OL : octobre (et surtout novembre) rouge

OL

CALENDRIER. A la fin de la trêve internationale d’octobre, le supporter de l’OL jette toujours un oeil au calendrier pour savoir ce qui attend son équipe lors des prochaines semaines. Le programme est cette fois bien plus allégé que d’habitude, mais pas moins périlleux.

Peut-être n’étiez-vous pas au courant de cette stat peu mise en avant par le président du club, mais l’OL restait avant cet été sur 23 saisons consécutives avec une participation en coupes d’Europe. Cette fois, ni Ligue des Champions ni Ligue Europa, ni même de Coupe Intertoto qui avait lancé la série en 1997. Et puisque la Coupe d’Europe des Clubs Non-Qualifiés en Coupes d’Europe n’existe pas vraiment, le calendrier est forcément plus light.

OL

Là où le PSG, Rennes, Marseille, Lille et Nice joueront deux fois par semaine à partir de ce week-end jusqu’à celui du dimanche 8 novembre, l’OL n’aura lui qu’une sortie à préparer tous les sept jours. Et ne disputera donc que quatre matchs dans l’intervalle, au lieu de sept pour ces cinq concurrents-là (ou quatre, on veut bien ne pas compter Paris). De quoi espérer redresser la barre, surtout si la réussite tourne enfin un peu, et quitter une deuxième partie de tableau indigne d’un club de ce standing.

Il faudra toutefois pour cela se dépêtrer d’un enchaînement pas facile, contrepartie d’un début de saison qui offrait en théorie de quoi prendre de l’air (quatre équipes ayant terminé en deuxième partie de tableau l’an dernier et un promu lors des six premières journées). Après un déplacement à la Meinau, où l’OL ne s’est imposé qu’une fois sur trois en Ligue 1 depuis la remontée de Strasbourg, la double confrontation avec des candidats aux places européennes (Monaco, que Niko Kovac veut très vertical, à Décines ; Lille, deuxième de Ligue 1 à domicile derrière le PSG l’an dernier, à Villeneuve-d’Ascq) pourrait déjà prendre des allures de quitte ou double. D’autant qu’elle arrivera avant le derby contre Sainté, un match jamais anodin et dont la symbolique peut faire basculer des saisons ou des destins individuels. Sylvinho, remercié après la défaite dans cette affiche à la neuvième journée de la dernière saison, peut en témoigner.

Que faut-il encore attendre 
de la saison 2020/21 de l’OL ?

Hugo Hélin

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>