vaguement sa responsabilité, c’est en la réduisant au choix de ceux-ci : « La défaite n’est pas que pour les joueurs. Moi aussi j’assume, moi aussi je me suis trompé sur le onze. ») avec une attitude bravache en parlant de lui-même (« Si vous regardez un petit peu mon parcours je n’ai jamais été lâche. Ce n’est pas aujourd’hui que je vais vous dire que j’ai peur pour mon avenir. »). Une attitude naturelle chez lui et sans doute facilitée par la situation financière du SC Lyon, qui semble rendre impossible un licenciement en ce moment. « Je ne vous dis pas que je suis intouchable, mais je suis très serein sur mon avenir. » A moins que la perspective d’une descente en N2 ne finisse par devenir trop réelle, et ne fasse recalculer le rapport coût-bénéfice.

N1-12-12-2020

 

Hugo Hélin

(Photo photographitch / SC Lyon)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>