OL : non au petit remplacement

Remplacement

HUMEUR. Personne ne l’aime ce changement petit bras, le remplacement d’un joueur plus offensif par un défenseur central. Contre Lens, l’entrée de Djamel Benlamri à la place de Memphis Depay a immédiatement été suivi d’un but qui a causé aux Lyonnais quelques minutes de serrage de fesses. Contre Brest, l’OL menait 2-1 quand Sinaly Diomandé a remplacé Bruno Guimaraes. Ce n’était pas vraiment une défense à trois défenseurs centraux, puisque Jason Denayer était monté d’un cran en sentinelle, mais le match s’était terminé à 2-2.

De quoi échauder encore plus des supporters de l’OL qui ont encore en tête un autre exemple similaire sous Bruno Genesio, avec l’entrée de Mouctar Diakhaby à la place de Nabil Fekir pour tenir le 1-0 lors du Derby de février 2018 (1-1 score final, avec une égalisation de Mathieu Debuchy à la 90e). Et de quoi donner envie de ne plus jamais revoir ce remplacement, déjà pas très alléchant footballistiquement sur le papier.

Leur thèse pourra même être appuyée par Marcelo Bielsa, qui a déjà expliqué qu’il ne voyait pas de raison de changer en cours de route une façon de jouer qui permet d’être devant au tableau d’affichage. Même si la fatigue commençait à se faire sentir et que les Lensois poussaient de plus en plus, on peut en effet estimer que la rentrée d’un défenseur central à la place d’un offensif a forcément fait encore plus reculer le centre de gravité. Et confirmé l’aphorisme d’un autre penseur du ballon rond, Johan Cruyff qui expliquait qu’il fallait faire rentrer un défenseur supplémentaire… lorsque son équipe était mené.

Et si Rudi Garcia n’est pas encore échaudé et qu’il n’est pas d’accord avec ces arguments footballistiques, il pourrait malgré tout se demander si ces changements collent vraiment à son personnage. L’histoire que son parcours d’entraîneur raconte est souvent la même, façon film des 80’s sur un yuppie. Celle d’un mec un peu bonimenteur, capable dès l’entretien d’embauche de convaincre n’importe qui que sa méthode marche, ce qui a un effet boostant même si celle-ci n’est pas très bien définie, jusqu’à la chute une fois que ses adeptes se rendent compte que c’était surtout du vent pour nourrir l’ego de Charlie Sheen. Alors que son 4-3-3 tourne bien et que les résultats sont excellents, ces remplacements peuvent donc faire mauvais genre en donnant l’impression que le golden boy ne croit pas totalement en ses forces. A un moment où tout roule pourtant et où il ne devrait pas penser à la fin de la pyramide de Ponzi.

Hugo Hélin

(Détail d’une photo d’archive Damien LG / OL)

One Comment

  1. Mik Mortsllak

    8 janvier 2021 at 5:29

    C’était également arrivé en Coupe Machin contre Lille la saison dernière: Aouar remplacé par Andersen à la 89ème, penalty concédé deux minutes plus tard.
    Pour reculer encore plus et perdre nos quelques automatismes devant et au milieu, c’est le changement idéal.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>