La Gantoise – OL (1-1) : Jallet, peau lisse academy

OL

LES NOTES. Alors que l’OL errait telle une jeunesse désœuvrée sur le terrain de la Gantoise, c’est le plus expérimenté de tous qui l’a sauvé de l’humiliation grâce – entre autres – à une superbe tête décroisée, qui aurait dû suffire à tenir la victoire face à l’équipe a priori la plus faible du groupe. Quand l’OL est aphone, il faut savoir rendre hommage à celui qui a su pousser un Cris.

 

Le match : Le cas nullards

 

Olympique Lyonnais

 

Chute à l’arrière

Alors qu’il avait débuté la saison en trombe avec quatre clean sheets sur les cinq premiers matches, Anthony Lopes n’a pas forcément brillé. Pourtant auteur de quelques bons arrêts en première période, il est grandement fautif sur le but belge, couvrant tellement bien son angle que Milicevic n’avait qu’à croiser à peine sa frappe pour prendre à défaut le portier portugais.

Dans l’axe, Mapou Yanga-Mbiwa a continué sur son style de Bako Koné du riche en faisant passer des frissons dans toute la région Rhône-Alpes à chaque intervention. Pas trop de casse à signaler pour l’ancien Montpellierain ce soir qui n’aura – pour une fois – pas été pire que ses coéquipiers. Samuel Umtiti, de son côté, a souffert pendant 90 minutes. Totalement à la rue face à Depoitre, l’habituel patron de l’arrière-garde lyonnaise était déjà fautif à la 10e minute en laissant l’attaquant belge partir seul et obligeant Lopes à la parade. A la 68e minute, il laisse Milicevic partir dans son dos et égaliser alors que l’OL était déjà en supériorité numérique. Sans surprise, Jérémy Morel a également sombré, confirmation que sa place est dans l’axe et pas sur un côté. Après avoir échappé de peu au penalty pour une intervention limite en première période, l’ancien Lorientais est coupable d’abandon de couloir sur l’égalisation belge. Rafael, pourtant virevoltant face à Lille, n’a pas fait mieux que ses collègues. Perdu défensivement et imprécis sur ses montées, le Brésilien est sorti à la mi-temps, probablement pour le mieux.

Après 45 minutes de farce défensive, l’entrée de Christophe Jallet a donné un grand bol d’air à l’OL. Toujours disponible sur l’aile droite, le Divin Chauve n’a cessé d’être dangereux, au point de réussir l’impossible, à savoir marquer sur corner sous le maillot de l’Olympique Lyonnais. Quelques minutes plus tard, l’ancien Parisien décochait une patate dans le petit filet extérieur de Sels. Ce n’est pas forcément en joker de luxe qu’on attendait Jallet, mais on s’en contentera.

 

Jordan fait rire

On ne pourra pas reprocher à l’OL de ne pas avoir été cohérent : au milieu, tout le monde a été mauvais. Face à une équipe de Gand qui faisait ce qu’elle voulait sur les ailes, Maxime Gonalons n’a jamais su où donner de la tête, et a passé son match à courir en vain sans jamais s’imposer dans l’entrejeu. On lui reconnaitra tout de même une deuxième période plus solide, mais pas flamboyante pour autant. Pour la première fois depuis bien longtemps, Corentin Tolisso a raté son match. Imprécis, trop rugueux dans ses interventions et pas à l’aise techniquement, le numéro 8 de l’OL a tout raté ce soir. Fidèle à son début de saison, Jordan Ferri aurait même pu ne pas terminer le match après un tacle atroce à la 11e minute qui ne lui a valu que le jaune. Comme face à Lille, Ferri a touché énormément de ballon tout en réussissant l’exploit de toujours faire le mauvais choix de passe, à tel point que l’entrée de Steed Malbranque à la 78e minute sonnait comme un soulagement pour le peuple lyonnais, rendez-vous compte. Enfin, dans son rôle de meneur, Mathieu Valbuena a été une nouvelle fois généreux dans l’effort, mais imprécis dans la dernière passe. On pourra aussi reprocher à l’ancien Marseillais de trop poser le jeu et de ne pas assez profiter de la vitesse de ses compères en attaque. Au vu du niveau de ses coéquipiers, difficile cependant de blamer Petit Velo’v.

 

Beauvue, j’l’avais pas vu !

Cette fois, Claudio Beauvue n’a pas réussi à éclipser sa performance fantomatique par un superbe but comme face à Caen. Jamais dans le coup, l’ancien Guingampais a même trébuché à l’entrée de la surface alors que Lacazette partait seul sur sa droite. A ce rythme, le numéro 9 lyonnais pourrait même s’inquiéter de la concurrence de Aldo Kalulu, dont l’entrée en jeu à la 70e a été plutôt satisfaite, offrant même un penalty à la 86e minute.

C’est de ce penalty qu’on reparlera probablement si l’OL ne se qualifie pas. Alors que la victoire tendant les bras aux Lyonnais, Alexandre Lacazette ratait totalement sa tentative, privant l’OL de deux points précieux dans la course aux huitièmes de finale. Au top physiquement (c’est déjà ça), le meilleur buteur de Ligue 1 de l’an passé s’est créé des occasions sans pour autant parvenir à ouvrir son compteur. Avec l’absence de longue durée de Fékir et les performances médiocres de Beauvue, le temps commence à presser pour Lacazette. La saison de l’OL en dépend.

Charly M.


//

(Photo Alexis Bibard / Panoramic)
//

3 Comments

  1. Rems

    17 septembre 2015 at 5:41

    Je suis assez d’accord dans l’analyse et les notes.
    Par contre quand tu dis que « Pour la première fois depuis bien longtemps, Corentin Tolisso a raté son match », là par contre c’est non.
    Coco, que j’adore, rate son début de saison. Hormis son match contre Caen, je le trouve méconnaissable depuis la reprise (prépa incluse).

  2. Ishkar

    17 septembre 2015 at 11:14

    A un moment donné, la Ferriphobie va commencer à sauter aux yeux, oser lui mettre 1 sur ce match et offrir un 4 à Lacazette, c’est assez fabuleux.

    Sinon, sur l’action du but, Morel est à l’origine au marquage du 9, qui avait dézonné. Fort logiquement, il poursuit son marquage pour ne pas le laisser libre avec le ballon – tout le monde lui aurait chié dessus s’il ne l’avait pas suivi -, et lors de la suite de l’action, personne ne vient compenser ce mouvement, alors que c’est la base de la défense.
    Umtiti, notamment, se retrouve au marquage de… personne, alors que le fait que Morel marque son joueur habituel, le 9, dès le début de l’action, aurait dû le pousser à compenser sur le côté de Morel.

    Si le but doit être mis sur le dos de quelqu’un, ce n’est donc pas pour Morel qui fait parfaitement son boulot tout au long de l’action, mais plutôt d’Umtiti voire de Tolisso qui ne viennent pas compenser. Et le 1 de Morel, auteur à côté de cette action d’un match tout à fait correct sans pour autant faire rêver, est de ce fait tout à fait injustifié.

  3. Dardervil

    19 septembre 2015 at 3:38

    La grande question que l’on peut se poser, c’est pourquoi est-ce que Bédimo n’est même pas sur la feuille de match. On se tape tout le match avec Morel qui est inexistant alors qu’avec un Henri même moyen on est certain qu’il placera au moins un bon centre et qu’il montera pour apporter le surnombre en attaque. Perso je pense qu’avec Jallet et Bédimo titulaires d’entrée on gagne ce match, mais viviblement Hub’ n’est pas du même avis…

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>