OL – Dijon (0-0) : comme si rien n’avait changé

Garcia

LES NOTES. Pour la première de Rudi Garcia à sa tête, l’OL a eu les occasions pour battre Dijon à domicile (le contraire serait encore plus inquiétant) mais n’a pas réussi à les convertir (0-0) et en est désormais à huit matchs d’affilée sans victoire en Ligue 1.

Dixième journée de Ligue 1, samedi 19 octobre 2019

Olympique Lyonnais – Dijon Football Côte-d’Or 0-0

OL : Lopes – Tete, Marcelo, Denayer, Marçal – Mendes (Reine-Adélaïde, 62e), Tousart, Aouar – Cornet (Cherki, 83e), Dembélé, Terrier (Traoré, 54e). Entr. : Rudi Garcia.

DFCO : Gomis – Alphonse, Ecuele Manga, Aguerd (Coulibaly, 57e), Ngonda – Ndong, Lautoa – Soumaré (Sammaritano, 54e), Chouiar (Amalfitano, 69e), Mavididi – Tavares. Entr. : Stéphane Jobard.

Les notes : Lopes 5 – Tete 5, Marcelo 3, Denayer 6, Marçal 5 – Mendes 3, Tousart 2, Aouar 7 – Cornet 3, Dembélé 5, Terrier 3.

Votez pour
le Jurynho !

Même si l’OL a encore 28 journées pour accrocher une 24e qualification européenne d’affilée (©), son nouvel entraîneur sait qu’il n’a pas de temps à perdre. Des sifflets lors de l’annonce de son nom et une banderole lui ont d’ailleurs rappelé : « Garcia, notre patience sera égale au respect que tu as montré au club : nulle » Alors en bon entraîneur français, Garcia a décidé d’oublier ses promesses d’entretien d’embauche et de faire tous les choix les plus sécurisants (au vu des profils ou des CV) au moment d’établir son onze : Kenny Tete à la place de Rafael, Marcelo à la place de Joachim Andersen, Lucas Tousart à la place d’un joueur capable de jouer vers l’avant, Jeff Reine-Adélaïde sur le banc…

Une frilosité qui permet donc de jouer la continuité avec l’ère Sylvinho lors d’une première période très longue, avant que les choses ne s’animent un peu dans le deuxième acte. Puisque le staff qui a fait un excellent taf ces dernières années est resté en place, certains principes collectifs forts perdurent et l’OL fait enfin le siège du but dijonnais avec des idées de jeu plus genesiesque : avoir des joueurs plus forts que l’adversaire et leur laisser pas mal de liberté offensive. 

On s’en contenterait presque pour l’instant, tant le traumatisme de la rigidité de Sylvinho est encore présent. Il faudra toutefois pour cela que les joueurs retrouvent leur niveau. Ou arrivent au moins à suivre l’intelligence de jeu d’Houssem Aouar, dont on s’est demandé ce qu’il avait fait de si affreux dans une autre vie pour jouer avec des Maxwel Cornet, Bertrand Traoré, Martin Terrier (si si, il jouait, il a raté le ballon sur une frappe à un moment) ou un Lucas Tousart dont le geste technique fétiche est la faute après avoir dû tacler car son contrôle était trop long, et qui se retrouve numéro 6 d’une équipe chargée de faire le jeu contre Dijon à la maison (une phrase qui peut donner l’impression qu’il est très fort défensivement alors que le fait de ne pas être Andrea Pirlo ne veut pas dire qu’il est Claude Makélélé, mais ce n’est pas le principal problème en l’occurrence).

Et malgré ces performances individuelles timides, l’OL aurait pourtant dû l’emporter si ses attaquants avaient été un peu plus tranchants (un peu plus en confiance ?) ou si le portier dijonnais avait eu les mains un peu moins chaudes (en faisant entonner au passage à certains supporters la vieille rengaine du « le gardien adverse fait toujours le match de sa vie contre nous », ce qui semble statistiquement impossible vu le nombre de fois où cette phrase est prononcée par des fans d’équipes différentes – il doit bien y avoir des gardiens qui ont fait plusieurs fois le match de leur vie – et qui implique en plus dans ce cas précis de connaître le vrai niveau d’Alfred Gomis). Un bon rappel du potentiel de l’OL malgré tout. Et presque une bonne note pour la première de Garcia, puisque l’équipe a atteint son meilleur total d’expected goals sur la saison de Ligue 1 avec 1,83 xG selon Understat. Pas compliqué certes, puisque l’OL de Sylvinho était la moitié du temps en-dessous des 1,05 xG par match, mais on a tous besoin d’un peu d’optimisme en ce moment. 

Hugo Hélin

(Photo Damien LG / OL)

One Comment

  1. fortiche

    20 octobre 2019 at 12:15

    Pas mieux ! toujours d’excellentes analyses (car elles collent avec les miennes lol) …

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>