SC Lyon – Boulogne (2-2) : déprimes de match

Dekoke

NATIONAL. Le duel de relégables s’est terminé sur un match nul qui n’arrange ni le SC Lyon, toujours lanterne rouge, ni Boulogne, qui a gâché une avance de deux buts (2-2). Même si l’avenir sera peut-être moins déprimant pour les deux, en tout cas selon ce que décide la FFF.

SC Lyon : Kacou – Ngwabije (Ghezali, 66e), M’Dahoma, Bong, Dekoke – Ezikian, N’Diaye, Jacob – Nomel, Tounkara (Araujo, 71e), Botella (Fadhloun, 44e). Entr. : Nicolas Le Bellec.

C’est le genre de matchs dont les deux entraîneurs sortent mécontents. « C’était un naufrage collectif en première période, et je m’inclus dedans », débriefe sans sourire Nicolas Le Bellec, qui a toutefois apprécié la réaction de son SC Lyon revenu de 0-2 à 2-2 après la pause et un passage à trois défenseurs centraux avec le recul de Seydine N’Diaye. « Ils ont changé de système, oui, mais le système n’a rien à voir quand l’arrière gauche part de son camp et fait 70 mètres », relativise son homologue boulonnais Laurent Guyot. « On vit une saison difficile, mais je crois que je n’ai jamais été aussi mécontent après un match. On a donné l’opportunité à Lyon de se relancer, en sortant de ce qu’on sait faire en termes d’humilité et de cohérence. »

« Le premier but c’est un sketch, je n’ai jamais vu un joueur partir de son camp et arriver dans les 16,50 sans même qu’il y en ait qui pense à faire une faute », poursuit celui qui était défenseur central, ce qui se sent peut-être un peu. « Le deuxième but, je ne veux même pas savoir s’il est hors jeu ou pas, à un moment donné ça nous pendait au nez. » Au décompte des occasions, ce sont pourtant Guyot et Boulogne qui auront le plus de regrets, renforcés par une barre transversale trouvée dans les arrêts de jeu de la deuxième période.

« Ce n’est pas le fait qu’il n’y ait peut-être pas de descente qui va me rassurer »

Comment prendre ce résultat nul et décevant pour tout le monde ? C’est aussi une des questions qu’on se posait après ce choc de tableau qui arrivait un jour après l’annonce de l’arrêt définitif du National 2. Une officialisation de la saison blanche du quatrième échelon qui n’a pas coïncidé avec une officialisation de l’absence de descentes en National. Tout reste donc possible, et tous les suiveurs du National ont leur théorie, certains voyant une unique descente plutôt que zéro.

Les entraîneurs, eux, veulent éviter d’y penser pour l’instant. « Je ne suis pas du tout là-dedans », assure un Le Bellec dont le SC Lyon ne serait pas encore officiellement relégué même si les quatre descentes étaient maintenues. « On travaille aussi pour nous et vu ce qu’on a livré sur la première période ce n’est pas le fait qu’il n’y ait peut-être pas de descente qui va me rassurer. »

Guyot, lui, a toujours le souvenir d’une dernière saison arrêtée après 25 journées alors que Boulogne était à un point du deuxième. « Je ne fais aucune prévision. L’année dernière je devais jouer un barrage, je ne l’ai pas joué et je ne sais toujours pas pourquoi. Pendant ce temps-là, la Coupe de France féminine, la Coupe de France et la la Coupe de la Ligue se sont jouées. Je prends acte de la saison blanche du National 2. Mais que ça implique pour le National, j’attends de le savoir. »

National

Hugo Hélin

(Photo Laura Jonin)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>