OL : Houssem Aouar, un coup de mou visible statistiquement ?

Aouar

TACTIQUE. C’est une impression qu’il est difficile de qualifier, mais que l’on ressent visuellement cette saison. Si brillant pendant le Final 8 de Lisbonne dans sa capacité à se sortir du pressing et à casser les lignes balle au pied, Houssem Aouar n’a jamais semblé en forme lors de cette exercice. Là où, tour à tour, Memphis Depay, Tino Kadewere, Karl Toko Ekambi ou Lucas Paqueta ont chacun enchaîné des séries de matches où ils donnaient l’impression de marcher sur l’eau, le numéro 8 de l’OL s’est contenté de matches souvent neutres, voire parfois franchement mauvais. En outre, une gêne persistante aux adducteurs l’a contraint à manquer plusieurs matches et a obligé Rudi Garcia à gérer son temps de jeu. On l’a parfois senti gêné par ce désagrément physique, jouant avec retenue.

Mais l’impression visuelle est-elle confirmée par les chiffres ? Quel est le vrai impact d’Aouar sur le jeu lyonnais cette saison ? Un rapide coup d’œil à ses stats simples (4 buts et 3 passes décisives en 21 matches de L1) montrent qu’il est certes sur ses temps de passage de la saison dernière (3 et 3 en 25 matches) mais en-dessous de son excellente saison 2018/19 (7 buts, 8 passes décisives, 37 matches). Mais que nous apprennent ses stats avancées ?

Aouar et les autres

imageDans le quintet offensif de l’OL, le leadership est plus que jamais assuré par Memphis, qui reste un extraterrestre sur le plan des stats avancées, et le seul à performer autant en termes d’expected goals (xG) et d’expected assists (xA). Derrière lui, Toko Ekambi a le plus gros total de xG, malgré une certaine sous-performance (2.21 buts de retard par rapport à ses xG). Aouar se situe dans le wagon suivant, proche de Kadewere. Mais le Zimbabwéen affiche des stats réelles bien plus en ligne avec ses stats avancées, puisqu’il a inscrit 9 buts pour 9.35 xG. Paqueta ferme la marche, en raison aussi de son arrivée plus tardive au club et à de premiers matches plutôt quelconques. Mais le Brésilien affiche également des statistiques réelles à la hauteur de ses stats avancées (4.39xG pour 4 buts).

Une claire sous-performance face au but

Le premier élément frappant est la claire sous-performance d’Aouar face au but. Bien que buteur face à Brest, son bilan statistique est en ligne avec l’impression visuelle. Sa frappe de balle manque de mordant et de précision (lui qui trouvait si facilement le petit filet en ouvrant son pied par le passé), et on l’a vu rater récemment de grosses occasions, comme face à Dijon ou Montpellier. Avec 4 buts inscrits pour 7.92xG, il est le Lyonnais le plus en retard sur ses expected goals. Et il s’agit de la deuxième pire sous-performance brute de Ligue 1 derrière Denis Bouanga avec ses -5.16xG !

image2

Cette sous-performance face au but est une nouveauté chez lui, puisque les deux saisons précédentes, il affichait un total de xG très proche de ses buts réels. Quant aux expected assists, elles sont en ligne avec ses statistiques réelles, même si on note une sur-performance sur les saisons précédentes.

Un volume offensif en nette hausse

Pourquoi une telle sous-performance ? Déjà, le volume de tir d’Aouar est en nette hausse sur la saison. Alors qu’il émergeait respectivement à 1.9 et 1.8 tirs par  en 2018/2019 et 2019/2020, il est à 2,5 cette saison. Et cela est aussi très nettement visible sur son volume d’expected goals/90. Il frappe donc plus et se procure des occasions plus qualitatives (ce n’est pas qu’un effet de masse, le xG moyen par tir est lui aussi plus élevé), sans que cela ne se traduise par une meilleure réussite face au but.

image3

On voit ici que son volume offensif global est en hausse cette saison, avec un plus grand nombre de tirs et de passes-clés. On note également un volume de dribble en baisse. Serait-ce dû au jeu plus vertical pratiqué par l’OL qui le pousse le plus souvent à casser les lignes par la passe plutôt que par le dribble ? Ou une consigne individuelle ?

On peut évoquer des éléments similaires au moment d’expliquer son nombre de tirs en hausse : jeu plus offensif de l’équipe, volume de tir global en hausse, mais aussi son propre positionnement plus haut sur le terrain, avec un OL qui cherche à amener du nombre dans le dernier tiers adverse et ne rechigne que rarement à presser. Tous ces éléments l’amènent à se retrouver plus souvent en situation favorable aux abords du but.

image4

La statistique la plus parlante est la suivante : le volume de xG par match d’Aouar est plus du triple de celui de sa saison dernière! C’est LE point qui a le plus évolué dans son jeu, et ce d’assez loin. Sans sa grosse sous-performance face au but, il réaliserait une excellente saison sur le plan statistique. Il n’est pas du domaine du fantasme de l’imaginer avec 7 ou 8 buts, aujourd’hui, ce qui le mettrait sur les rails de la meilleure saison statistique de sa carrière. Ses problèmes récurrents aux adducteurs sont-ils une explication à ces occasions manquées, en affectant négativement la qualité de sa frappe de balle ?

Un bilan contrasté

Les statistiques avancées font donc en partie mentir l’impression visuelle. S’il a tendance à disparaître de certains matches et à manquer parfois du tranchant vu l’été dernier dans ses dribbles et ses passes, Aouar reste une source de danger pour les adversaires de l’OL. Sa contribution au jeu offensif de l’équipe est importante, mais est marquée par un gros point noir : son incapacité à transformer les occasions qu’il se procure. Il est le joueur offensif lyonnais qui gâche le plus face au but. Il n’est cependant pas interdit de rêver à une correction statistique qui aiderait grandement son équipe dans le sprint final – c’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Etienne M.

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>