OL : le onze de l’académie 2015/2016

OL

 JEUNES. Les équipes de jeunes de l’Olympique Lyonnais ont fait honneur à la plaine des jeux de Gerland avant leur déménagement à Décines. Retour sur la saison de l’Académie OL avec notre onze-type, des U15 à la CFA.

OL

Notre onze « L’Académie est formidable » © 2015-2016

 

Stanislas Lebongo (1997, gardien, 28 matchs) : Si l’exercice 2015/2016 de Stan’ Lebongo n’a pas été aussi réussi que les deux précédents, le joueur d’origine camerounaise reste le gardien le plus prometteur du centre de formation lyonnais. Excellent en Youth League jusqu’au huitième de finale face à l’Ajax où toute l’équipe semblait être à côté de ses pompes, Stanislas Lebongo a également été un acteur important du bon parcours de l’équipe U19 en Gambardella (éliminé en quart de finale) et surtout de la première place en poule B en championnat qui a permis à l’équipe dirigée par Joel Fréchet d’atteindre les playoffs. Le gardien lyonnais s’est d’ailleurs illustré en demi-finale dans son exercice fétiche des tirs au but en arrêtant deux tentatives niortaises permettant à l’OL de jouer la finale face au PSG. Stan’ devra cependant gommer ses quelques sauts de concentration comme en finale où son énorme erreur aura permis à Paris d’ouvrir le score.

Olympique Lyonnais

King of Lebongo bong – (Photo Kevin Mesa)

Jordy Gaspar (1997, latéral droit, 34 matchs 1 but) : Jordy Gaspar a confirmé cette saison au sein des équipes du centre de formation tout le bien qu’on pensait de lui. Longtemps repositionné ailier droit la saison dernière par Alain Olio en CFA, Gaspar en a profité pour développer son jeu offensif et devenir un latéral complet. Doté de belles qualités physiques ainsi que d’une bonne palette technique comme on a pu s’en apercevoir lors de la campagne européenne en Youth League, Jordy Gaspar s’est imposé comme le latéral droit de l’avenir pour l’OL. On aurait aimé le voir débuter avec les pros en coupe nationale début janvier mais ce n’est sans doute que partie remise vu la confiance qui lui a été accordée en matchs amicaux de pré-saison.

Mouctar Diakhaby (1996, défenseur central, 24 matchs 4 buts) : Pas le plus attendu dans les défenseurs centraux de la réserve, Mouctar Diakhaby a sûrement été le plus régulier cette saison entre les blessures de Dylan Mboumbouni et les difficultés de Romaric N’Gouma et Ulrik Jenssen. Aussi à l’aise dans le jeu aérien défensif qu’offensif (4 buts cette saison), Diakhaby a souvent joué ces dernières saisons au milieu de terrain, ce qui lui a permis de développer ses capacités techniques. Si Mboumbouni lui paraît potentiellement supérieur, Diakhaby est aujourd’hui le défenseur central le plus proche du groupe professionnel.

Gédéon Kalulu (1997, défenseur central, 34 matchs 4 buts) : Titulaire sur le côté gauche de la défense des U19 pendant une bonne partie de la saison, le petit frère d’Aldo a littéralement explosé lorsqu’il a été replacé dans l’axe de la défense. Serein, bon dans le placement, sûr techniquement et se permettant quelques montées qui lui ont permis d’inscrire de très beaux buts, Gédéon Kalulu s’est imposé comme le patron défensif de cette génération 1997 et n’est pas étranger à la phase retour exceptionnelle de l’équipe U19 se qualifiant jusqu’en finale du championnat de France. S’il est toujours difficile de juger un défenseur central, Gédéon Kalulu met tout le monde d’accord depuis plusieurs mois.On attend avec impatience la confirmation en CFA !

Emmanuel Kasong Yav (2001, latéral gauche) : Capitaine des U15, le jeune Emmanuel Kasong Yav a eu l’honneur de soulever deux trophées cette saison. D’abord celui du prestigieux tournoi de Neuville où il a été élu meilleur défenseur et ensuite le titre de champion de Rhône-Alpes que les joueurs de Cyrille Dolce ont remporté en devançant le FC Lyon et l’AS Saint-Etienne.

Olivier Kemen (1996, milieu relayeur, 17 matchs 2 buts) : Recruté à Newcastle l’été dernier pour la somme de 750 000 euros, le milieu de terrain s’est rapidement imposé comme le meilleur joueur de l’équipe réserve. Milieu « box to box », puissant, vif, et technique, il n’a pas déçu les observateurs de la plaine des jeux de Gerland au contraire de l’autre recrue estivale Lucas Tousart. Ses performances en CFA ont été récompensées par le staff de l’équipe première par une entrée en jeu en pro au Parc OL contre le Paris-Saint-Germain avant d’être titularisé lors de la dernière journée de Ligue 1 à Reims. Avec les départs programmés de Steed Malbranque et Arnold Mvuemba, il faudra compter sur Olivier Kemen dès la saison prochaine.

