N2, U19 et U17 : cinq jeunes de l’OL à suivre par catégorie

OL

JEUNES. Avant le début des championnats, focus sur cinq jeunes de l’OL en National 2, U19 et U17. Soit au total quinze joueurs qu’on a hâte de revoir, ou dont on est curieux de suivre l’évolution.

National 2

Florent Da Silva (2003, milieu offensif axial). Joueur le plus coté de la génération 2003 avec Rayan Cherki. Jusqu’à l’an passé leurs parcours étaient d’ailleurs assez similaires, en dominant largement leurs catégories même lorsqu’ils étaient surclassés (et parfois de plus d’une catégorie). Mais contrairement à Cherki, Da Silva a connu une année compliquée avec une longue blessure et un positionnement en double pivot où il n’est pas apparu au mieux. Il reste toutefois très en avance, puisqu’il joue déjà en réserve. En pleine négociation de son contrat pro, il doit de nouveau se montrer dominant, cette fois contre des adultes.

Titouan Thomas (2002, milieu relayeur). Le 2002 le plus mis en avant par l’OL par ses surclassements. Il a commencé en réserve en fin de saison il y a deux ans et a fait la prépa avec l’équipe première l’an passé. Entre grosse performances impressionnantes de précocité, matchs sans saveur, voire carrément boulettes marquantes (comme chez le Barça en Youth League) il est pour l’instant difficile de se faire un avis sur son potentiel. Ce qui est sûr, c’est qu’il doit viser une place en pro pour la saison 2021/22 et devra pour ça faire une grosse saison en réserve.

Castello Lukeba (2002, défenseur central). L’OL compterait beaucoup sur lui (et Sinaly Diomandé, apparu avec les pros en prépa). Pas illogique avec ce qu’il montre depuis deux ans, même si sa dernière a été gâchée par des blessures. Défenseur central technique, rapide et serein, il a profité des départs de Nassim Innocenti (au LOSC) et de Billy Koumetio (à Liverpool) pour s’imposer comme le patron en défense. Il va découvrir le foot adulte et il doit faire une saison pleine et être épargné par les blessures pour entrer dans la discussion la saison prochaine.

Malo Gusto (2003, latéral droit). Encore un 2003, pas autant surclassé que Cherki et Da Silva mais sûrement la troisième tête d’affiche de cette génération. Formé comme milieu et repositionné pleinement comme latéral l’an passé, il dispose d’une qualité rare dans sa capacité à mettre de l’intensité. Fort physiquement et au duel, rapide et le tout avec une bonne technique. Il va profiter du peu de concurrence à son poste pour jouer le plus possible en réserve, lui aussi pour sa première saison contre des adultes. Ce sera donc une année importante, car avec sa précocité physique, sa polyvalence et la difficulté à avoir des bons joueurs sur ce poste, il pourrait être une bonne surprise…

Melih Altikulac (2002, latéral gauche). Le seul 2002 de l’OL à s’être installé en équipe de France. Titulaire pour l’Euro U17, il était remplaçant à la Coupe du monde U17 (toutes les deux en 2019). Arrivé d’Alsace avec son frère jumeau Semih (qui joue pour la Turquie), il s’est vite imposé à l’OL grâce à ses qualités techniques et son agressivité, et a réussi de belles performances en Youth League malgré la concurrence d’Héritier Deyonge. Il a signé stagiaire cet été, l’ambition est certainement de s’imposer en réserve pour faire la préparation pro la saison prochaine, et pourquoi s’y montrer autant à son avantage que Melvin Bard cet été.

U19

Marley Felix (2003, défenseur central). Encore un 2003. Si l’on a qualifié Gusto de « troisième tête d’affiche de sa génération », ce qualificatif était sans doute plus évident il y a deux ans. Car la saison passée, lui et Felix ont eu à peu près les mêmes temps de passage (une titularisation de plus pour Felix en U19, deux apparitions de plus pour Gusto) et Felix a été une des plus grosses révélations du centre. Défenseur central très technique et dominant physiquement, son but contre l’ASSE est un bel exemple des qualités étonnantes pour son poste que possède cet ancien attaquant. A l’inverse, son match contre le PSG a montré qu’il a encore à apprendre à ce poste. Il s’est malgré tout souvent baladé en U17.

Mohamed El Arouch (2004, milieu relayeur). Avec Cherki et Da Silva, c’est l’autre petite perle de l’Académie OL. Pour le décrire, on peut en citer deux autres et évoquer un mélange entre Maxence Caqueret et Houssem Aouar. Vista technique, agressivité et percussion : on en attendait beaucoup après son bon tournoi de Sens avec les U14 en 2018 et il n’a pas déçu en étant le seul 2004 titulaire indiscutable avec les U17. Il n’a encore jamais été surclassé en U19, mais on le met dans cette catégorie car il devrait y faire ses débuts cette saison après avoir fait la préparation avec la réserve. A moins qu’il n’aille déjà taper à la porte plus haut…

Bradley Barcola (2002, avant-centre ou ailier). Il a commencé la préparation en U19, mais on pourrait lui aussi le voir en N2 cette saison. Petit coup de coeur de l’année écoulée. Grand mais très frêle, il a beaucoup joué sur le côté mais son avenir sera certainement dans l’axe. Un bon attaquant à la lyonnaise, qui combine potentiel physique et technique. On est très curieux de voir son évolution.

