OL : Sylvinho explique la position basse des latéraux

Rafael

TACTIQUE. La prudence affichée par les latéraux, qui semblaient parfois n’avoir pas le droit de passer la ligne médiane, est sans doute le choix tactique qui a le plus fait parler lors d’une préparation difficile pour l’OL (quatre défaites pour une seule victoire lors des matchs amicaux estivaux). Car se priver de cette option offensive semble aller à rebours de l’évolution du football, du fait que l’OL risque souvent d’affronter des blocs bas, du profil des latéraux lyonnais, et même de celui de Sylvinho à l’époque où il était joueur. Le technicien brésilien a malgré tout tenu à défendre ce choix en conférence de presse ce mercredi.

Premier Brésilien de l’histoire d’Arsenal lorsqu’il y débarque en 1999, Sylvinho apporte une touche de folie dans une équipe où les couloirs de la défense sont occupés par Lee Dixon et Nigel Winterburn, pas vraiment les plus spectaculaires des latéraux. Mais il doit aussi se faire au football européen et apprendre une certaine rigueur. « La première chose que j’ai apprise quand je suis arrivé en Angleterre, alors que je suis un latéral brésilien, c’est la ligne de quatre en défense. À partir de ce jour-là, j’ai compris qu’un latéral est un défenseur et ça ne m’a pas empêché de faire beaucoup de passes décisives ! »

Sondage : à quelle place
finira l’OL en Ligue 1 ?

Un état d’esprit qu’il tente d’importer à l’OL, avec un argument quelque peu étrange. Celui de la supériorité technique de son équipe, qui lui permettrait de moins avoir à se reposer sur les montées des latéraux et de permettre à ceux-ci de « stabiliser la défense », un des principaux objectifs lyonnais selon Sylvinho. « Quand on a une équipe techniquement supérieure, on a différentes solutions pour marquer. Quand on a des difficultés au niveau défensif, il faut être réaliste sur le terrain », a ainsi expliqué l’entraîneur de l’OL. Avant de revenir sur ce point quelques minutes plus tard. « Si tu n’as pas une équipe techniquement supérieure, tu dois faire quelque chose de différent mais notre cas on a des milieux et même des buteurs techniquement supérieurs. En plus nos ailiers sont très forts en un-contre-un, je préfère [que ce soit eux qui centrent]. » Pourquoi pas, même si le fait que les ailiers soient positionnés en faux-pied complique forcément l’exercice.

Pas question toutefois de transformer les latéraux en défenseurs exclusifs. « Si le latéral a une bonne qualité technique, il peut être un créateur qui aide le milieu. Si le joueur sait en plus centrer, je vais lui dire de monter et de le faire », indique ainsi Sylvinho, qui semble surtout en recherche d’équilibre. « Je ne veux pas qu’un latéral centre six fois en quarante-cinq minutes mais que derrière il laisse passer douze fois son adversaire en défense. Tu peux peut-être centrer deux fois par mi-temps, si tu fais le bon centre. » Peut-être un signe que les latéraux auront le droit de lâcher un peu plus la bride lorsqu’ils seront mieux physiquement et que l’équipe sera plus rodée.

HH / Traduction Le Libéro Lyon

(Photo Damien LG / OL)

One Comment

  1. Centurion du Shit

    8 août 2019 at 9:53

    J’adore écouter Sylvinho. Il rayonne le football.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>