OL – Lorient : l’arbitre, mais pas le cirage

Olympique Lyonnais

OL-LORIENT (0-1). L’Olympique Lyonnais aura une nouvelle occasion de se plaindre de l’arbitrage après avoir perdu à domicile contre Lorient en ayant joué une heure et quart à dix contre onze. Mais comme Cheick Diabaté a égalisé pour Bordeaux contre l’OM, les Lyonnais sont encore maîtres de leur destin. Un destin qu’ils iront jouer à Nice. Chez Claude Puel…

Samedi 10 mai 2014, 37e journée de Ligue 1

Olympique Lyonnais – FC Lorient 0-1

But : C. Doukouré (53e)

Avertissement : B. Koné (87e) pour Lyon ; Gassama (70e) pour Lorient.

Expulsions : Dabo (14e) et Ferri (90e+4) pour Lyon ; Monnet-Paquet (90e+4)

OL : A. Lopes – Dabo, B. Koné, Umtiti, Bedimo – Ferri, Gonalons (cap.), Mvuemba (Gourcuff, 77e) – Malbranque (Grenier, 46e) – Lacazette, Gomis (Briand, 64e). Entr. : Rémi Garde.

Lorient : Chaigneau – Gassama, Bourillon, Lautoa (cap.), Guerreiro – Monnet-Paquet, Coutadeur, C. Doukouré, B. Pelé (Abdullah, 90e) – Aliadière, Al.  Traoré (F. Robert, 85e). Entr. : Christian Gourcuff.

Tout avait bien pourtant commencé, peut-être un peu trop, même, pour un match d’un tel enjeu. De l’hommage à Cris, qui finira parmi les Bad Gones, à celui, encore plus fort, fait à Rémi Garde par le Virage Nord.

Olympique Lyonnais

L’hommage du Virage Nord à Rémi Garde. Vœu ou fatalité ? (Photo Pierre Prugneau – Le Libéro Lyon)

Mais tout allait vite tourner au vinaigre, quand Mouhamadou Dabo, à la peine dès l’entame, se faisait expulser après quatorze petites minutes de jeu. Le latéral droit lyonnais était en retard, mais il ne semblait pas que Bryan Pelé se trouvait en position suffisamment favorable pour inquiéter Lopes. L’arbitre Anthony Gautier avait le droit à son lot d’insultes, mais les plus optimistes n’oubliaient pas que les trois précédentes expulsions de Dabo (deux fois contre Saint-Étienne, une contre Lille) avaient précédé autant de victoires de l’OL.

C’était toutefois Lorient qui se créait les meilleures occasions de la première mi-temps, par l’intermédiaire d’Aliadière, dont la frappe était bien repoussée par Lopes (18e), puis de Monnet-Paquet, contré in extremis par Umtiti (37e). Entre-temps, Gomis, de trente mètres, avait frôlé le poteau de Chaigneau (30e), avant que le gardien lorientais ne sorte d’une manière peu académique, une reprise du plat du pied de Lacazette (42e).

L’OL ne s’en sortait pas mal à la mi-temps, mais, malgré l’entrée de Grenier et un Gerland chaud comme une baraque à frites pour sa trentième de la saison, c’était bien les visiteurs, à l’issue d’un contre de 80 mètres après un coup de pied arrêté mal négocié par ce même Grenier et après la traversée d’une défense fantôme, qui trouvaient l’ouverture par Doukouré, bien servi par Pelé (0-1, 53e).

The show must go on

Le stade ne s’arrêtait même pas de chanter au moment du but, mais personne n’ignorait alors que Marseille menait sur la pelouse de Bordeaux et reléguait donc l’OL à la sixième place, celle du couillon. Il en était encore de même quand Lacazette, bien servi par un monumental Gonalons, butait sur Chaigneau (63e). C’est alors que Cheick Diabaté faisait le job à 600 km de là (66e). Cela ne changeait pas grand-chose pour les joueurs de Rémi Garde, qui continuaient à pousser. Gourcuff et Briand, tous les deux remplaçants au coup d’envoi, étaient à deux doigts de refaire leur spéciale Derby, mais la tête du second était claquée, une nouvelle fois bizarrement, par Chaigneau (86e). Son arrêt sur une ultime tête de Koné dans les arrêts de jeu était plus classique.

Ainsi allait se terminer le 60e match de la saison lyonnaise, quand Ferri et Monnet-Paquet se retrouvaient expulsés à leur tour pour avoir échangé « des mots ». Une péripétie de plus dans une saison de dingue, qui se terminera donc par une rencontre à enjeu sur le terrain de Nice et de Claude Puel, où l’OL ira défendre son point d’avance. Le final d’une série un peu longue, mais dont on n’aura pas eu le temps de se lasser.

Au Stade de Gerland, Pierre Prugneau

(Photo Frédéric Chambert – Panoramic)


3 Comments

  1. Lyonzinho

    11 mai 2014 at 7:45

    Coup de pied arrêté mal négocié : a l’OL ça tient du pléonasme

  2. Rorill

    11 mai 2014 at 9:58

    Avec Grenier qui est meilleur pour faire un site internet que tirer des coups francs…

  3. Lyonzinho

    12 mai 2014 at 8:39

    Ou Mvuemba qui n’a pas été foutu de tirer un corner correctement depuis 2 mois, sans parler de ses coups francs…
    Grenier a prolongé la magie sur corner en deuxième mi-temps.
    Je n’aime pas faire du jeunisme à tout crin, voire pire : du « gonisme », mais Fekir est le seul à savoir tirer un corner dans cette équipe !

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>