OL – Sparta Prague : on se passera de suspense cette fois, merci

Aouar

AVANT-MATCH. Habitué à faire vivre le suspense et entretenir les oscillations cardiaques de ses supporters, l’OL peut s’assurer une fin de phase de poules tranquille en s’imposant ce jeudi contre le Sparta Prague. On aime bien vibrer, mais pour une fois, on est preneurs d’un scénario sans surprises.

> OL – Sparta Prague, ce jeudi à 18h45 (en direct sur RMC Sport 1)

Enjeu. Ce n’est pas fréquent au regard de l’histoire très récente de l’OL, mais les Gones regardent surtout derrière, dans la compétition du jeudi. Il faut dire que devant, il n’y a personne. Personne dans le groupe A de Ligue Europa, où l’OL a fait carton plein avec trois victoires en trois matchs. Personne au classement des meilleures attaques, ni dans celui des meilleurs buteurs, tant Karl Toko Ekambi plane sur la compétition. Personne enfin, il faut le redire, au coefficient UEFA. Car l’OL est (jusqu’à ce qu’un troisième de Ligue des Champions ne soit reversé en 16e de C3) le plus gros poisson de Ligue Europa 2021/22.

On oubliera donc bien volontiers les quelques zones sombres des deux déplacements à Glasgow et Prague (respectivement une prestation plutôt morne sauvée par des exploits individuels et quelques énormes trous d’airs) et on préférera se remémorer la victoire nette et sans bavure contre les Danois de Brøndby au Parc OL. Une prestation similaire (ou même une victoire à l’arrache, ne faisons pas les difficiles) assurerait à l’OL une qualification pour les 16e contre un reversé de Ligue des Champions. Et si Brøndby venait dans le même temps à battre Glasgow ou faire nul, l’OL serait même assuré d’être premier, et donc directement qualifié pour les 8e. Vu les points qui restent à récupérer dans une Ligue 1 où l’OL s’amuse à entretenir le suspense, deux matchs de coiffeurs ne feraient pas de mal d’ici Noël.

Et puisque la rédaction du Libero Lyon laisse au journaliste spécialisé EBITDA le droit d’écrire quelques papiers sur le rectangle vert, on profitera de cette rubrique « enjeu » pour rappeler que l’OL engrange 630.000 € de dotations UEFA à chaque victoire, que finir premier du groupe offre une prime de 1,1 million d’euros, qu’une participation aux 8e rapporte 1,2 million, et que le fait d’avoir un bon coefficient UEFA rapporte désormais de l’argent (par exemple 4,1 millions d’euros cette année à l’OL). Bref, de quoi redonner le sourire au comptable d’OL Groupe, qui a vécu des saisons plus heureuses que l’exercice 2020-2021.

Compo. Il y a quelques jours, Peter Bosz déclarait que dans sa tête, il avait 24 titulaires en puissance. En dehors de sa tête, et donc sur la feuille de match, cela n’a pas été très flagrant depuis le début de la saison.

Mais les critiques sur l’absence de changements dans un 11 éreinté lors de la remontada niçoise et les 9 points déjà dans la besace en Ligue Europa devraient, si l’on en croit les sources mieux informées que nous (c’est-à-dire à peu près tout le monde), pousser le coach hollandais à faire tourner.

On devrait donc revoir Damien Da Silva et Henrique en défense, Mendes au milieu, et si tout va bien, Cherki sur l’aile droite. Shaqiri pourrait, après des prestations inquiétantes sur cette aile, profiter du turn-over pour reprendre confiance au cœur du jeu, tandis que Slimani devrait rejouer quelques minutes afin de préparer au mieux sa prochaine blessure en sélection algérienne.

La composition probable de l’OL : Lopes – Diomandé, Da Silva, Diomandé, Henrique – Caqueret, Mendes – Cherki, Shaqiri, Aouar – Slimani.

 

Le prono de la rédac. Alors que le stade est encore à 80 % vide, le Sparta Prague profite d’une mésentente entre Da Silva et Diomandé et ouvre le score (0-1, 4ème). L’OL met le pied sur le ballon pour éviter la mauvaise blague du match aller, mais peine à se montrer menaçant. Frustré, Cherki surjoue et agace ses partenaires. Il faut une belle course rentrante d’Aouar, sur un ballon malicieux de Shaqiri, et une frappe enroulée en première intention du pied droit pour sauver la mi-temps à la 43e (1-1), empêchant au passage, comme contre Lens samedi dernier, le stade de chanter en l’honneur des voisins stéphanois.

Bosz veut en finir dès l’heure de jeu et fait rentrer Paqueta, Guimaraes et Toko Ekambi. L’impact est immédiat, avec 30 minutes de haut-niveau ponctuées par un doublé de Paqueta (63e, 78e), un but du serial buteur la compétition Toko Ekambi (66ème), et une tête de Denayer sur corner (90e+2). Les réductions de l’écart de Prague aux 88e et 90e+4 (5-3) ne suffisent pas à gâcher la fête, les têtes étant déjà tournées vers les inquiétantes retrouvailles avec Bruno Genesio à Rennes dimanche soir.

Vincent G.

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>