Hamza Rafia (1999, milieu offensif, 22 matchs 7 buts) : Si les U17 n’ont pas brillé collectivement cette année finissant troisième de leur groupe et ratant les playoffs pour la seconde année consécutive, on ne peut pas en dire autant de tous les joueurs. C’est ainsi le cas d’Hamza Rafia. Milieu relayeur ou parfois positionné en tant que numéro 10, le poulain de Karim Benzema (ils viennent du même quartier à Bron) a été l’une des très bonnes surprises de la saison. En plus de ses qualités intrinsèques de footballeur, c’est sa maturité sur et en dehors du terrain qui étonne. Ses très bonnes prestations au sein de l’équipe d’Armand Garrido lui ont permis d’honorer ses premières sélections en équipe de France. Seulement réserviste, il n’a malheureusement pas disputé l’Euro U17 en Azerbaïdjan, remporté par son coéquipier Mickael Almeida avec le Portugal.

OL

Hamza Rafia (à gauche) et Amine Gouiri (avec le ballon) font tous les deux partie de notre onze de l’Académie 2015-16 –  (Photo Damien LG)

Houssem Aouar (1998, milieu offensif, 35 matchs 16 buts) : Acteur clé du titre de champion de France U17 2013/2014 et auteur de 27 buts la saison dernière, le numéro 10 lyonnais était très attendu cette année. En difficulté en début de saison, le lyonnais n’a que très peu participé à la campagne de Youth League, en étant souvent relégué à un rôle de remplaçant. Houssem Aouar a finalement repris ses bonnes vieilles habitudes à la mi-automne en lançant les U19 vers leur remontée fantastique en championnat (12 victoires sur les 14 derniers matchs). Aouar a été également avec 5 buts en 5 matchs l’atout offensif numéro un de l’équipe U19 dans son parcours en Gambardella. Numéro 10 à l’ancienne et très à l’aise devant le but, il n’a étonnamment plus été appelé en équipe de France depuis un an et demi… Il a d’ailleurs signé début juillet son premier contrat pro, une juste récompense.

Gaëtan Perrin (1996, Attaquant, 21 matchs 4 buts) : Lui aussi en difficulté sur les premiers matchs de la saison, il a profité du forfait d’Aldo Kalulu en Youth League pour intégrer l’équipe U19. Pour son premier match face au Zénith, positionné en 9, il a inscrit un doublé lors d’un succès 6-0. Un vrai déclic pour cet attaquant pouvant évoluer sur tout le front de l’attaque. S’en sont suivis des titularisations en CFA, un premier contrat pro et de nombreuses apparitions dans le groupe professionnel. Son entrée et son but victorieux contre le FC Nantes au Parc OL restera une des belles images de la saison et un nouveau symbole de la réussite du centre de formation lyonnais.

Gaëtan Perrin, la relève discrète de l’Institution OL (beIN Sports)

Yann Kitala (1998, ailier gauche, 27 matchs 14 buts) : Il n’était pas le joueur le plus attendu en début d’année, après des saisons précédentes plombées par des blessures et une poussée de croissance rapide durant l’été. L’ailier gauche de la génération 1998 n’a pourtant rien lâché. Gagnant petit à petit sa place de titulaire dans le onze de départ des U19, le joueur d’origine congolaise a démontré des capacités intéressantes devant le but (13 réalisations à son actif en championnat) même si il n’aura pas fait preuve de la même efficacité en finale du championnat U19. Mais si l’équipe entraînée par Joël Fréchet a atteint les playoffs, c’est aussi grâce à lui.

Amine Gouiri (2000, attaquant, 14 matchs 20 buts) : Présentant des statistiques exceptionnelles en U15 l’année dernière, l’attaquant de 16 ans s’est malheureusement blessé dès le début de saison aux adducteurs. A son retour après deux mois d’absence, il a enchaîné les buts en championnat U17 finissant la saison meilleur buteur de l’académie toutes compétitions confondues avec 20 buts en 14 rencontres. Numéro 9 puissant et technique pouvant également évoluer sur le côté gauche où sa grosse frappe de balle peut faire des ravages, le lyonnais est déjà bien intégré en équipe de France U16 avec laquelle il a disputé le tournoi de Montaigu. Il sera l’année prochaine le fer de lance d’une génération 2000 lyonnaise très prometteuse accompagné entre autres de Maxence Caqueret, Mohamed Bahlouli, Théo N’Dicka Matam, Mathis Louiserre, Esteban Lepaul ou encore Lilian Perrier.

Interview – Laurent Courtois : « C’est peut-être parce que je suis encore dans l’apprentissage du métier, mais j’ai la naïveté de penser qu’on peut être plus ambitieux dans le discours. »

Laurent Courtois (Entraîneur U16) : Coach des U15 féminines l’année dernière, Laurent Courtois a pris en main cette saison les U16 de l’OL. L’ancien joueur de Grenoble a rapidement imposé sa patte sur son équipe n’hésitant pas à prendre des initiatives de jeu, essayer de nouveaux dispositifs dont le fameux 3-4-2-1. Si le résultat est secondaire en formation notamment dans une catégorie où l’entraîneur doit surtout s’appuyer sur des première année, les U16 ont fini à la troisième place du championnat. Mais on retiendra surtout de cette année le plaisir qu’on a eu à voir l’équipe de Laurent Courtois évoluer. Une année qui aura sans nul doute été aussi formatrice pour ses joueurs que pour lui.

Lucas Chahpazoff 

(Photo Damien Januel)

One Comment

  1. Etienne

    27 juillet 2016 at 2:23

    Très intéressant de lire ces actus du centre de formation, merci.
    Et donc apparemment Tousart a déçu cette année ? Je n’étais pas au courant.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>