On était à AS Montchat – FC Seyssins (Coupe de France)

Montchat

COUPE DE FRANCE. Après FC Latino – Antillais de Villeurbanne en tour de cadrage, Cheminots de Vaise – AS Algérienne de Villeurbanne au premier tour, FC Croix-Roussien – Stade Amplepuis au deuxième tour et FC Ménival – AS Bron Grand Lyon au troisième tour, on continue notre grand chelem en Coupe de France et on était cette fois à AS Montchat – FC Seyssins pour le quatrième tour.

Qu’il paraît loin le temps du grand soleil d’août et des canettes de bières décapsulées au stade de la Sarra pour le début de nos aventures. Si l’on arrive à des tours où les buvettes sont désormais ouvertes malgré le coronavirus, le temps est beaucoup moins clément avec quelques grosses averses ce dimanche . Un mauvais point, surtout dans un stade Marc-Vivien Foé qui n’est pas le plus accueillant que l’on ait visité jusqu’ici : s’il y a bien un peu d’abri, celui-ci n’est pas au bord d’un terrain qu’on a déjà du mal à voir vu l’absence de vraies tribunes. Le match sera donc suivi à travers la grille et à quelques mètres de la ligne de touche, ce qui permet de se rendre compte plus facilement du bruit du ballon que des subtilités tactiques. « Avant on pouvait rentrer dans l’école d’en face et se mettre sur les escaliers extérieurs pour voir le match, mais ils ont mis des barbelés », regrette Kélian, qui habite à cinq minutes.

Vue de la buvette (idée de nom de podcast ?), avec les fameux escaliers au fond.

Vue de la buvette (idée de nom de podcast ?), avec les fameux escaliers au fond.

Avec des Lyonnais qui évoluent en R2 et des Isérois en R3, les physiques qu’on qualifiera gentiment d’atypiques sont moins présents que lors des premiers tours et l’intensité est plus élevée sous un vent qui complique même les coups de pied arrêtés en début de match en faisant rouler le ballon. Et même le niveau d’exigence de l’arbitre a augmenté depuis les premiers tours, l’homme en jaune fluo demandant à un défenseur de Montchat d’aller enlever au bord du terrain son caleçon long qui dépasse de son short rouge et a le tort d’être noir.

Si le bloc seysinnois est bien en place et que son jeu long a parfois des trajectoires dures à lire pour la défense lyonnaise, c’est Montchat qui assure le spectacle avec un jeu plutôt plaisant et varié, en pouvant compter sur la qualité technique de son capitaine et numéro 6 Clément Chavagnat pour construire dans l’entrejeu ou la vitesse de ses joueurs de côté pour percuter. Les rouges finissent d’ailleurs par être récompensés de leur domination sur une accélération d’Arbion Seferi, ailier droit gaucher qui centre fort devant le but après avoir repiqué et pousse un défenseur au but contre-son-camp (1-0, 27e).

Photo de la photo d'équipe.

Photo de la photo d’équipe.

La seconde période est un peu moins excitante, l’opposition baissant d’un ton et le match se hachant un peu plus avec notamment la sortie d’un joueur sur civière suite à un choc. Montchat fait le break et met fin au suspense sur un corner quelques minutes plus tard, sans que le grand défenseur central Alexis Barattero n’ait besoin de sauter pour profiter d’un duel aérien où personne ne touche le ballon devant lui (2-0, 59e). Bravo au passage à Eloi, spectateur auteur quelques secondes avant d’un « celui-ci il finit au fond » bouteille de Heineken à la main.

La fin de match entérinera la supériorité de Montchat, ainsi que celle de Seferi. Rapide et technique, le numéro 7 inscrit un doublé sur un penalty provoqué lui-même après avoir mis dans le vent son adversaire direct (3-0, 75e) et après un beau relais dans l’axe du terrain tranquillement conclu en face-à-face (4-0, 78e). Un doublé officiel qui lui permet avec sa participation décisive sur le contre-son-camp de signer un « quasi-triplé » pour son premier match avec les fameux maillots de la Coupe de France, qui faisaient leur apparition à ce tour. Et de rentrer aux vestiaires ballon du match sous le bras, avec un mélange de fierté et de rigolade. La blague ne le poussera toutefois pas à piquer le ballon de son club. « Non, c’était juste comme ça, je vais le rendre. »

Hugo Hélin

(Photo Hugo Hélin / Le Libéro Lyon)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>