Rattrapée par la réalité, la section lyonnaise de Transe Presse est mise en sommeil

OL

TRANSE PRESSE. La période troublée que traverse l’OL n’en finit pas d’avoir de tristes conséquences. Y compris pour la rédaction du Libéro Lyon.

Cette tendance se dessinait depuis près de trois mois. Dans la salle de réunion de la rédaction du Libéro (un fil de discussion Messenger), les brainstormings étaient de plus en plus laborieux. Le couperet est tombé lors de la conférence de rédaction de ce samedi : la rubrique Transe Presse du site est mise en sommeil jusqu’à nouvel ordre.

« Il devient impossible de parodier ce club et son président », glisse Zénon Zadkine, responsable de la section lyonnaise de l’Agence Tresse Presse, fondée par les Cahiers du Foot. « Toutes nos pistes de travail sont devancées par l’actualité du club. Après l’annonce d’une deadline en février pour Bosz, nous avions envisagé une brève ‘Aulas évoque le nom d’un entraîneur français passé de mode, mais nie toute tentative de déstabilisation du coach en place’. La vraie sortie d’Aulas ce jeudi sur Laurent Blanc nous coupe l’herbe sous le pied. »

Hugo Hélin, rédacteur en chef du site et très attaché aux articles Transe Presse, suggérait encore récemment une pastiche de JMA lançant un « Salut les djeuns ! Alors on squatte ? La fin de saison s’annonce bath » pour demander l’union sacrée lors de l’inauguration du plus grand cinéma drive-in d’Europe de l’Ouest à OL Vallée. Proposition une nouvelle fois devancée par l’original, qui a affirmé ne pas avoir l’impression d’être un « vieux schnock. »

Depuis quelques temps, la rédaction en revenait toujours à la même extrémité : évoquer le retour de Domenech. Cette perspective relevant désormais presque plus de la prophétie que de la caricature, il a été jugé plus sage de prendre du recul avant que des événements encore plus absurdes n’arrivent dans la réalité, comme un OL 13e à la trêve hivernale ou un communiqué de presse d’une famille princière suite à une blague anodine sur un obscur site lyonnais.

La compte Twitter Jean-Michel Botlas, qui ne dépend pas du groupe Libéro mais suit la logique de la caricature, pourrait suivre la même voie après avoir été retweeté par Hervé Penot et David Barbet qui l’avaient confondu avec la communication de crise du vrai JMA.

Eloi P.

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>