Noam Bonnet (2002, milieu relayeur). Il ne nous avait jamais marqué jusqu’à l’an dernier, mais il a beaucoup joué et a montré des qualités (notamment en Youth League). Assez grand, une bonne technique sans être forcément spectaculaire et une grosse activité. Il est désormais attendu titulaire en Youth League, comme le montrent ses matchs de préparation avec la réserve pour remplacer Thomas blessé. Il donne la sensation d’être un joueur en pleine progression.

Gaël Nsombi (2003, ailier). Il a signé un accord de non-sollicitation en 2016 à l’OL, après avoir fait des essais à… l’ASSE. Grosse réputation à son arrivée, mais une première année très compliquée en U16 à cause d’une blessure. Il a été le capitaine des U17 pour sa première saison complète, ce qui n’est pas étonnant quand on sait à quel point il est apprécié au club pour sa gentillesse et son exemplarité. Cela se traduit aussi sur le terrain, où il est très altruiste. S’il a donné beaucoup de passes décisives, il a aussi marqué 15 fois. Petit, très rapide, avec de gros appuis, il doit encore s’améliorer dans le jeu et être moins brouillon. Comme beaucoup de 2003 et en l’absence de Youth League, l’objectif sera de s’imposer en U19, de faire une belle Gambardella et de gratter pourquoi pas ses premières apparitions en réserve.

U17

Breyton Fougeu (2004, ailier). Meilleur francilien de la génération 2004, il est arrivé à l’OL en mars 2019 avec une grosse réputation. Sélectionné avec l’équipe de France U16 depuis, il n’a pas beaucoup joué avec les U17 lyonnais mais a déjà montré de belles qualités d’élimination. Après Amine Gouiri, Myziane Maolida, Cherki, Da Silva, Sekou Lega, encore un offensif lyonnais qui peut avoir de très belles stats en U17, dans une poule compliquée cette saison.

Artyon Ramaj (2004, ailier ou numéro 10). Lui aussi est arrivé l’an passé, en provenance de la région toulousaine (Colomiers). Lui aussi est très coté, et son arrivée a d’ailleurs fait parler puisqu’on avait parlé d’une concurrence avec le Barça. Sa très petite taille est tout aussi atypique que son profil. Déjà en U16, quelques buts montraient un joueur différent capable d’actions comme on en voit peu. Il a commencé directement surclassé en U17 avec l’OL, en ayant du mal à exister pour son premier match et en retournant donc en U16 avec quelques montées en catégorie supérieure en cours de saison. Après avoir découvert la catégorie, on s’attend maintenant à une montée en puissance et à le voir dominer en U17 cette saison.

Hugo Vogel lors du Derby U17 contre l'ASSE en septembre 2019 (5-1)

Hugo Vogel lors du Derby U17 contre l’ASSE en septembre 2019 (5-1)

Al Amin Aid (2004, milieu défensif). Originaire de la région parisienne, il a officiellement signé à l’OL l’an passé mais avait participé au Tournoi de Sens 2018 avec le club lyonnais. Son duo avec El Arouch au milieu de terrain était impressionnant de maîtrise et de maturité au milieu de terrain. Il a un profil plus récupérateur, avec une grosse activité, que son compère de l’époque. Il a peu joué en U17 la saison passée, notamment parce qu’Idris Bounaas était intouchable à son poste. Aid doit donc s’imposer comme un patron au milieu, et on a hâte de le revoir pour confirmer ou non nos excellentes premières impressions.

Chaïm El Djebali (2004, numéro 10 / ailier). Lui est Lyonnais, avec son petit frère au club, et déjà la cible de rumeurs de transfert à l’international. Son profil ressemble pas mal à celui de Ramaj, en peut-être un peu plus costaud et plus grand. C’est derrière El Arouch le 2004 qui a le plus joué en U17, et un gros talent technique. Avec Fougeu, Ramaj, Yad Lochereau, Ryad Talbi ou Yannis Lagha, il y a d’ailleurs beaucoup à attendre des offensifs l’an prochain.

Hugo Vogel (2004, latéral gauche). Après Bard, Théo Ndicka, Altikulac, voire Deyonge, encore un latéral gauche intéressant, sélectionné en équipe de France U16. Il a partagé sa saison à l’OL entre les U16 (8 matchs) et les U17 (6 matchs). Latéral offensif capable de jouer ailier et au bon potentiel physique aussi, il sera l’un des leaders de l’équipe U17.

Kevin G.

(Photos Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>