OL – Rennes (1-2) : Mapou ne rate pas la « Général »

Olympique Lyonnais

LES NOTES. Décevant depuis le début du championnat dans l’animation offensive, l’OL s’était au moins distingué par sa solidité défensive. Quatre-vingt-dix minutes et deux buts encaissés plus tard, la défense quitte cette (courte) liste des satisfactions. Contre Rennes (1-2), il n’y a de toute façon pas eu grand-chose ni grand monde à sauver du côté de l’Olympique Lyonnais. Et surtout pas la dernière recrue Mapou Yanga-Mbiwa, digne d’un Général Bako des grands jours.

 

Le match : Galette soucis

 

Olympique Lyonnais

 

 

Alors qu’Anthony Lopes avait maintenu l’OL à flot au Roudourou, il n’a pu cette fois empêcher son équipe de sombrer, battu très tôt par une frappe de Pedro Henrique (8e) et pas irréprochable sur un tir rasant de Mehdi Zeffane (56e). Devant lui, la charnière centrale de l’OL accueillait Mapou Yanga-Mbiwa pour ses débuts lyonnais. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a donné le meilleur de lui-même pour rappeler à Gerland les pires heures du Général Koné. Un ballon perdu sur une touche de balle bien trop longue à 25 mètres de son but et directement à l’origine du premier but rennais. Par la suite, quelques relances catastrophiques, notamment une superbe sélection de parpaings envoyés à Rafael. Samuel Umtiti, son partenaire en charnière centrale, a signé une sortie de meilleure qualité malgré quelques relances hasardeuses. Sur les côtés, Henri Bedimo faisait son retour et a été l’une des rares satisfactions de la soirée. Disponible, volontaire, il a livré un duel intéressant avec Moreira mais n’a pu directement créer le danger. Le contraire de Rafael de l’autre côté, décisif sur l’égalisation et souvent trouvé en situation offensive, mais à nouveau léger à la fois dans son placement défensif et ses inteventions, à l’image du second but de Zeffane.

 

Gonalent, Ferrien et Tolislow

Encore un match à oublier pour Maxime Gonalons. La sentinelle lyonnaise a mis du temps à rentrer dans la partie, et n’a pas réussi à extirper l’OL du pressing rennais. Au menu : pertes de balle en phase de construction, manque d’impact et une belle faute à 20 mètres sur Pedro Henrique qui aurait dû lui couter un carton jaune. Encore une fois, les relayeurs ont été en-dessous de tout. Leur match ? Une copie carbone de leur prestation guingampaise, avec un Corentin Tolisso invisible (en-dehors de quelques appels verticaux intéressants mais jamais remarqués par ses partenaires) et un Jordan Ferri toujours aussi imprécis dans ses prises de balle et transmissions. L’entrée de Rachid Ghezzal en relayeur gauche n’aura rien changé, ce qui doit beaucoup au fait qu’il ait raté à peu près tout ce qu’il a entrepris.

 

Lacazette reprend un peu de désert

Mathieu Valbuena s’est une nouvelle fois montré mobile et disponible, sans pour autant créer de réelles différences en-dehors de son avant-dernière passe sur le but de Fekir. Des coups de pied arrêtés quelconques. Remplacé par Maxwel Cornet qui ne s’est pas spécialement distingué lors des vingt-cinq minutes qu’il a passées sur la pelouse.

Nabil Fékir a livré ce qui est probablement son meilleur match depuis le début de saison. Des prises de balle tranchantes, un but signé d’une belle demie-volée (détournée), et quelques frappes dangereuses – l’une manqua de peu de trouver le petit filet de Benoît Costil en première mi-temps, et l’autre força le gardien breton à détourner en corner. Quelques combinaisons intéressantes avec Valbuena. Le constat est bien plus sombre pour un Lacazette qui a une nouvelle fois paru très loin de son niveau de la saison dernière et même de celui des années précédentes. Imprécis, peu tranchant dans ses prises de balle, très difficile à trouver aussi bien pour Fekir que Valbuena, et remplacé sous de ridicules sifflets par un Claudio Beauvue très discret.

Étienne M


(Photo Jean-Marc)

3 Comments

  1. Maxime

    23 août 2015 at 2:27

    Mouai, y’a pas que le niveau de jeu qui se perd. Je regrette vraiment le Rank’n’Ol, que j’attendais parfois autant que le match. Là on a un vulgaire compte rendu en mode « les notes de l’Equipe » avec deux trois jeux de mots. Faible !

    Avec le Rank’n’Ol, on avait l’impression de se connecter à une culture lyonnaise, d’avoir un rédacteur qui s’engage et fait des choix.

    • Le Libéro Lyon

      23 août 2015 at 4:56

      Je valide ton com’ parce qu’on ne va pas s’amuser à censurer les critiques. Le Rank, c’était bien rigolo, agréable à faire parfois, mais extrêmement exigeant et chronophage. Et puis il y avait le risque que ça tourne à la branlette mécanique, ce qui aurait décrédibilisé l’ensemble. Alors on a décidé de passer à autre chose, de faire plus light et de tourner entre rédacteurs. Le « vulgaire » compte rendu en mode l’Équipe, tu nous diras où tu le trouves ailleurs sur le web, gratos, à l’heure du petit dej’ (allez, de l’apéro). Ça fait trois ans qu’on produit du contenu d’une bonne qualité générale, sans aucun investisseur, quand la plupart des sites tombent en quatre mois. Alors ton « faible ! » est aussi injuste que mal venu. Et pour tout dire un peu con.
      PP

  2. Soutine

    24 août 2015 at 10:55

    Des félicitations au passage pour le Rank qui a été un concept génial, avec une excellente plume qui me mettait du baume au cœur les soirs de défaite et de beaux sourires dans les victoires.

    Ça me permet de poser définitivement ma carcasse dans ce site que je découvre bien sur le tard tout de même.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>