« On doit avoir l’attitude d’une équipe qui veut se sauver »

LeBellec

NATIONAL. Après une victoire à Bourg pour son premier match à la tête du SC Lyon, Nicolas Le Bellec a vu son équipe faire 0-0 contre le FC Sète dans le froid glacial du stade Balmont. Au terme d’une rencontre terne où les Duchérois regretteront surtout deux occasions ratées d’Ivan Botella en fin de match (un plat du pied à la Henry pas cadré à la 77e, un duel perdu face au gardien sur un contre post-corner sétois à la 84e), le nouvel entraîneur lyonnais est revenu sur ses débuts et l’état d’esprit qu’il compte insuffler pour obtenir le maintien.

SC Lyon : Hautbois – Ngwabije (Fahdloun, 72e), M’Dahoma, Seguin, Dekoke – Gbellé, Jacob, Ayari – Tounkara (Ezikian, 72e), Rivas, Botella (Nomel, 86e). Entr. : Nicolas Le Bellec.

Ce vendredi, vous vous contentez du résultat ou vous avez un petit goût amer ?

Dans notre situation, j’ai envie de retenir le positif. J’essaie de comprendre pourquoi on a fait une entame où on a été fébriles avec le ballon alors qu’on aurait dû avoir de la confiance. Peut-être qu’on s’est mis un peu de pression avec le fait de jouer à la maison. Mais sur l’état d’esprit des garçons et l’envie de faire un résultat, j’ai été conforté. On a eu plus de maîtrise au bout d’un quart d’heure ou vingt minutes, on arrivait à jouer un peu plus dans leur dos, mais on sait que dans ce genre de matchs dès qu’on a une occasion franche il faut marquer.

Et sur deux matchs, quel est le bilan ? Mathématiquement, ce n’est pas mal, avec une victoire et un nul.

J’aurais aimé gagner ce soir. Quand on fait un gros coup comme à Bourg il faut confirmer. Sur la dernière demi-heure, je pense qu’on fait ce qu’il faut pour chercher la victoire. On a changé trois fois de système, on a essayé de les fragiliser. On les a vraiment gênés sur la fin. Il nous manque peut-être un peu de confiance avec Ivann [Botella], on a aussi une situation intéressante avec Jo [Rivas]. On savait que ça allait être un match fermé, on a eu les situations et les ballons pour marquer.

Pourquoi ces changements de système ? Ils venaient du profil des entrants ou pour profiter de faiblesses adverses ?

Au bout de 20 minutes, on n’avait pas la maîtrise que j’aime avoir et j’ai trouvé qu’on se marchait un peu dessus. Je trouvais qu’il y avait un espace à utiliser entre leur défense et leur milieu et qu’il fallait mettre un joueur là. Après, avec les entrées de Momo [Fadhloun] et Matthieu [Ezikian] on est encore passés sur autre chose, en mettant deux attaquants pour avoir de la vitesse dans leur dos. Je suis là pour apporter à ma manière des solutions aux joueurs.

Vous avez démarré deux fois en 4-3-3, avec d’ailleurs le même onze. C’est votre système préférentiel ?

C’est un schéma que j’aime, mais je vais surtout tenir compte de la forme du moment. Si on a des fragilités sur certains postes je ne vais pas m’entêter, et trouver un schéma pour utiliser tous les joueurs qui sont en forme. Rien n’est arrêté à ce niveau-là.

« Je ne suis pas arrivé avec l’idée de leur demander leur avis. »

Ça fait deux matchs sans encaisser de but, c’est forcément une satisfaction.

Pour se sauver, il faut être solide et ne pas prendre de but. C’est un championnat où ça passe par là. Les garçons derrière travaillent bien ensemble, on n’a pas de situations où ils sont esseulés.

C’est la troisième fois de votre carrière que vous prenez une équipe en cours de saison, après Cholet et Bergerac. Est-ce que ça change beaucoup de choses ? Est-ce qu’on demande par exemple des avis au groupe avant de faire ses choix ?

Je ne suis pas arrivé avec l’idée de leur demander leur avis. Sur ce que j’avais observé, il fallait imposer les choses. Il fallait surtout les rassurer et remettre un cadre, c’est ce que j’ai essayé de faire très rapidement. Après, une fois que j’ai installé tout ça, je suis dans l’échange. Si on n’est pas en phase, il y a un débat qui s’instaure.

L’important c’était donc de rassurer le groupe ?

Vu notre situation, oui. Ils avaient besoin de retrouver des bases, des choses simples. L’envie de travailler ensemble, de se faire mal ensemble, de ne pas lâcher, de faire des courses vers l’avant. Toutes ces choses que je ne voyais pas trop.

En défense, vos choix forts correspondent à ceux de votre prédécesseur Manu Da Costa : Kassim M’Dahoma dans l’axe alors qu’il est plutôt arrivé comme latéral, et l’inverse pour Brian Ngwabije et Nathan Dekoke. 

J’ai regardé quelques matchs de la phase aller, mais sans tenir compte du nom des joueurs. C’est à dire que j’ai voulu voir par moi-même sur les entraînements. Si avec l’ancien coach on est peut-être sur les mêmes choix, c’est que c’est la défense qui se dégageait naturellement.

« Si l’équipe est à cette place, c’est tout simplement qu’il manquait des choses »

Matthieu Ezikian était suspendu la semaine dernière, cette fois il était sur le banc au coup d’envoi.

On a gagné le week-end dernier, l’équipe a été très bonne. Il y a une logique dans les choix. Il y a de la concurrence pour les garçons qui ne sont pas sur la feuille de match, il faut se battre pour entrer dans les seize. Et pour être titulaire il faut aussi se battre pour aller chercher sa place, ça ne se fera pas sur son nom. J’ai eu de grosses satisfactions sur le match de Bourg, et aujourd’hui vous avez vu qu’il y a vite eu des changements parce que j’ai des forces vives sur le banc aussi. C’est intéressant pour l’animation du groupe.

Nicolas Guibal, l’entraîneur de Sète, disait que le SC Lyon n’était pas à sa place par rapport à son effectif et c’est quelque chose qui revient souvent quand on interroge vos homologues. Vous avez cette sensation aussi ?

Si l’équipe est à cette place, c’est tout simplement qu’il manquait des choses. Il faut être conscient des choses. Aujourd’hui on doit avoir l’attitude d’une équipe qui veut se sauver. Ça demande autre chose. Les garçons qui rentrent dans ce que je demande seront concernés.

Villefranche continue de son côté sa bonne série, et a aligné une quatrième victoire d'affilée en s'imposant 1-2 à Cholet.

Villefranche continue de son côté sa bonne série, et a aligné une quatrième victoire d’affilée en s’imposant 1-2 à Cholet.

Propos recueillis par Hugo Hélin

(Photo SC Lyon)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>