Nîmes – OL : préavis de grave

Tete

AVANT-MATCH. Après sa défaite contre Lille mardi (0-1), la sixième en Ligue 1 cette saison, l’OL n’est plus à portée de tir du podium puisque Bordeaux est à quatre points. Rien d’insurmontable, surtout dans un championnat aussi homogène, mais la spirale est plutôt inquiétante dans le jeu.

> Nîmes-OL, ce vendredi à 20h45 (en direct sur Canal+ Sport)

Enjeu. Après un début de saison très poussif de la part de tous les supposés concurrents de l’OL, le rythme a légèrement accéléré : Marseille compte désormais 9 points d’avance, Lille s’est enfin débloqué à l’extérieur (Merci qui ? Merci Rudi et Marcel’ !), Bordeaux semble enfin progresser, et Saint-Étienne continue de prendre les points à défaut d’enflammer les foules.

Surtout, aucune de ces équipes ne jouera l’Europe en fin d’hiver prochain, contrairement à l’OL (enfin sans doute, peut-être, si les résultats s’imbriquent bien mardi). Face à une équipe de Nîmes qui vient d’encaisser un humiliant 6-0 et qui n’est pas programmé pour jouer tous les trois jours, tout autre résultat qu’une victoire serait donc une contre-performance. Quoi qu’en dirait Rudi Garcia à l’issue d’un match à deux frappes cadrées.

Le groupe de l’OL : Lopes, Racioppi – Rafael, Tete, Marcelo, Andersen, Denayer, Yanga-Mbiwa, Bard – Tousart, Mendes, Caqueret, Aouar, Jean Lucas, Reine-Adélaïde – Terrier, Dembélé, Memphis, Traoré.

Compo. Paolo Rongoni, préparateur physique ramené par Garcia, continue à bosser dur pour permettre aux jeunes du centre de formation de se montrer.

Fernando Marçal et Youssouf Koné blessés, Melvin Bard est donc convoqué pour la seconde fois cette saison, après l’apparition dans le groupe offerte par Sylvinho contre Bordeaux fin août. Maxwel Cornet est lui aussi sur le flanc, mais plutôt que de le remplacer par un attaquant pourtant jugé assez talentueux pour jouer en Ligue des Champions (Rayan Cherki ou Amine Gouiri), le coach olympien a préféré rapatrier Mapou Yanga-Mbiwa. De quoi confirmer, au passage, qu’Oumar Solet n’est pas près de fouler la pelouse du Parc OL.

L’épidémie de blessures actuelle, contrairement à celle d’il y a un mois, touche plutôt des joueurs mineurs de l’effectif (hormis Koné). On devrait donc revoir le 442 qui est probablement le 11 type dans la tête de Rudi Garcia, avec peut-être Maxence Caqueret plutôt que Lucas Tousart aux côtés de Thiago Mendes dans le double pivot et Bertrand Traoré à la place de Jeff Reine-Adélaïde, qui vient d’enchaîner deux matchs en entier (!).

Les interrogations sont surtout derrière, même si on peut estimer que Rafael dépannera à gauche et que Kenny Tete prendra le couloir droit. Dans l’axe, il serait étonnant que Marcelo survive à sa relance contre Lille. Mais les supporters de l’OL ont appris à manier avec prudence le concept d’étonnement.

La composition probable : Lopes – Tete, Andersen, Denayer, Rafael – Reine-Adélaïde, Caqueret, Mendes, Aouar – Dembélé, Memphis.

Le prono de la rédac. Nîmes secoue un OL en mal de confiance pendant le premier quart d’heure. Anthony Lopes sauve les meubles sur une belle frappe de Théo Valls. Un long ballon de Joachim Andersen balancé sous pression et prolongé par Moussa Dembele permet toutefois à Memphis Depay d’ouvrir le score, seul face au gardien (0-1, 22e). Après une belle combinaison à trois, Aouar double la mise avant la pause (0-2, 36e).

L’OL, la tête à Leipzig, gère comme il le peut une seconde période médiocre où les Nîmois, émoussés, ne parviennent pas à les faire douter. À quelques minutes du terme, Renaud Ripart se fait tout de même oublier dans le dos de Jason Denayer (1-2, 86e) pour offrir quelques minutes en mode panique et longs ballons, des deux côtés. L’OL tient bon et Lucas Tousart (entré à la place de Dembélé après le but nîmois) salue au micro de Canal+ un match où l’OL, une semaine après « s’être mis le cul par terre », a mis « les tripes sur le gazon ». Ne restera plus qu’à utiliser ses pieds, mardi, pour ce qui ressemble à un seizième de finale de Ligue des Champions contre Leipzig.

Vincent G.

(Photo Damien LG / OL)

One Comment

  1. Patrice

    6 décembre 2019 at 12:37

    juste excellent depuis le titre parfaitement d’actualité jusqu’à la phrase de conclusion ! LiberoLyon, une magnifique raison d’être heureux, avant le match…

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>