National : le FCVB doit résoudre son paradoxe

FCVB

NATIONAL. « Il ne faut pas se prendre pour d’autres. Je pense que l’objectif du FCVB est de repartir en National la saison prochaine. » Alain Pochat ne cherche pas à faire mentir le classement, où le club de Villefranche pointe à l’avant-dernière. Pour sortir de la zone rouge, cet entraîneur habitué du troisième échelon du football français (il s’agit de la neuvième saison de Pochat à ce niveau entre Bayonne, Boulogne et désormais Villefranche) sait qu’il devra résoudre le paradoxe d’une équipe dont les principes de jeu portés vers l’avant ont enchanté le National la saison passée, mais qui en a aujourd’hui la pire attaque (seulement 5 buts marqués en 13 journées)… et la deuxième meilleure défense (11 buts encaissés).

Lopes-Thomas, y a
même pas débat

Pochat n’a pourtant pas changé ses idées sur le jeu, et souhaite toujours autant que son équipe donne le tempo des rencontres. « Il y a très peu d’équipes qui prennent le jeu à leur compte, notamment à l’extérieur. Je vois beaucoup d’équipes qui se mettent en bloc bas et jouent les transitions. Si on se met dans ce format nous aussi, ça va être compliqué de créer des choses », clame ainsi l’entraîneur caladois qui pense au public même en cette période de huis-clos. « Et on nous reprocherait d’être petit bras. C’est toujours la difficulté à domicile, de devoir assumer ça. Malgré tout, on l’assume et on essaye de poser des problèmes. »

Comment expliquer alors ce si faible total de buts marqués ? Une complémentarité encore parfois à construire devant (le duo d’attaque de ce mardi entre Désire Segbe Azankpo et Adrian Dabasse était constitué de deux joueurs arrivés en octobre, et le premier était en sélection béninoise la semaine dernière), un état des troupes pas optimal après une vague de Covid qui a mis le FCVB à l’arrêt pendant trois semaines et n’a épargné que trois joueurs (« Au niveau du carburant on est un peu en déficit, et c’est toujours plus facile de défendre que d’attaquer ») et un manque de réussite symbolisé par ces débuts de match qui ne tournent jamais dans le bon sens. Contre Sète, Dabasse a trouvé la barre au bout de six minutes. A Concarneau (1-0), Romain Escarpit avait vu le ballon passer du mauvais côté du poteau après cinq minutes de jeu. Et c’est à ce moment-là que Rémi Sergio n’avait pas cadré son penalty contre Laval (0-0). Tout cela rien qu’en novembre.

« Je ne pense pas qu’on ait des joueurs qui aient les pieds à l’envers, c’est juste une histoire de confiance et de spontanéité. C’est ça qui fait la différence, marquer sur les temps forts. On l’a vécu l’an dernier, où ça nous souriait peut-être plus que cette saison. Quand on marque le premier, c’est à l’adversaire de sortir et ça crée des espaces. » Le FCVB n’attend que ça, lui qui n’a marqué qu’une fois lors des neuf derniers matchs. De quoi être en danger même avec une des meilleures défenses de National. « Vous regardez les scores, c’est toujours 1-0″, se marre Pochat pour chasser le catastrophisme. « Les équipes nous attendent et nous contrent, mais au final elles ont combien d’occasions dans le match ? On ne prend pas le bouillon. Je serais effrayé si mon équipe concédait dix occasions par match, n’était pas dans le bon tempo et n’arrivait pas à poser des problèmes à l’adversaire. »

Les bons chiffres défensifs de son équipe ne sont pourtant pas une fin en soi pour le coach qui avait troqué ce mercredi sa casquette pour un bonnet. « Ce qui me fait le plus râler, c’est que sur les buts encaissés ce n’est pas une histoire de système ou d’animation. Celui d’Annecy c’est un coup de pied arrêté où l’on est à onze dans notre camp. Hier pareil, ça part d’une touche et on est tous dans notre camp. Ce sont des petites attitudes, des petits détails, des placements. C’est ça qui est rageant. A la rigueur, je préférerais prendre des buts en se livrant énormément et en étant en déséquilibre. » Ça peut sembler paradoxal, mais la deuxième meilleure défense de National n’a a priori pas l’intention de se sauver en bétonnant.

National-25-11-2020

Hugo Hélin

(Photo Sulyvan Manfroi)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>