OL – Zénith Saint-Pétersbourg (1-1) : un point, c’est vraiment tout

Memphis

LES NOTES. L’OL a concédé son sixième nul d’affilée sur sa pelouse en Ligue des Champions, un record dans la compétition. Mais contre un faible Zénith Saint-Pétersbourg (1-1), il a surtout montré son manque d’idées actuelles.

Première journée du groupe G de Ligue des Champions, mardi 17 septembre 2019

Olympique Lyonnais – Zénith Saint-Pétersbourg 1-1

Buts : Memphis (51e sp) pour l’OL ; Azmoun (41e) pour le Zénith.

Avertissements : Koné (71e) à l’OL ; Azmoun (38e) Rakitsky (61e), Kuzyaev (70e) et Chatov (87e) au Zénith.

OL : Lopes – Dubois, Marcelo, Denayer (cap.), Koné – Reine-Adélaïde (Terrier, 86e), Tousart, Mendes – Traoré (Traoré, 77e), Dembélé, Memphis. Entr. : Sylvinho.

Zénith : Lunev – Karavaev (Shatov, 78e), Ivanovic (cap.), Rakitsky, Santos, Zhirkov (Kuzyaev, 64e) – Driussi, Barrios, Osorio – Dzyuba, Azmoun (Ozdoev, 46e). Entr. : Sergeï Semak.

Les notes : Lopes 5 – Dubois 3, Marcelo 4, Denayer 5, Koné 5 – Reine-Adélaïde 7, Tousart 3, Mendes 3 – Traoré 4, Dembélé 4, Memphis 4.

Votez pour
le Jurynho !

Depuis quelques semaines, on ne peut pas dire que ce soit l’optimisme qui règne dans l’environnement de l’OL. Et ce n’est pas ce match qui va rassurer, surtout à quelques jours de recevoir le PSG puis d’enchaîner quatre matchs en deux semaines. Une montée de Denayer (11e) donne pourtant rapidement un peu d’espoir de voir des joueurs dépasser leur fonction. Ce sera pourtant à peu près tout sur les 45 premières minutes.

Enfin pas vraiment, car Azmoun, touché dans un duel quelques minutes auparavant, ouvre le score avant la pause (0-1, 41e). Une simple combinaison avec Dzyuba suffit à mettre la défense lyonnaise au supplice. Denayer se tourne, Tousart est à la rue, Marcelo a une belle vue sur la situation et Koné perd son duel.

Les deuxièmes mi-temps récentes de l’OL ont souvent été pires que les premières, laissant craindre le pire. Celle-ci démarre mieux. Memphis est trouvé sur le côté gauche de la surface. Une montée de Koné met l’arrière droit du Zenit dans une position de un contre deux (tiens donc) et, sur un crochet intérieur, l’international néerlandais obtient un penalty qu’il transforme lui-même (1-1, 51e). Et après cette égalisation presque inespérée, on se dit que l’OL va se réveiller et écraser un Zénith très défensif ? Oui, mais non. Des séries de frappes pas du tout cadrées de Reine-Adélaïde ou de Cornet, ou trop molles de Memphis et Dubois, nous réveillent presque. Mais le grand frisson d’après égalisation a lieu à l’heure de jeu.

Sur un décrochage de Traoré, Dubois profite de l’espace laissé par l’arrière gauche du Zenit pour prendre l’espace (tiens donc, bis). L’excellent Reine-Adélaïde le lance parfaitement. À hauteur de la surface, Dubois sert parfaitement Reine-Adélaïde en retrait. Mais ce dernier ne fait pas le meilleur choix devant le but et tire juste à côté. Puis plus rien.

Ne prendre qu’un point à domicile contre un Zénith aussi faible, cela a tout de la mauvaise opération. À moins que Leipzig et le Benfica ne soient tout aussi faibles, ce qui serait une sacrée surprise. Au moins au niveau de celle que constitue la faiblesse et la régression constante de l’OL en ce début de saison 2019/20.

Raymond Jacquet

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>