OM-OL (1-1) : deux boules de perdues

Olympique Lyonnais

LES NOTES. Une victoire au Vélodrome, le podium à deux points, le PSG à trois : l’OL a laissé passer une occasion monumentale de faire LE gros coup du week-end. Sauf qu’il a failli seulement. La faute à un coaching aberrant d’Hubert Fournier, qui a demandé à ses joueurs, au retour de vingt minutes d’interruption suite à des jets de projectiles sur la pelouse, d’attendre un adversaire réduit à dix et alors qu’ils en avaient totalement la maîtrise jusqu’ici… Dommage, sans être transcendants, les Lyonnais avaient réussi leur match, sous l’impulsion d’un très bon Valbuena, qui ne brille jamais autant que quand tout lui est hostile.

 

Dimanche 20 septembre, 6e journée de Ligue 1

Olympique de Marseille – Olympique Lyonnais 1-1

Buts : Rekik (68e) pour Marseille ; Lacazette (25e sp) pour Lyon.

Avertissements : Cabella (13e), Rekik (21e), Mandanda (24e), Mendy (61e) pour Marseille ; Jallet (79e) pour Lyon.

Exclusion : Alessandrini (44e) pour Marseille.

 

OM : Mandanda (cap.) – Manquillo, Nkoulou, Rekik, Mendy – Lucas Silva (Isla, 80e), L. Diarra, Barrada (Zambo Anguissa, 70e) – Alessandrini, Batshuayi, Cabella (Nkoudou, 46e). Entr. : Michel.

OL : A. Lopes – Jallet, Bisevac, Umtiti, Bedimo (Morel, 19e) – Darder (Ferri, 70e), Gonalons (cap), Tolisso – Valbuena – Beauvue (Kalulu, 79e), Lacazette. Entr. : Hubert Fournier.

 

OMOL_2015-2016-notes

 

Hubert Fournier a-t-il les ambitions de son courage ?

Portées disparues depuis le début de la saison (voire plus), les valseuses d’Hubert Fournier ne semblent pas avoir fait leur retour. Au retour d’une interruption de vingt minutes, le coach lyonnais a demandé à ses joueurs, pourtant à 11 contre 10, de jouer bas et de laisser venir les Marseillais. Une tactique contre-productive qui a remis dans le match des Marseillais qui n’en demandaient pas tant (puisqu’ils semblaient jusque là ne demander qu’à mettre des taquets à Valbuena). Et une tactique totalement inappropriée puisque l’OL a prouvé après le but de Karim Rekik qu’il pouvait poser le jeu et dominer l’OM. Surtout à 11 contre 10.

 

Mathieu Valbuena a-t-il été bien accueilli par le Vélodrome ?

C’est le moins que l’on puisse dire. Hashtag #LenferpourValbuena lancé par le philosophe post-structuraliste Bengous sur les réseaux sociaux, banderole « Les vrais Marseillais ne jouent qu’à l’OM, tu n’es qu’un traître » (Zidane, Drogba, Maradona et Jardel apprécieront), mannequin à son effigie pendu en tribunes, sifflets sur chacune de ses prises de balle, projectiles lancés à chaque corner tiré (même si Anthony Lopes a aussi eu le droit à ses bouteilles de Heineken) : Mathieu Valbuena a eu le droit à l’accueil le plus chaud depuis JFK à Dallas en 1963.

Et sur le terrain ? Petit Vélo’v a confirmé la légende urbaine. Oui, les nains en ont des grosses. Et bene pendentes. MV19 a été le meilleur lyonnais du match, promenant ses grosses breloques sur tout le front de l’attaque. Il aurait pu provoquer l’expulsion de Karim Highkik pour un attentat le long de la ligne de la touche (21e) et a finalement réussi à obtenir celle de Romain Alessandrini (44e). Le contrat sur sa tête a visiblement pris fin après l’interruption de 23 minutes et le meneur de jeu lyonnais a enfin pu faire un pas sans se prendre un 44 tonnes de plein fouet. L’histoire aurait toutefois pu être encore plus belle s’il avait mis au fond l’une de ses deux occasions lors des arrêts de jeu…

 

Sergi Darder est-il un puto crack ?

Arrivé avec l’étiquette de milieu à l’espagnole (terme technico-tactique désignant un milieu qui sait faire des passes) et une réputation de puto crack, Sergi Darder a assuré sa première. Propre dans les transmissions (le nouveau Xavi ?), le beau barbu a aussi et surtout montré sa grosse présence dans les duels ( « hin hin Darder tu peux aller déménager ton piano avec hein » comme l’a dit avec sa gouaille habituelle Laurent Paganelli). Rassurant, d’autant plus par contraste avec Jordan Ferri. Rentré en jeu à la 70e, Jojo nous a offert ses traditionnelles courses balle au pied pour aller s’empaler dans le défenseur adverse en y ajoutant une petite nouveauté, la passe en retrait qui stoppe la contre-attaque après être parti en contre-attaque. On n’a jamais été aussi proches de porter la coupe mulet et des T-shirts Desigual.

 

La bonne mère est-elle une sa… ?

Euh non, pardon, je matais une interview de Vincent Labrune en même temps.

 

Y’a du mieux en défense ?

En Belgique, la défense lyonnaise avait semblé aussi en danger qu’une gamine de 12 ans qui rentre toute seule de l’école. Cette fois, l’arrière-garde a un peu mieux tenu le choc. Samuel Umtiti est toujours le boss et n’a pour une fois pas trop eu besoin d’écoper les erreurs de son acolyte Milan Bisevac. Pas forcément une bonne nouvelle pour Mapou Yanga-Mbiwa (on ne parlera même pas du Général Bako Koné, trop occupé par le coup d’état militaire au Burkina Faso).

Jérémy Morel, qui a remplacé Henri Bedimo (blessé tout seul, la petite touche OL infirmerie) dès la 19e, pourra sans doute grandement remercier Mathieu Valbuena d’avoir joué le rôle de paratonnerre. Dans la quasi-indifférence du Vélodrome, l’ancien Marseillais a livré un match plutôt solide en se permettant de plus en plus de montées vers l’avant en seconde période. Un de ses centres aurait d’ailleurs pu se transformer en passe décisive dans les arrêts de jeu si Valby ne s’était pas précipité. On tenait le troll du siècle.

Christophe Jallet a été dans la lignée de son match à la Gantoise : solide, actif et l’un des (si ce n’est le) Lyonnais le plus dangereux. Le Divin Chauve aurait même pu marquer du pied gauche à la conclusion d’un beau mouvement collectif en fin de match. Il fallait tirer tout droit et pas sur Mandanda. Dommage.

Anthony Lopes a reçu plus de packs de bière qu’il n’a eu d’arrêts à faire. Le Portugone a quand même sorti deux grosses parades en surgissant devant Michy Batshuayi (34e) et Georges-Kévin Nkoudou (66e). Pas de bol : sur cette dernière parade il se prend l’ancien Nantais de plein fouet et semble un peu sonné pour le corner qui suit… qui donne l’égalisation. Corner sur lequel Maxime Gonalons lâche totalement le marquage de Karim Rekik, sans doute intimidé par son faciès d’australopithèque. La cerise sur la tarte tatin d’un match à l’envers pour Captain Maxxx.

 

Les Gwada Boys tiennent-ils leur duo d’attaque pour la Gold Cup ?

On sait que toute la Guadeloupe regarde les matchs de l’OL avec excitation. Et si l’île tenait enfin les successeurs de Richard Socrier et Cédrick Fiston, demi-finalistes de la Gold Cup 2007 ? Alexandre Lacazette semble de mieux en mieux, sans doute grâce au soutien public sans faille de son entraîneur. À l’aise dans ses prises de balle, le Kid de Mermoz a su revenir aux fondamentaux en obtenant intelligemment un penalty et en le transformant lui-même (25e). Il aurait même pu tuer le match en mettant au fond un face-à-face avec Steve Mandanda (28e). « Ce poteau coûte sans doute deux points à l’OL », me souffle Hubert Fournier.

Difficile d’être aussi élogieux avec son comparse Claudio Beauvue, une nouvelle fois fantomatique. Trop peu de ballons de la tête pris, aucune disponibilité et une conduite de balle qui coupe plusieurs situations chaudes : Air Beauvue doit commencer à sentir le souffle chaud d’Aldo Kalulu, auteur d’une entrée intéressante pour les dix dernières minutes. Et celui de Loïc Loval, très bon avec l’US Fleury-Mérogis depuis le début de saison, en sélection.

Zénon Zadkine


(Photo Anthony Bibard – FEP / Panoramic)

3 Comments

  1. Serge Blanc

    21 septembre 2015 at 1:59

    Complètement d’accord avec l’analyse générale. Enfin, je vous trouve un peu indulgent avec Beauvue, qui aurait mérité qu’on s’attarde plus sur son catastrophique cas. Pourvu que Fournier ne s’acharne pas trop à en faire un indéboulonnable. Kalulu fait en effet deux entrées de suite intéressantes, ça vaudrait peut être le coup de lui donner sa chance. Tant qu’à foirer le début de saison, autant en tirer partie en donnant un peu de bouteille à nos jeunes dont on aura besoin quand l’équipe tournera mieux.
    Tolisso n’a pas été transcendant mais je trouve qu’il y a quand même du mieux.
    Quant à Darder, c’est prometteur. Je suis ravi qu’on puisse enfin évincer Ferri du 11. Quel dommage par contre qu’on ait pas tenté, nous, le coup Lass Diarra.
    C’est quand même un match de plus pour ne pas nous rassurer pour la suite, malheureusement…

  2. Dardervil

    21 septembre 2015 at 6:55

    Une seconde mi-temps scandaleuse qui a dépassé le cadre du football, et qui nous coûte la victoire. On n’était certes pas transcendants dans le jeu avec la tactique incompréhensible de Hub’, mais avant cette interruption l’OM était inoffensif et ne nous menaçait pas en seconde mi-temps. Au retour de cet « incident » on voit clairement que nos gones sont déstabilisés par cette ambiance détestable qui dépasse le cadre du football, et on est tellement fébriles qu’on finit par prendre ce but que l’on aurait certainement évité dans le cadre d’un match « normal ». Ce match n’aurait jamais dû reprendre, j’espère que l’OM sera lourdement sanctionné.

    • Serge Blanc

      21 septembre 2015 at 7:50

      On ne peut pas se cacher derrière l’excuse de cette interruption. Le début de la deuxième mi-temps était déjà désastreux. Et la première mi-temps lyonnaise était loin d’être transcendante. Quand on voit ce qu’ont fait les lyonnais à La Gantoise, on se dit franchement qu’ils sont capables de tout en reculant. Même de perdre à 11 contre 10.
      Bien sûr les événements qui ont entaché ce match sont regrettables, mais le résultat est une toute autre histoire.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>